PAR SES GISEMENTS PÉTROLIERS & GAZIERS, LA GRÈCE EST LE PAYS LE PLUS RICHE D'EUROPE !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Pas étonnant que dès-lors les couteaux de la convoitise s’aiguisent toujours et encore, au détriment du peuple Grec, dont la dette pourrait largement être payée, si ses énormes gisements de pétrole et de gaz en mer Ionienne, Egée et en Crète étaient exploités.

La Grèce est riche de 22 milliards de barils en mer Ionienne, au nord de la mer Egée, ce serait pour 4 milliards de barils, il faut encore explorer au sud de la mer Egée et autour de la Crète. Le pactole est estimé par l’analyste Grec, Aristote Vassilakis,  à 9 trillions de $. Si seulement une petite partie du pactole était extrait, cela éteindrait la dette Grecque, transformerait les finances de la Grèce et de toute la région. Les Chinois qui ont racheté le port du Pirée, savaient ce qu’ils faisaient.

Le célèbre politologue Américain, William Engdahl, révèle dans un article sur le sujet, qu’un expert en pétrole de l’Université de Tulane, David Hynes, aurait récemment déclaré, durant une conférence à Athènes, que la Grèce pouvait résoudre la totalité de sa dette en développant ses ressources en gaz et pétrole. Il a même estimé que l’exploitation des réserves déjà trouvées pourraient rapporter plus de 302 milliards € sur 25 ans. Au lieu de cela, le gouvernement Grec a juste été contraint d’accepter d’énormes licenciements de fonctionnaires, des réductions de salaires et de pensions, provoqué une pauvreté d’après tremblement de terre,  afin d’accéder à un second prêt de l’UERSS et du FMI, qui précipitera davantage encore le pays dans son déclin économique. Et Engdahl de continuer : « Notamment, le FMI et les gouvernements de l’UERSS, parmi lesquels, l’Allemagne, demandent à la Grèce de vendre ses ports rentables, ses entreprises d’Etat, parmi lesquelles bien sûr des compagnies pétrolières Grecques, afin de réduire la dette publique. Dans les meilleures conditions la vente des actifs rapporterait peut-être 50 milliards €. Il est demandé que la compagnie nationale de gaz Grecque, DEPA, soit privatisée à 65%. Ce qui signifie que les acheteurs viendront forcément de l’extérieur, puisque très peu de compagnies Grecques peuvent se permettre de la reprendre en cette période de crise. »

On les voit venir gros comme des buildings. Que fait donc le gouvernement Tsipras en toute connaissance de cause ? Il ferait piller son pays par l’UERSS et les US de l’administration Obama, qu’il ne s’y prendrait pas mieux. Et l’opposition ? Ne se remet-elle pas de sa gueule de bois d’avoir perdu les élections en faveur de ce gôchiste pour rester ainsi inerte ou visiblement absente ?  

C’est sous le gouvernement de la Nea Democratia de Costas Caramanlis que la Energean Oil & Gas a été fondée. Ce sont les Grecs et seulement les Grecs qui ont investis dans la prospection. Ils sont assis sur un pactole que le monde convoite et est prêt à leur voler. La Russie, fine mouche a toujours été du côté des Grecs et est très attentive à son devenir. Elle joue un contrepoids « virtuel » à l’Occident, lire, des US, pour le moment. L’on imagine aisément que les aimables intentions de la Russie envers la Grèce défrisent certains aux USA, en particulier le couple politique corrompu des Clinton. Comme le dit ironiquement, l’excellent William Engdahl, Hillary danse le Sirtaki ! En 2011, alors Secrétaire d’Etat, elle entreprend un voyage à Athènes avec dans la tête le seul dossier qui vaille : l’énergie.  Et voici ce que croit savoir William Engdahl, qui révulsera n’importe quel lecteur : 

« C’était limpide que Hillary, qui était accompagnée de Richard Morningstar, son émissaire spécial à l’énergie eurasiatique, n’avait qu’une seule idée en tête. En effet, Morningstar était le conseiller spécial de son mari, Bill Clinton, à la diplomatie de l’énergie autour du bassin Caspien. Il était à Washington l’un des plus opérationnel dans la guerre géopolitique à démanteler l’Union Soviétique. Puis, le plus actif dans la mise en place de l’encerclement d’une Russie plongée dans le chaos, par les membres de l’OTAN hostiles à l’URSS. Richard Morningstar, et son très controversé assistant, Matthew Bryza, furent les architectes principaux à Washington, qui consistait à isoler le pipeline de pétrole et de gaz Russe & Gazprom, qui approvisionne les ressources en gaz de l’UE. Bryza est un opposant déclaré du pipeline de Gazprom qui transite à travers les états de l’est de la Méditerranée. Il est clair que l’administration Obama n’est pas neutre sur les découvertes de pétrole et de gaz en Grèce. Trois jours après la visite de Hillary, le gouvernement Grec a proposé la création d’une nouvelle agence gouvernementale qui lancerait les appels d’offres pour études sur le pétrole et le gaz et en dernier lieu, les offres de forage.

Morningstar est le spécialiste US de lutte contre la diplomatie de l’énergie Russe. Il fut l’artisan du très controversé pipeline B-T-C qui passe de Bakou par Tbilisi en Géorgie et le port Méditerranéen Turc de Ceyhan. Une entreprise coûteuse destinée uniquement à contourner le transit par le pipeline Russe. Il a ouvertement proposé à la Grèce et à la Turquie d’abandonner leurs différences historiques sur Chypre, et de s’entendre pour faire équipe concernant leurs réserves en pétrole et gaz en mer Égée. Il a également dit au gouvernement Grec d’oublier sa collaboration avec Moscou sur les projets de pipelines de gaz, du South Stream et Bougas-Alexandroupolis. Selon un rapport de l’analyste politique, Aristote Vassilakis, publié en 2011, les motifs de Washington de pousser la Grèce à se joindre à la Turquie sur les questions de pétrole et de gaz, serait une formule pour répartir les revenus. Selon le rapport, grand prince, Washington propose que la Grèce reçoive 20% des revenus, la Turquie autres 20% et la société US Noble Energy de Houston, Texas, qui forerait avec succès dans les eaux offshore Israéliennes et Grecques, se taillerait la part du lion avec 60% des parts. Et pour clore le tout, Bill Clinton est un lobbyist pour Noble Energy. »

La boucle Clinton est bouclée. Le couple s’en mettrait plein les poches. Vous comprendrez les efforts titanesques de Hillary pour arriver au pouvoir, malgré ses casseroles de emails et Bengazi aux fesses.

Donald Trump ne cesse de caracoler dans les sondages, malgré ses bourdes et déclarations en dépit du bon sens, alors qu’il revendique le bon sens. La seule chose à son crédit qui me fait espérer son accession à la Maison Blanche, est qu’il est riche, n’a donc pas besoin de s’enrichir en faisant de la politique, comme les Clinton. Qu’il est un patriote sincère. Et enfin, qu’il saura en bon chef d’entreprise qu’il est, s’entourer des meilleures compétences pour redorer le blason de son pays, tout en souhaitant discuter avec le Président Poutine. Ce qui éloignerait les perspectives va-t-en-guerre de Washington.

Depuis, la Grèce si riche, continue à s’enfoncer dans la crise de l’€, contrainte par l’Allemagne, tout en se faisant asphyxier par l’invasion massive en provenance de Turquie, ou son chef, Erdogan, veut s’ériger en nouveau Kadhafi, par chantage à l’UE sur l’invasion qu’il pourrait contrôler, moyennant monnaie sonnante et trébuchante d’un pourboire de 3 milliards €, dont une partie, que personne n’en doute, servira à entretenir son immense palais et non à développer l’Anatolie. C’est le peuple qui trinque, martyr de la cupidité de certains corrompus US. Le Président Poutine a raison, les US sont à l’origine de la crise migratoire en Europe. Le chaos ainsi organisé en Europe, pour des raisons pétrolières et gazières en Méditerranée ? C’est bien probable !

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article