Laurent Obertone infréquentable, Yasmina Khadra très fréquentable.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Je vais la faire très courte. Je constate que Laurent Obertone a toujours été rejeté, passé sous silence,  sinon conspué et insulté, lorsqu'il se met dans la peau de Breivik à travers son ouvrage: UTOYA, une oeuvre magistrale qui fut ainsi saluée par ceux qui savent encore penser par eux-mêmes. C'est la liberté de l'écrivain qui lui est niée à Laurent Obertone, car son précédent livre, son premier: France Orange Mécanique, révélait les horreurs des faits divers que le pays doit subir, majoritairement par les populations issues de l'immigration et islamisées. C'en était trop pour le camp du bien, auquel Obertone tenta aussi violemment d'ouvrir les yeux. Vite fait, bien fait, Obertone fut classé dans la "faschosphère" pour écrire la vérité. Terminé, exit, on en parle plus.  

Aujourd'hui, nous avons l'écrivain francophone, d'origine Algérienne, Yasmina Khadra, qui a entâmé le même procéssus qu'Obertone pour Breivik, lequel Khadra se met dans la peau de Khadafi et c'est l'extase. J'évite de donner le titre du livre pour ne pas lui faire de la publicité.  Il a la bonne origine, qui a le droit de tout faire de tout dire, ce qui est interdit aux créateurs de souche. Même en matière littéraire, c'est le deux poids deux mesures. Ce qui signifie que la situation remplaciste s'accélère à travers l'écriture aussi. 

Mais il reste les journaux en ligne dissidents, lesquels font correctement leur travail et mentionnent abondamment ces oeuvres, lesquelles sont pour le coup de vrais chefs d'oeuvre. 

Hildegard von Hessen am Rhein.

Commenter cet article