VALSE de propagande anti Russe, anti Trump et autres.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Rien ne les arrête, ces manipulateurs hors sol, dont je n'oserai même plus prétendre qu'ils sont encore aux ordres de qui que ce soit, sinon d'eux-mêmes, véhiculant leur funeste idéologie sectaire de gôche. Arrogants, du haut de leurs certitudes, les voilà partis dans leurs délires anti Russie, anti Poutine, pour ce qui concerne les frappes en Syrie. Les Russes auraient "mal visé". Ce serait des groupes financés par la CIA ... Vous imaginez ? Si c'était vrai, je  pense que la réaction Américaine ne se serait pas fait attendre. C'est un motif de guerre. Et si c'est vrai, que Washington ne réagisse pas plus que ça, demande simplement une réunion de coordination entre les deux armées,  cela peut aussi signifier qu'Obama est d'accord, estimant peut-être s'être trompé en finançant ces groupes en question. C'est une habitude récurrente de Washington de se tromper de "partenaires", ou de choisir les mauvais. 

Entre les deux grandes puissances, car la Russie est de retour dans le concert international, tous les signes y sont, la France n'existe plus. On se demande quelle sont les cibles qu'elles a atteintes lors de sa sortie contre la Syrie. Le partenaire Allemande par la voix de Sigmar Gabriel, Ministre de l'Economie demande l'arrêt des sanctions contre la Russie, puisque, l'on ne peut pas demander de collaborer avec la Russie contre l'EI, si l'on garde les sanctions. Une déclaration bien tardive, puisque la Russie est intervenue sans autorisation de quiconque. Cela en toute légalité car, sur demande du gouvernement élu de Syrie et selon leur législation Russe, en accord avec le droit international. 

BFM championne en manipulation pose une question à ses affidés: "Peut-on faire confiance à Vladimir Poutine ?" La majorité manipulée, ignorante ou indifférente, vote NON. Ce qui signifie que la lobotomisation bat son plein et que le système est encore puissant. On ne peut que dire: PENSEZ PAR VOUS MÊME ! 

Ensuite, ils en ont après Trump, ce grossier personnage, vulgaire, en constante provocation et dérapage, raciste, xénophobe et j'en passe, quant Obama a mis l'Amérique à terre. Cela est soigneusement passé sous silence, ou évoqué de manière timorée.  Rien ne trouve grâce à leurs yeux d'ilotes, bas du front. Ils se déchainent contre Nadine Morano, pour continuer avec les députés qui visitent en ce moment Moscou. On peut dire que le seuil de tolérance est largement dépassé pour nous, peuple, qui avons encore une conscience politique et beaucoup de bon sens, vertu inexistante dans la caste. 

Et puis, la honte, de voir Hollande gesticuler avec son élocution baveuse à la tribune de l'ONU, imaginant avoir encore de la voix dans le concert des grandes puissances. Tragique illusion. Sarkozy avant lui, lui maintenant, ont mis le pays à terre, dans tous les sens du terme. Chômage de masse, pauvreté en développement, caisses vides sauf pour eux, peuple de souche démoralisé plus grand consommateur de tranquilisants au monde, fuite des cerveaux, arrivages de remplaçants sous-qualifiés, islamisés, ne parlant pas le français, dépôts de bilans par milliers, si bien chez les agriculteurs que chez les entrepreneurs, suicides massif de ces derniers, attentats en développement sur notre sol, invasion migratoire s'ajoutant aux centaine de milliers d'illégaux jamais expulsés et que l'on contraint le contribuable à entretenir.  J'en oublie ?   

Quelle perspective pour ce pays martyrisé par ses "éllites" ? 2017, Sarkozy, Hollande, MLP, Bayrou et son club sans colonne vertébrale de l'UDI ? La France vit une tragédie inédite, mais son peuple est aussi responsable car il vote. On m'objectera que l'offre n'est pas alléchante. Certes, dans ce cas il faudrait spontanément faire en sorte que le parti de l'abstention devienne le plus important de France. Ce qui provoquerait immenquablement le chaos et, forcément un chef devrait alors surgir. Peut-on encore rêver ? 

Hildegard von Hessen am Rhein

 

Commenter cet article