L'Allemagne folle ? Pire, elle piétine désormais ses lois en faveur de l'envahisseur.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Une circulaire démente, émanant du bureau du Sénateur de Hambourg, Neumann, diffusée par le célèbre site dissident allemand: Pollitically Incorrect, indique que la police ne doit plus faire son travail, pour ce qui concerne les envahisseurs en provenance de Hongrie. Ne plus contrôler afin d'éviter tous troubles à l'ordre public. Bref, cesser de respecter la loi, puisque les ordres viennent du gouvernement fédéral. S'écraser mollement devant l'envahisseur que l'on va désormais câliner, jusqu'à ce qu'ils vous coupent la gorge ... Inévitable situation ! 

Sous l'appellation "Syrien", ils se poussent tous au coeur de l'Allemagne, réclamant "Maman Merkel", enfant les larmes aux yeux dans les bras, caméras braqués sur les visages pour montrer la détresse enfantine, afin d'émouvoir le lambda, qui ouvrira large ses bras bisounours en pleurnichant.  Entre désormais qui veut en Allemagne qui a cessé d'être un Etat de droit. 

Tout cela, pendant que les franchouillards furent retournés comme des crêpes en une seule nuit, par la seule publication d'une photo d'un garçonnet mort, parce que son père voulait se rendre chez le dentiste. Grosse manipulation !   Un sondage vient de sortir qui prouverait que désormais ils sont d'accords, ces boeufs, pour accueillir "toute la misère du monde". 

La puissance du système aux ordres est imbattable, à moins qu'enfin, les citoyens prennent leur destin en main. Hélas, ce voeux pieux, que je formule depuis des années est loin de voir le jour. Le consumérisme, plus la puissance des images, avec la meilleure volonté du monde, j'ignore comment les dissidents éclairés vont arriver à renverser la vapeur. Il faut juste espérer une croissance des crimes et délits commis par les envahisseurs, pour qu'enfin le chaos devienne tel, que les autorités franco-allemandes réagissent enfin et admettent s'être trompé. 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article