Droit de réponse de Sylvia Bourdon à Pierre Cassen.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Pierre Cassen, du site Riposte laïque, a publié sous un de ses nombreux pseudos un ignoble article dans la claire intention de régler des comptes, nuire à Sylvia Bourdon et de faire capoter ses projets professionnels. La raison ? Sylvia Bourdon a demandé que son nom soit remplacé par un pseudonyme.  Il a refusé de donner suite. Et pour la "punir" d'avoir osé insister, il s'est fendu d'un ignoble pamphlet digne du caniveau.

Nous publions ici le droit de réponse de Sylvia Bourdon.

 

Droit de réponse de Sylvia Bourdon à Pierre Cassen de Riposte Laïque.
 
 
 

22 août 2015

Pierre Cassen a un défaut enraciné, chez les petits-bourgeois, les français en particulier, un peu bas du front, l’esprit de délation, qui ne se dément pas depuis la seconde guerre mondiale. Sa délation à lui, c’est mettre à la vindicte populaire tout ce qui lui résiste. C’est bien ainsi que l’on agit dans les sphères autoritaires, pour ne pas dire « régimes », qu'il admirait jadis. Il en montre de beaux restes. Ce genre humain, qui me plonge dans une misanthropie profonde, par son manque de sincérité, qui consiste à transformer un soi-disant combat aux yeux des profanes, en niche destinée à l'auto-promouvoir, comme arrondir ses fins de mois de retraité. Il mène ce combat contre l'islam, certes, mais pas pour les mêmes raisons que les miennes, qui sont totalement désintéressées. Lui, en fait un profit à s'auto-promouvoir et collecter des fonds,  quand moi, en toute connaissance de cause, je perds mes intérêts économiques. Je dirai, rien que sur ce point; nous ne sommes pas du même monde. 

De cette façon peu élégante de faire, mais, que peut-on attendre d’autre d’un ancien syndicaliste trotzkiste défroqué, à la logorrhée d'animateur de centre aéré, je suis donc la dernière victime. Pour avoir osé demander qu’il retire mon nom de mes articles, afin de le remplacer par un pseudonyme, dont lui, Pierre Cassen, use abondamment ;  Cyrano, Paul le Poulpe, Jeanne Bourdillon etc etc, ça donne l’impression de faire foule sur RL. Un nombre d'autres rédacteurs prennent plusieurs pseudonymes. Le lecteur est enfumé dès le début, croyant à une rédaction de grande importance.  

Ceux, qui comme moi, écrivent sous leur vrai nom, n’ont plus rien à craindre socialement, majoritairement retraités. Sauf moi, dont les intérêts économiques étaient liés à l’Arabie Saoudite, une source de rentrées que j’ai dû abandonner. Je laisse sous les sales doigts des commentateurs leur qualificatif de « lâche » me concernant. Aucun d’entre eux n’aurait osé mettre en péril ses intérêts économiques pour un combat politique, que je mène solitaire, bien avant Saint Cassen, Christine Tasin ou Renaud Camus. J’ai connu avant eux à 2 reprises la 17ème chambre et les intimidations d’internement en psychiatrie ! Ce qui leur a été épargné.  Je ne couinais auprès de personne. Je ne faisais pas appel aux dons pour payer mes avocats hors de prix.  J’assumais, seule mes responsabilités et continue à le faire. J’espère que les commentateurs vindicatifs, car manipulés par Cassen, baisseront la tête toute honte bue, après m’avoir lu. Ceux-là même qui signent courageusement anonyme, ceux là même qui ont cet odieux profil de délateurs. C'est ceux là, comme toujours qui donnent des leçons. Une sorte de résistance de la 25ème heure. 

Ces commentateurs de RL, sont tout aussi nauséabonds que Monsieur Cassen et son geste malveillant, qui consiste à laver son linge sale en public, sachant parfaitement qu’il ferait, sur mon dos, du buzz. Faire dans le graveleux paye toujours. Les lecteurs adorent ça, cela vient émoustiller leurs instincs les plus bas. C'est très réussit.  Pourtant, pour le nombre de lecteurs, très peu de commentaires. Des commentaires qui auraient protesté sur cette démarche nauséabonde, ne sont pas publiés par le Webmaster. Ce qui est une possibilité. Un ou deux qui s’indignent mollement ont été publié, ceux à charge, gardés avec jubilation. Ils sont d’ailleurs sur la même ligne vulgaire que les propos qu’ils viennent soutenir par leur ignorance de la situation, manipulés encore une fois qu’ils sont, par un syndicaliste qui a de la bouteille,  dont c’est le métier d'enfumer.  Des commentateurs courageusement anonymes, pour la plupart, qui gobent l’évangile de Saint Cassen, grand manipulateur, lequel, avec ce geste malveillant destiné à me nuire intentionnellement et publiquement, ne fait que se déshonorer et se décrédibiliser.

RL ne vit que grâce aux rédacteurs bénévoles, mais aussi de contributions financières récoltées grâce aux articles souvent de grande qualité. Moi-même, j’ai un jour, envoyé un chèque de 100 € et j’ai aussitôt cessé, puisque mes rédactions sont des apports, qui contribuent à faire vivre le journal. C’est là que je me permets d’alerter les donateurs, afin qu’ils exigent une transparence financière. Cassen avance que les frais d’avocats sont énormes, ainsi que les condamnations. Pour les avocats, j’ai toujours cru comprendre, sympathisants, qu’ils agissaient bénévolement. Quant aux condamnations, dont les lecteurs ne sont nullement responsables, il me semble audacieux de faire payer les lecteurs de RL en appelant aux dons. Une question me saute aux yeux, que font-ils avec les contributions en numéraires de leurs lecteurs ? Question légitime à laquelle chaque lecteur devrait obtenir une réponse par la publication des comptes. Ce qui est la moindre des choses, lorsqu’on fait appel aux dons. 

Cela dit, je vais répondre point par point, en caractères gras,  entre les lignes du texte de Cassen,  à son geste malveillant, destiné à me nuire personnellement, ainsi qu’au projet que je mets en oeuvre pour venir en aide aux entrepreneurs en détresse. En effet, afin que les lecteurs puissent comprendre, en 2014, 66.000 dépôts de bilans, 182 suicides d’entrepreneurs dans un silence absolu, soit un tous les deux jours et l’année 2015, selon les statistiques de la Banque de France, ne sera pas meilleure. Voilà donc pour la grande cause nationale, destinée à soit sauver ce qui peut être sauvé, soit à accompagner l’entrepreneur dignement vers la sortie. J'ai déjà sacrifié ma vie économique avec l'Arabie Saoudite sur l'hôtel de mon engagement politique, je refuse qu'une grande cause nationale destinée à aider des entrepreneurs dans la détresse, soit mis en danger par un malveillant militant, autocratique, à l'égo surdimensionné qui se comporte en midinette. 

Précision, les sites auxquels je collabore, que j’ai sollicité à bien vouloir retirer mon nom, sont DREUZ Info, dont Jean-Patrick Grumberg a de suite compris la situation et a transformé mon nom en pseudonyme, ainsi que Boulevard Voltaire qui a carrément effacé mes articles de son site. Quant à Causeur, il n’y a aucune raison de faire retirer mon nom, puisque ce sont des articles économiques pour l’un et sociétal pour l’autre. En outre, j'ai effacé mon blog qui comptait plus de 700.000 lecteurs depuis un an ! Cela dans l'intérêt de la grande cause nationale que je mets en place. 

L’islam est un sujet en effet sensible, c’est la raison pour laquelle, j’ai demandé de bien vouloir répondre favorablement à ma demande. Pierre Cassen a refusé pour des raisons que j’ignore, je lui ai donc fais part que je m’adresserai à la CNIL pour le contraindre. Il n’y a pas cru. J’ai laissé passer quelques jours, afin qu’il décide comme l’on fait Dreuz et BV.  Têtu et bas du front, il est resté sur ses positions. Dont acte, j’ai porté une plainte à la CNIL, plainte qu’il fait paraitre auprès des lecteurs, comme s’il s’agissait du TGI ! Enième manipulation délibérée, dont il a le secret. Comme pour cette femme blonde imaginaire qu’il a appellée, Sylvie, "habitante élégante" de la Goutte d'Or,  qui «aurait témoigné » à l’époque de "Saucisson Pinard", de la vie de son quartier. Pas à un mensonge prêt, il fait croire que BV n’aurait pas effacé soit mon nom ou les articles. Les articles signés de mon nom sont effacés.  Maintenant, je vais répondre entre les lignes de son texte publié hier 21 août 2015, pour lequel je lui ai demandé un droit de réponse. Evidemment, là le courage lui manque pour me l'accorder. Je m'adresse donc à ce blog ami qui le diffuse aimablement. 

Que je puisse argumenter la malveillance de son geste, ses mensonges et sa manipulation ne doit pas le mettre à l’aise. Sa mégalomanie risquerait d’en prendre un coup !  Cette publication est une véritable déclaration de guerre envers ma personne, dans l’intention de me nuire, ainsi qu’à mon projet en faveur des entrepreneurs en détresse et enfin au droit à l’oubli, un droit sur lequel ce personnage dépourvu de délicatesse, qui lave son linge sale en public, s’assied allègrement. En conséquence, non seulement il y a la plainte à la CNIL, mais je vais aussi aller déposer plainte à la police pour action malveillante délibérée à mon égard et à la grande cause nationale que je mets en place. Car, il faut que vous sachiez, avant que cet « élégant » personnage ne prenne la décision de laver son linge sale en public, il y eut une correspondance qu’il a instaurée, et qui prouve sa malveillance, son esprit tordu qui ne fonctionne qu’au chantage. 

 

Sylvia Bourdon

 

 

Texte de Pierre Cassen, sous le pseudonyme Cyrano à la charge de Sylvia Bourdon

 

Et maintenant Sylvia Bourdon qui traîne Riposte Laïque devant la Cnil !

 

Décidément, notre site a droit à toutes les attentions, depuis quelques semaines. Passons sur les menaces d’une prétendue poétesse inconnue, Sabine Aussenac, qui, après avoir publié un article remarquable sur notre site, il y a plus de cinq ans, a décidé de faire repentance, et, après nous avoir qualifiés de « chiens islamophobes », nous a sommés de retirer son texte. Naturellement, elle n’a pas été déçue du voyage, et à présent, nous lui avons fait toute la publicité que sa soumission mérite.

http://ripostelaique.com/se-disant-poete-sabine-aussenac-qualifie-riposte-laique-de-chiens-islamophobes.html

Puisque nous en sommes au menu fretin, nous ne perdrons pas trop de temps à nous attarder sur la plainte carriériste du chef des flics de la région parisienne, Jacques Méric, qui s’est senti obligé d’imiter son ministre de l’Intérieur, 24 heures après que celui-ci ait décidé de poursuivre RL devant les tribunaux. Le vaillant subordonné de Cazeneuve n’a pas supporté que notre site ose publier le texte d’un policier de base, bouleversé par le suicide d’un de ses collègues, qui hurle sa rage contre une hiérarchie qui envoie les policiers de France et de Navarre à l’abattoir, quotidiennement.

http://ripostelaique.com/apres-cazeneuve-chef-flics-parisiens-meric-depose-plainte-contre-rl.html

Passons aux choses sérieuses. Trois grosses « pointures » du système ont déposé plainte contre Riposte Laïque en 2015. Anne Hidalgo, qui n’a pas supporté que Ri7 la dessine en train de lécher une babouche musulmane. Elle nous a confirmé que l’esprit « Je suis Charlie », c’est la liberté d’expression des dessinateurs bien-pensants, et surtout pas celle des esprits libres.

Pierre Bergé n’a pas supporté, lui, qu’un article de RL rappelle, après une conférence honteuse du trio d’homosexuels islamo-collabo Bergé-Mitterrand-Lang à l’Institut du Monde Arabe, que le nom de ces trois personnes est régulièrement cité, à tort ou à raison mais ce n’est pas la question, en liaison avec des scandales pédophiles. Il a donc décidé, sur conseils de son avocat Pierrat, de poursuivre six sites en justice, dont RL. Résultat, effet Streisand garanti !

http://ripostelaique.com/effet-streisand-berge-voulait-interdire-lien-entre-nom-pedophilie.html

Mais le pompon, c’est bien évidemment la plainte de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur en titre ! Ce pantin, qui s’est déshonoré à jamais en soumettant la France à l’islam le 15 juin dernier, puis en se prosternant devant des clandestins, n’a pas supporté que notre site le qualifie de ces mots : « L’islamo-collabo Cazeneuve, qui nous sert de ministre de l’Intérieur… ». Il parait que c’est injurieux et diffamatoire, pour cet autre adepte de « Je suis Charlie ».

Naturellement, toute la publicité nécessaire a été faite, autour de cette plainte d’Etat avec l’humour qui convient pour ridiculiser cette caricature qui sévit à Beauvau.

http://ripostelaique.com/exclusif-cest-bien-cazeneuve-pleurnicheur-a-depose-plainte-contre-riposte-laique.html

http://www.bvoltaire.fr/pierrecassen/qualifier-cazeneuve-dislamo-collabo-injure,195038

Cette longue introduction pour dire qu’à Riposte Laïque, nous sommes préparés à subir les attaques de nos ennemis islamistes, des associations dites antiracistes et du pouvoir socialiste, sans la moindre surprise, sachant que ces crapules sont prêtes à tout pour nous éradiquer. Pour cela, l’arme judiciaire, en multipliant des procès coûteux pour nous, qui par ailleurs ne coûtent pas un kopek aux plaignants, est un grand classique.

Comme nous ne sommes pas des candides en culotte courte, nous nous attendons également aux coups de poignards venus de notre propre camp. Nul n’a oublié le « coup de pute » du nommé Maximilien Richonnet, qui a réussi l’exploit, bien que se disant proche du FN et notamment de Florian Philippot, bien qu’étant contributeur régulier de Boulevard Voltaire et ex-trésorier d’une association très amie de RL, à écrire au ministre de l’Intérieur en personne, pour lui demander de fermer notre site, rien de moins, suite à un article qu’il n’a pas aimé ! Inutile de vous dire que ce jeune homme s’est fait une réputation à la hauteur de sa délation dans son ancien camp et qu’il vaut mieux pour lui qu’il ne mette plus les pieds dans un de nos rassemblements.

http://ripostelaique.com/maximilien-richonet-denonce-un-article-humoristique-de-rl-a-cazeneuve.html

http://ripostelaique.com/le-judas-nouveau-est-arrive-il-se-nomme-maximilien-richonet.html

C’est dans ce contexte que votre journal préféré est confronté à un nouveau coup de… Trafalgar, qui a pour nom Sylvia Bourdon. Cette femme a écrit, librement, 99 articles pour Riposte Laïque, entre le 7 mars 2011 et le 14 juillet 2015. Elle envoie également des contributions à des sites amis, comme Dreuz, Causeur ou Boulevard Voltaire.

Elle n’a jamais caché ses engagements contre l’islam, comme le montre son intervention dans cette vidéo sur la défense de la liberté d’expression, en présence de Robert Ménard, Karim Ouchikh, Christine Tasin et Pierre Cassen, où, à partir de la 44e minute, elle parle de son vécu dans le 18e arrondissement, et des pratiques du maire de l’époque, Daniel Vaillant (à partir de 43’50).

SB/ Qu'elle ne cache toujours pas. 

 

Dans notre milieu, tout le monde est habitué aux « sautes d’humeur » de Sylvia Bourdon. Renaud Camus, un temps adulé par la bougresse, se fait régulièrement étriper sur la toile, à la première occasion. La plupart de ses amis considèrent que ces défauts mineurs ne sont rien comparés aux énormes qualités du personnage.

SB/ Je ne fais en aucun cas parti du « milieu » désigné par PC, je n’y fréquente personne.  A part défendre la même cause, nous ne sommes pas du même monde. Mes désaccords sont interprétés comme des « sautes d’humeur » !  Je suis seule dans mon combat, n’appartiens à aucune association ni parti politique, ne représente que moi-même et ma conscience. J’écris là ou l’on m’accepte.  Quant à Camus, loin d’avoir été adulé par moi, j’ai en effet cru, un moment, que la dissidence pouvait se réunir autour de lui, puisque nos engagements sont presque les mêmes. J'avais le rêve romantique d'un écrivain leader de la résistance.  Tentative ratée, vu le pâle profil du personnage, qui s'est en effet brouillé avec moi, ne supportant pas la critique. Il n'y a pas qu'avec moi qu'il se brouille, mais avec tous ceux qui ne sont pas à genoux devant sont talent supposé. Camus, vaniteux-précieux, pour se rassurer, a besoin d'une cour de fidèles, très réduite, il faut le dire,  pour se sentir exister.   Cassen est une midinette de province, impressionné par des personnes publiques ...

A Riposte Laïque, nous avons eu droit, il y a quelques mois, à une rupture jugée définitive, assortie de menaces judiciaires, rien de moins. Notre crime : avoir publié un article d’une lectrice qui contestait certains passages d’un papier précédent, signé par Sylvia et qui, crime de lèse-majesté, n’avait pas mentionné le nom de Bourdon dans le texte.

SB/ Ce qui est inexact est de mettre en exergue des colères justifiées, par un comportement déjà inélégant de ne pas citer la source de mon article, lorsque je suis concernée. C’est la moindre des choses.

Cela nous valut un silence de plusieurs mois, puis elle reprit contact avec nous. Pas rancuniers, nous avons publié de nouveau ses articles, dont certains, d’une grande qualité, nous ont permis de nous faire connaître d’un public nouveau. En effet, il faut le reconnaître, la bougresse, qui dans une autre vie fut une des premières actrices du cinéma pornographique en France, bénéficie d’un carnet d’adresses exceptionnel, qu’elle sait mettre parfois au service de la cause.

SB/ Que vient faire ce commentaire nauséabond dans le litige qui nous oppose aujourd’hui. Cette allusion aux films pornos ? Si ce n'est encore une fois dans l'intention de nuire, au cas ou, certains lecteurs ne connaitraient pas ce que je suis ... Cela est présenté de manière à ce que les lecteurs soient scandalisés. Typique attitude de gôche vis-à-vis du sexe.   La crasse bêtise est d'affirmer que l'on peut se faire un carnet d’adresses dans ce milieu, que je n'ai d'ailleurs jamais fréquenté.  C’est une volonté délibérée de me nuire et de réduire mon existence à cet engagement déjà politique de ma part, qui consistait à démontrer que la femme est libre de son corps. Cassen, le profiteur, adorateur de son nombril, avoue,  par ce commentaire sa volonté d’exploitation à son unique profit de mon carnet d’adresses que je me suis constituée tout au long de ma vie professionnelle internationale, ce qu'il dissimule aux lecteurs (comme si ma vie se réduisait à la pornographie), et dont il lui est demandé d'en respecter la richesse, qu'en effet, il m'arrive de mettre à disposition pour la cause. 

L’avant-dernier esclandre eut lieu à propos d’une interview d’une personnalité, obtenue grâce à l’entregent de Sylvia. Seul problème, elle exigea que son nom apparaisse sur le texte d’un entretien qu’elle n’avait pas réalisé. Cela ne se fait pas, tout simplement.

SB/ Ce commentaire est un mensonge absolu, une manipulation de la réalité. Un détournement de mes propos. En effet, il s’agit de l’interview d’Aymeric Chauprade qu’il refusait d’accorder à RL. Je l’ai convaincu et les lecteurs auront pu le voir. Ce que je demandais, c’est de mentionner : « grâce à Sylvia Bourdon, nous avons pu réaliser cet entretien ». Mes échanges avec PC, sont là pour le prouver. Encore une inélégance de PC ! Ce que j'ai demandé spécialement à Pierre Cassen, qui a tendance à toujours vouloir tirer la couverture à lui, de jamais remercier pour les services qui lui sont rendu, comme par ex. lors de la première marche contre le fascisme islamiste, c'est moi, qui avait fais venir le reporter américain, Dale Hurd, de CBN NEWS, sans lequel il n'y aurait pas eu un seul organe de presse à cette marche. Il fut interviewé avec C. Tasin par CBN NEWS, j'ai servi de traductrice, comme d'ailleurs Renaud Camus. Cassen est un auto-promoteur-vaniteux, qui veut faire croire, qu'il est à l'origine de tout, qu'il connait tout et tout le monde. Contrairement à DREUZ ou BV, dont l'élégance n'est plus à souligner. Jamais je n'aurai demandé une telle chose à ces deux sites. En fait PC se comporte comme une midinette mal-elevée. Chauprade avant RL a accordé une interview à DREUZ par mon intermédiaire, comme à BV.  Je n'ai pas ces exigences avec DREUZ, car c'est un pur journal d'information qui ne se positionne pas en militant politique. Comme d'ailleurs BV. 

D’autre part, nous ignorions si l’interviewé, qui avait accepté d’apparaître sur RL, serait d’accord pour qu’on connaisse ses liens avec Sylvia Bourdon. Donc, au bout d’une semaine de harcèlement quotidien, nous l’avons renvoyée dans ses buts, et lui avons fait savoir que son nom n’apparaîtrait pas, ce qui nous valut, là encore, des commentaires désagréables assortis d’une nouvelle rupture définitive.

SB/ Ce commentaire est d’une totale hypocrisie. Aymeric Chauprade m’a par la suite écrit avec PC en copie, que cet entretien c’est tenu grâce à moi. Ce que Cassen bien entendu s'abstient de faire savoir, dans l'esprit éternel qui l'habite, de constamment tirer la couverture à lui.  En conséquence, encore une fois, PC est mis en défaut de détourner la vérité. Chauprade n’a aucune honte d’avoir des liens avec moi. Il ne me fréquenterait pas ... C’est ce que sous-entendrait PC !

Pourtant, toute honte bue, c’est cette même personne qui, trois jours après nous avoir incendiés une semaine durant pour qu’on ajoute son nom sur un de nos articles, nous demandera de remplacer son nom, dans les 99 articles déjà publiés, par un pseudo.

SB/ Toute honte bue ! Le jour ou la honte me prendra n'est pas encore levé. Je crois que PC est dépassé par ses sentiments malveillants à mon égard, dont je ne m’explique pas l’origine, que celle d’être contrarié par quelqu’un qu’il ne peut contrôler, qui le remet à sa place, lorsqu’il dépasse les bornes de la bienséance ! Ou aussi de la jalousie dont je ne m'explique pas l'origine non plus. 

Le prétexte avancé était qu’elle allait entreprendre une grande action humanitaire (noble cause par ailleurs), et que, pour cela, il ne fallait absolument plus que son nom apparaisse dans un combat anti-islam. Naturellement, nous l’avons poliment éconduite, et sur la forme (quel culot, trois jours après nous avoir harcelés pour que son nom apparaisse) et sur le fond. Nous considérons qu’une personne qui écrit librement sur notre site, et signe de son nom doit assumer ses écrits, et leurs conséquences, et que cela fait partie de la mémoire de notre site et de son combat. Si nous éditions un journal papier, il ne serait pas possible de le faire disparaître, pourquoi un journal du net devrait-il trafiquer ses archives ?

SB/ Ici, encore une fois, la vérité est allègrement distordue. En effet, je souhaite que mon nom soit remplacé pour la grande cause décrite dans mon droit de réponse en chapeau. PC n’a pas à considérer à ma place si je dois ou non assumer mes écris. Quel culot ! Quelle outrecuidance ! L’attitude malveillante de PC à me nuire intentionnellement et de manière péremptoire, alors que les autres sites montrent de la compréhension n’est plus à démontrer.

Devant notre refus, elle nous menaça d’abord de saisir Google, puis de déposer plainte auprès de la Cnil, au nom du « droit à l’oubli ». Comme nous ne sommes pas du genre à céder à ce genre de menaces (ce qu’avant Sylvia d’autres ont constaté), nous lui avons fait savoir que son nom continuerait d’apparaître en signature des 99 articles écrits par elle, et qu’il n’y avait plus rien à discuter. Elle nous a alors fait savoir, en nous faisant parvenir un récépissé, qu’elle avait déposé plainte, officiellement, contre Riposte Laique.

Donc, après les procès Hidalgo-Bergé-Cazeneuve-Méric, nous voilà avec un dossier Bourdon auprès de la Cnil ! Bref, avec de tels amis, plus besoin d’ennemis !

 

SB/ ON CONSTATE LA VICTIMISATION EN LAQUELLE CASSEN EXCELLE ! ALORS QUE LA VICTIME DE L'AGRESSION CASSEN ICI, C'EST MOI, PAR LA PARUTION DE CET ARTICLE IGNOBLE. Il se victimise auprès de ses lecteurs, afin qu'ils délient les cordons de leurs modestes bourses. 

Il nous faut préciser que nous ne sommes pas totalement obtus, sur cette question. Quand il s’agit d’une question de vie ou de mort, de sécurité quotidienne, voire d’enjeux professionnels importants pour un contributeur, nous sommes capables, et le faisons, de donner suite à une telle démarche.

SB/ Enième mensonge, puisque cette grande cause nationale qui consiste à venir en aide aux entrepreneurs en détresse ne semble pas émouvoir PC, syndicaliste-trotzkiste défroqué, qui ne doit pas aimer l’entreprise et leurs représentants. Qu’ils se suicident n’a aucune importance pour l’élégant ! Ce qui signifie bien qu’il veut nuire au projet.

Il nous arrive aussi, dans l’autre sens, de répondre affirmativement à une personne qui ne supporte plus d’écrire sous pseudonyme, et nous demande de remplacer son ancienne signature par son nom.

Mais là, on est totalement dans un autre exemple. Sylvia Bourdon approche des 70 ans.

SB/ Vous noterez l’élégance de ce propos qui me vieilli de 5 ans ! Encore un mensonge et une diffamation sorties du cerveau vindicatif du personnage peu étouffé par la bonne éducation. Comportement incrompréhensible encore une fois, s'il n'est dicté par la jalousie ou autres sentiments inavouables. 

C’est un personnage public. Elle est connue pour son passé, ses écrits contre l’islamisation de notre pays, et l’invasion migratoire, qu’elle subit quotidiennement dans son 18e arrondissement parisien. Nous ne pouvons qu’être perplexes devant l’action d’une personne, publique, qui a l’air de vouloir casser la cabane, sur un nouvel engagement, en reniant 99 textes, dont une bonne partie contre l’islamisation de la France, parus sur notre site.

SB:« Elle est connue pour son passé » ? Lequel ? Ma galerie connue dans toute l'Europe ? Le Concours Graphique pour la Monnaie Unique ? Le Festival Mondial de L'Olive en Grèce ? Les Ténèbres de l'Humanité, exposition contre le racisme et l'antisémitisme dans toute l'Europe ? Non, ce n'est pas à cela à quoi il fait allusion, mais à la pornographie, me réduisant à cela, dans le but d'humilier, de nuire. 

Il y a dans ce dossier, au-delà des sautes d’humeur et des menaces intolérables de quelqu’un qui se réclame de notre camp, un vrai problème de fond.

SB/ Je n’ai pas des « sautes d’humeur » et ne fais aucune « menace intolérable » je passe à l’action légitimement, dans l’intérêt de la grande cause nationale que je mets en oeuvre.  Puisque l'auto-promoteur forcené eut le temps de la réflexion. Ce que n’a pas l’air de comprendre le bas du front, trotzkiste défroqué, PC !

Quand on va sur le site de la Cnil, on constate que l’Union européenne (de quoi se mêlent les technocrates de Bruxelles ?) réclament un droit à l’oubli et au déférencement pour les citoyens des 29 pays du Vieux Continent qui doivent se soumettre à ses diktats.

http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/article/article/droit-au-dereferencement-bilan-du-g29-un-an-apres-larret-de-la-cjue/

Or, quelles sont les frontières entre le droit à la mémoire, et le négationnisme d’un passé qui peut déranger ? Quelles sont les limites, entre ce droit au déférencement, et le droit à la mémoire et aux archives d’un site comme Riposte Laïque et tous les sites internet ? Au nom du droit à l’oubli, un criminel de guerre, un violeur, un pédophile, un gauchiste repenti, une actrice de porno, un islamophobe devenu musulman, un ancien délinquant devenu policier, un facho devenu gaucho… peuvent-ils faire disparaître la trace de tous leurs engagements passés, si ceux-ci les dérangent dans le présent ?

SB/ En effet, cette loi est légitime pour le droit à l’oubli. Les dossiers sont étudiés au cas par cas, acceptés ou non. Le commentaire de PC est encore une fois une distorsion de la vérité. Oui, il y a des gens qui veulent être oubliés. Ce qui n’est pas mon cas. Je veux simplement continuer mon combat sous un autre nom, sans nuire à une grande cause nationale que je mets en oeuvre. Ce que le bas du front, signataire de cet article malveillant refuse de comprendre. La CNIL m'a confirmé que mon nom peut être effacé d'articles. J'attends donc la rentrée et le traitement de mon dossier. 

Ce sont ces questions qui sont posées par la démarche d’une Sylvia Bourdon, qui succède à celle d’une Sabine Aussenac, d’une Annick Azerhad et de quelques autres, qui, après avoir écrit librement sur RL, menacent, en des termes souvent désagréables, notre site d’actions judiciaires si nous n’obéissons pas à leurs sommations.

SB/ Saint Cassen vient de s’exprimer, vous êtes sommés de croire son évangile sans contester. Je conteste ces propos destinés à manipuler les lecteurs qui n’ont pas connu les tenants et aboutissement de ma demande qui se transforme, par la volonté du signataire de cet acte destiné à nuire, en lavage de linge sale en public. Ce qui ne fait que le déshonorer et le décrédibiliser.

Un avocat ami, interrogé sur ce dossier, nous a répondu ceci : « RL est un site qui fonctionne sous forme d’un journal internet éditant une lettre quotidienne, les articles étant écrits par des auteurs sous leur nom ou un pseudo, à leur choix. Une contributrice ne peut exiger (juridiquement) après coup que son nom soit changé, surtout pour 99 articles, ce qui demanderait un temps fou. En plus ça ne présenterait aucun intérêt puisque les moteurs de recherche continueraient de réagir à son nom en mentionnant les titres et chapeaux des articles. Il faut donc qu’elle intervienne auprès de Google pour se faire déréférencer, mais ça va être coton puisque il faut justifier d’un motif et Google est regardant à ce sujet ; en outre de nombreuses entrées existent avec son nom : même Wikipédia la mentionne comme contributrice de RL et… ancienne actrice porno (laquelle de ces deux qualités la gêne le plus pour sa nouvelle activité ?). Ses articles sur l’islam sont publiés et repris par bien d’autres sites que RL. Si elle veut se refaire une virginité d’image, elle a du pain sur la planche ».

SB/ Ah, nous-y voilà, un avocat ami ! Aveux que les avocats autour de RL sont militants, sympathisants et ne doivent certainement pas percevoir des honoraires, d’ou mon alerte à la vigilance des donateurs, que RL présente ses comptes en toute transparence pour informer les donateurs sur l’utilisation des fonds récoltés.

Nous avouons ne pas comprendre du tout la logique de l’action, par ailleurs honorable, de Sylvia Bourdon dans son futur engagement. Soit elle veut apparaître sous le nom de Sylvia Bourdon, et elle assume tous les côtés de son personnage, passé et présent. Soit elle pense que son nom est un obstacle au combat, elle reste dans les coulisses, et met en avant d’autres personnes. Mais le coup du lifting islamiquement correct, cela ne peut pas marcher.

SB/ Ce n’est pas à Saint Cassen de prendre des décisions pour moi. L’on persevra son esprit autoritariste qui lui est resté de sa période syndicale-troskiste. Qu’il n’essaye surtout pas de comprendre la logique, il en est incapable, cet article le prouve. Il a voulu faire un coup de pub à RL sur mon dos. Les lecteurs se jettent toujours sur ce genre de chose comme des mouches sur de la merde. L’on dira que le coup est réussit et que j’y contribue largement avec un droit de réponse en chapeau et mes commentaires au propos du signataire qui devrait avoir honte de ce comporter en délateur et laver son linge sale en place publique. Cela ne se fait pas. Il l’a voulu ainsi, il a la réponse.

Nous allons donc attendre la suite des événements, et notamment de savoir si la Cnil classe la plainte sans suite, ou bien si elle l’instruit. Naturellement, nous informerons nos lecteurs de la suite de cette plainte, et défendrons, quant à nous, jusqu’au bout la mémoire de nos archives et de notre Histoire, que Sylvia Bourdon, comme 1546  autres contributeurs, ont contribué à écrire.

SB/ Et bien, la voici la suite des événements.  J’annonce que je vais porter plainte à la police pour malveillance et intention de me nuire personnellement et à la grande cause nationale que je mets en oeuvre. La police fera son enquête et estimera si oui ou non cela devra aller devant le tribunal. 

 

Sylvia Bourdon

 

Cyrano

 

 

En avant plan, le reporter américain Dale Hurd de CBN NEWS, SB, Christine Tasin et Pierre Cassen, qui fait aujourd'hui entendre que la chaine américaine serait venu par l'opération du Saint Esprit !

En avant plan, le reporter américain Dale Hurd de CBN NEWS, SB, Christine Tasin et Pierre Cassen, qui fait aujourd'hui entendre que la chaine américaine serait venu par l'opération du Saint Esprit !

L'interview de Dale Hurd de CBN NEWS avec Renaud Camus, organisé par Sylvia BourdonL'interview de Dale Hurd de CBN NEWS avec Renaud Camus, organisé par Sylvia BourdonL'interview de Dale Hurd de CBN NEWS avec Renaud Camus, organisé par Sylvia Bourdon

L'interview de Dale Hurd de CBN NEWS avec Renaud Camus, organisé par Sylvia Bourdon

Commenter cet article