C'EST L'ALLEMAGNE QUI DOIT SORTIR DE L'€ !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Il est temps que l’Allemagne quitte la zone € !

C’est ce qu’estime Patrick Chovanec, professeur d’économie à l’Université de Columbia dans le fameux « Foreign Policy ». Il voit dans l’excès de la balance du commerce extérieur de l’Allemagne la raison principale du déséquilibre de la zone €.

Il déclare que les allemands ont vécu dans l’illusion de la prospérité, car ils ont fourni un vrai travail, contre lequel ils ont reçu des reconnaissances de dettes qui ne seront vraisemblablement jamais remboursées. La meilleure solution serait la sortie ordonnée de l’Allemagne de la zone €. La thèse Chovanec est, que c’est l’Allemagne qui doit sortir de l’€ et non la Grèce.  En 2014 l’Allemagne affichait un excédent commercial de 217 milliards d’€, ce qui la propulsait mondialement en seconde position après la Chine. Les excédents sont provoqués, lorsqu’un état dépense moins que ce qu’il rentre en recettes d’exportations. De ce fait, l’Allemagne finance les pays qui dépensent plus que ce qu’ils produisent et qui affichent un déficit de leur commerce extérieur. Dont la France. Chovanec croit savoir, qu’au lieu de stimuler l’économie mondiale, l’excédent commercial allemand freine même la croissance. La crise dans la zone € est souvent appelée « crise de la dette ». En vérité, globalement, l’Europe n’a pas de problèmes de dettes externes, mais internes. Les excédents allemands et les dettes en augmentation dans la périphérie européenne, sont la face d’une même médaille, selon Chovanec. Comme les déséquilibres ne sont pas adaptables à la politique monétaire, les Etats endettés ont été obligés, de répondre à la demande, par un mélange d’austérité et de réduction de la dette. Le Portugal, l’Italie, l’Espagne ont réduit leur commerce avec l’Allemagne, la Grèce et l’Irlande même d’un tiers ! Les déséquilibres économiques se ont ainsi un peu résorbés, mais aux frais de la croissance. C’est la politique monétaire « légère » de la BCE et un € faible qui ont causé ce déséquilibre en Europe, exporté dans le reste du monde. La meilleure solution, mais la plus invraisemblable est, que l’Allemagne quitte la zone € et réintroduise son DM réévalué, selon Chovanec. Comme je l’ai déjà écris dans ces colonnes, d’autres personnalités importantes partagent l’avis de Chovanec, comme Ashoka Modi. Certainement que l’Allemagne apprécie de jouer un rôle hégémonique en Europe, mais craint d’en payer les frais. En tout cas, Schäuble aura brisé un tabou politique en réclamant la sortie de la Grèce de l’€. C’est ce que lui reproche l’ancien DG du FMI. Comme l’idée d’une sortie est dans l’air, il serait judicieux de réfléchir à qui doit sortir. Si la Grèce devait sortir, suivie vraisemblablement par le Portugal et l’Italie, leurs monnaies perdraient considérablement en valeur. Ils seraient incapables de payer leurs dettes en €, ce qui provoquerait un effet domino de défauts. Si toutefois l’Allemagne sortait de l’€, comme le préconisent nombre de personnalités influentes, comme le fondateur du hedgefond Citadel, Kenneth Griffin, l’économiste de l’Université de Chicago, Anil Kashyap et Georges Soros, il n’y aurait pas de perdant, selon Mody. Ben Bernanke lui-même s’était exprimé dans ce sens. Un conseiller du Ministère des Finances Français, Shahin Vallée est persuadé que la querelle autour de la Grèce mènera à une scission de la zone €. La question est, est-ce que la scission prendra la forme d’une sortie organisée de l’Allemagne, ou celle, lente et dévastatrice d’une sortie de la France et des pays du sud ?

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article