À TOUS LES CONNARDS PÉTIONNAIRES CONTRE ET POUR LE ROI SALMAN !

Publié le par Toutes reproductions des articles doivent mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Toute la France le sait, une pétition sous la houlette d'un illustre inconnu, conseiller d'oposition de Valauris, qui aura eut son "quart d'heure de gloire", contre de la présence du Roi Salman a receuillie plus de cent milles signatures, afin que le littoral au-dessous de la villa du régnant wahhabite ne fasse l'objet d'une privatisation temporaire, qu'il avait demandé pour la durée de son séjour.

Une seconde pétition a circulé, sous l'égide d'un autre illustre inconnu, par l'odeur du fric alléché, qui aura eut également "son quart d'heure de célébrité" a été lancée, sous prétexte qu'une suite royale de mille personnes allait laisser forcément des retombées économiques à "Clochemerle". 

Conclusion, au bout d'une semaine, de guerre lasse de ces chamailleries franchouillardes, le Roi et sa suite se sont envolés pour des cieux plus accueillants, Tanger au Maroc.

A tous ces connards, les uns comme les autres, j'apprends, par le biais de la Dépèche, que sa Majesté le Roi Salman a laissé une facture de 3,7 millions € aux hôpitaux de Paris. C'est une claque dans la gueule du pétitionnaire avide du fromage, qui doit se trouver honteux et confus.  Ca me fait penser à la fable de Jean de la Fontaine ...

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois."
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article