Enfumage des masses sur le dos du cadavre de ce petit garçon.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

La France toujours à la traine, pour tout et pour rien, relaye aujourd'hui abondamment l'histoire tragique du petit garçon de Kobané, retrouvé noyé sur la plage de Bodrum en Turquie. Les commentaires larmoyants destinés à émouvoir tout un chacun vont bon train, comme hier en Europe. Alors que les atrocités des salafistes sur femmes, enfants, vieillards, Yasidi, chrétiens n'ont jamais ému personne. Le monde est fou et plus que ça. Plus aucun adjectif qualificatif n'existe pour désigner ce qui arrive. Comme le mot génocide fut inventé après la seconde guerre mondiale, un nouveau mot devra être inventé pour désigner ce qui arrive en Europe, provoqué par les Américains qui ont déstabilisé tout le Moyen Orient. 

Parmi les ignobles auto-promoteurs qui se montrent partout, BHL, espère que cette image viendra changer les mentalités en France, afin que les réfugiés soient accueillis, si possible chez tous les habitants de ce pays. On exigera de lui, d'en accueillir dans toutes ses propriétés, avant de donner des leçons à la terre entière.  Ce malfaisant pas suffisamment entartré, qui devrait, comme le disait sur BFM TV, Michel Onfray, se cacher, puisqu'il est responsable de la mort de ce petit garçon, comme Sarkozy-Hollande et tous ceux aux manettes depuis la guerre en Libye, à laquelle la France n'aurait jamais dû participer. Et c'est bien la France qui s'est dépassée dans l'ignoble avec le lynchage du Colonel Kadhaffi, en direct sur toutes les chaines de télévisions du monde. Tout cela avec comme résultat que l'on constate aujourd'hui, le chaos dans le pays, pas de gouvernement avec lequel parler et le site d'ou partent la majorité des hordes islamisées. 

Donc, les commentateurs estiment qu'enfin l'Europe prend conscience de la crise des "migrants" à cause de cette photo qui aurait agit comme un "électrochoc", "dans le monde entier". Que les Européens vont se réunir pour trouver des solutions. Mais de qui parlent les commentateurs ? Certainement pas des peuples subvergés par ce tsunami migratoire islamisé, qui ne cache pas ses intentions, en Hongrie, en hurlant Allah u Akbar et revendiquant, derrière des grillages de la gare de Budapest, leur refus de ne pas être réunis dans des camps de réfugiés. Ce spectacle est révoltant par les exigences violentes, impératives des acteurs, qui sont tous des hommes jeunes, en bonne santé. Quelques femmes et enfants sont effet mélés à ces envahisseurs, dans le seul but d'émouvoir les Occidentaux facilement compationnels et culpabilisés. On se souviendra des chrétiens parmi les hordes islamisées, qui furent jetés par dessus bord par ces barbares. Que deviennent les chrétiens persécutés ? On ne les évoque pas, on ne les voit plus parmi ces hordes sauvages. Peut-être résistent-ils sur place, courageusement ? Ou alors exterminés jusqu'au dernier, pendant que le Pape fait du buzz en allant acheter ses lunettes lui-même ?   On a même put entendre ce matin sur Radio Classique, par des commentateurs compationnels, ce n'est pas la première fois, que ces "migrants" sont pour la plupart des gens de la classe moyenne qui veulent entreprendre, refaire leur vie et participer à l'économie du pays. Plus naifs c'est impossible. Les bras vous en tombent. Seul l'opinion publique et le Premier Ministre de Hongrie, Victor Orban, semblent avoir du bon sens et sentent le danger provoqué par les lâchetés, erreurs, incompétences, enfumages, manipulations de ceux qui sont aux manettes et leurs valets de service médiatiques. Les Européens de l'Est se réunissent de leur côté, le reste à Bruxelles. Nous n'avons jamais été aussi prêt de l'éclatement de l'Europe. Finalement, ce ne sera pas l'€ qui aura raison de l'UERSS, mais l'invasion de hordes islamisées. Merkel avait raison sur un point: la crise migratoire est plus importante que celle de l'€. 

Qui va sortir les peuples des griffes de leurs malfaisants dirigeants, qui inertes, sont même dans le déni des mots ? "Mal nommer les choses est ajouter aux malheurs du monde" disait Camus. On pourra dire, qu'ils ont contribué, sans aucune exception aux malheurs du monde. Encore une fois, qui va nous sortir de ce chaos déjà entamé ?  La est maintenant la question.

Hildegard von Hessen am Rhein

Enfumage des masses sur le dos du cadavre de ce petit garçon.Enfumage des masses sur le dos du cadavre de ce petit garçon.Enfumage des masses sur le dos du cadavre de ce petit garçon.

Commenter cet article