La France peut-elle redevenir Grande ?

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Nous vivons une épque tragique. Tragique pour la France, tragique pour l'Europe et tragique pour l'Occident. Alain de Benoist décrit fort bien et de manière impressionnante ce qui nous arrive et par la faute de qui. Article sur Boulevard Voltaire en lien.  

Est-ce pire en France qu'ailleurs ? Certainement pour ce qui concerne la désacralisation de la fontion du chef de l'Etat et de l'aspect des Français qui ne sont plus un peuple.

Contestée aujourd'hui par de mauvaises décisions, par ses hésitations, Angela Merkel influe tout de même un peu de respect pour avoir conduit son pays au rang de première puissance économique de l'Europe. Pour avoir été le pire président des Etats Unis, Obama, n'a pas abimé sa fonction, tout autant que David Cameron.  De Berlusconi à Matteo Renzi, ces guignols, ont dégradé une Italie devenue risée du monde. Quand Hollande fait honte à la France différemment, mollement. Il représente si bien la France d'aujourd'hui, comme Sarkozy avant lui. Un non pays. Et, je ne vois pas comment ce pays va s'en sortir, puisque comme dit plus haut, il n'y a plus de peuple.

Lorsque je vois des milliers de policiers manifester Place Vendôme, sous les fenêtres de ce qui sert de ministre de la justice, parce que martyrisés, humiliés, par une certaine catégorie de personnes; les criminels de droits commun, majoritairement issus des populations islamisées, pour lesquelles le droit de la charria dépasse les droits de la République et avant et surtout par leur hierarchie, je suis consternée et une tristesse profonde me prend.

Ils se trompent. Ce n'est pas manifester qu'ils doivent, c'est s'associer à l'armée et désobéir, destituer l'individu qui prétend être chef de l'Etat et faire en sorte que la France redevienne un grand pays. Le discours de Manuel Valls vient illustrer ce que je dis, car ce furent des paroles vides de sens. Un enfumage pour calmer momentanément les ardeurs. 

Et bien, je voudrai que de ces deux corps de l'Etat, d'une voix commune, soit lancé à la face du pays et du monde: "Nous voulons que la France redevienne un grand pays".

Quand les Allemands sont en train de réagir face aux mauvaises décisions de leur Chancelière,  qu'ils en sont à évoquer le § 20 de leur loi fondmentale, ces Allemands, encore passés sous silence médiatique,  ce qui devrait changer devant la pression du peuple, qui se fait de plus en plus forte, les Français eux, n'ont que le FN. 

Un parti politique ici, sans peuple, mais un peuple sur l'autre rive du Rhin. Un peuple qui gronde au pays de Goethe, un autre soumis, simple râleur, au pays de Voltaire.

Si pour Alain de Benoist, François Hollande aurait fait un très bon marchand des quatre saisons, cela va sans dire qu'il a endossé le costume de vice-chancelier de madame Merkel. Qu'il ait put être ainsi humilié par Marine le Pen, au Parlement Européen, en dit long sur la désacralisation qu'il a opéré sur sa fonction. L'intervention musclée de MLP contribue à finir la désastreuse image de la France, comme déjà dis, devenue un non pays. 

Une France qui ne respecte pas ses contrats avec la Russie, mais courtise les monarchies du Golfe. Une France qui s'agite, qui hésite, tergiverse et se trompe constamment en politique étrangère, alors que jadis elle en était un acteur majeur. Cela n'a jamais été pire que sous Sarkozy-Hollande. Et enfin, une France qui se désagrège dans une construction Européenne mortifère, non seulement pour elle, mais pour tous ses autres membres. 

En tant que membre de ce non pays, ou ce sont des animateurs de télé qui tiennent le haut du pavé, auprès desquels se pressent ceux qui s'appellent "politiques" pour entamer des grands concerts de dérision, je ne peux être que triste et mélancolique, mais aussi en colère de la disparition de son peuple, devenu magma informe de personnes qui a voté pour propulser à la plus haute fonction, quelqu'un qui leur ressemble, une non personne, une espèce de chose disgracieuse. Dans ces conditions comment préserver cette fonction suprême ? Comment la France peut-être redevenir Grande ?  

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article