Soutien à Guillaume de Thieulloy du Salon Beige.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Très humblement, j’avoue ne jamais avoir visité ce fameux Salon Beige pour des raisons que je ne saurai expliquer. Peut-être que le nom ne m’inspire guère. Je ne comprends pas sa signification doucereuse. Ensuite, catholique mais agnostique, mon intérêt pour ce site fut donc, jusqu'à ce jour, inexistant. 

Cependant, ce matin, je reçois sur ma boite mail une alerte de ce site dissident bien connu, déclarant faire l’objet de poursuites par l’inoxydable Pierre Bergé, pour un montage publié par le site et que vous pourrez voir en lien. Récemment, Alain Soral n’a pas fait mieux dans une de ses vidéos, lequel Soral, lui aussi poursuivit par les assiduités du même personnage, que rien n’arrête avec son fric. Les dissidents n’ont qu’à bien se tenir, le rouleau compresseur Bergé veille à ce que le slogan moisi, « Je suis Charlie », reste dans son « camp du Bien ». Lui qui aurait aimé qu'une bombe éclate durant la manif pour tous ...  Cette judiciarisation fasciste du débat public devient insupportable. Destinée à écraser économiquement ceux qui ne pensent pas conforme.

Salon Beige, comme Soral ont tout mon soutien. Pour Soral, même si je ne partage toutes ses opinions, il a le droit de s’exprimer librement.

J’ai enfin regardé Salon Beige, qui me semble un site élégant aux tritres courtois, loin de certains, agressifs et vulgaires, qui ne font que les décrédibiliser.  Salon Beige, a tous les droits d'exister,  si nous sommes encore en régime démocratique. Ce dont je doute, puisque poursuivi par les « Je suis Charlie » au service du bâton du régime socialo-républicain. La France des droits de l’homme s’est donc définitivement évanouie dans les limbes noires de l’oubli pour se transformer en un non pays, ou les citoyens engagés sont balayés par le politiquement correct, par des indignes procédures judiciaires, que l’on aimerait voir bientôt disparaître, si toutefois, outre Atlantique un Donald Trump, lui-même grand pourfendeur du politiquement correct arrive dans le bureau oval. Il aura alors, à lui seul assassiné ce politiquement correct qui massacre depuis quarante ans, en Europe, la liberté d’expression. La liberté nous reviendrait-elle de l’Empire tant décrié, affaiblit durant les dernières administrations depuis Reagan ? A travers Trump,  qui veut « refaire de l’Amérique un grand pays », les Européens suivistes s’aligneront-ils ? C’est à espérer.  

En revanche, ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est que ceux qui dirigent des sites soi-disant de la dissidence, fassent appel aux dons pour pouvoir se défendre en justice. J'estime que, lorsque l'on prend des engagements politiques d'opposition, l'on doit seul en assumer les conséquences, y compris celles de frais judiciaires. Pour un certain site, l'on constatera qu'il fait son auto-promotion sur le nombre de poursuites, qu'il épingle à son revers comme une légion d'honneur. Soral étant celui le plus poursuivi de tous, me semble-t-il, mais détrompez moi, paye ses condamnations et ne va pas pleurnicher auprès de son public. Voilà ce qui me gêne chez certains, auxquels d'ailleurs, les lecteurs crédules ne demandent jamais de comptes ...

Hildegard von Hessen am Rhein

 

Soutien à Guillaume de Thieulloy du Salon Beige.

Commenter cet article