MERKEL « tient la barre », SEEHOFER baisse la garde. Quand le chaos s’installe en Allemagne !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

On lit ici et là, dans la presse suiviste française, sans colonne vertébrale et surtout dissimulatrice, que les problèmes viennent d’être réglés en Allemagne en matière de maitrise des flux migratoires. On entend sur Radio Classique, le brillant planqué, reprit de justice, Secrétaire d’Etat aux Affaires Européennes, l’inénarrable Harlem Désir, déclarer que l’Allemagne vient de résoudre ses problèmes et que « l’UE va obliger ses Etats Membres d’accueillir de manière équitable » les « réfugiés » ! (sic)

Qui croit encore leurs sornettes manipulatrices, dissimulatrices, pour nous faire accepter ce que l’on peut sans hésiter désigner comme un génocide ethnique Européen ? Ils n’impriment pas dans leurs esprits obtus et du haut de leurs certitudes, que des citoyens sont multilingues, dont je suis, qui ne buvons plus leurs certitudes sans esprit critique, en allant chercher dans la presse étrangère les informations, en faisant un travail de recoupement pour rendre compte, sans dissimulation ou manipulation. Nous faisons un travail pour décontaminer leur contamination des esprits.  Ici, il s’agit de la presse allemande et en particulier du journal économique DEUTSCHE WIRTSCHAFTS NACHRICHTEN, qui ne mâche jamais ses critiques ouvertes, ce qu’aucun de ses confrères français n’oserait faire !

Voilà ce qu’il nous rapporte sur le sommet sur l’asile entre CDU, CSU et SPD hier. Les bras vous en tombent ! La coalition gouvernementale a décidé de suivre la ligne de la Chancelière Merkel ! Les frontières resteront donc ouvertes. Le nombre de « réfugiés » qui pénètrent le pays n’est plus comptabilisé. Alors, le gouvernement veut gérer de manière technocratique la crise, ou donner l’impression qu’il est aux manettes … Car, les premières mesures sont d’abord destinées à calmer la population. Le patron de la CSU, Horst Seehofer, qui exigeait il y encore quelques jours, un « changement de cap », entone désormais une autre mélodie. Il prétend désormais qu’avec cette politique « l’on rétablira la confiance des gens. ». Des vraies girouettes, des irresponsables, dépassés par l’invasion !

Comme déjà dis dans mes deux précédents articles, le gouvernement veut mettre en place des camps pour les immigrés qui doivent être expulsés. Ils appellent cela désormais : « centres d’enregistrements », non plus « zones de transit », qui seraient inhumains et incontrôlables sur le plan de la sécurité ! C’est en changeant la désignation des choses que la dissimulation de la situation catastrophique commence. Les « centres d’enregistrements » seront éparpillés sur le territoire et en Bavière qui en accueillera deux, ou seront installés pour les « demandeurs d’asiles » en provenance de « pays sûrs ». Ces installations sont destinées à donner le sentiment à l’opinion publique, que les immigrants économiques seront rapidement expulsés et à donner en outre l’impression que désormais ce sont des règles strictes et sévères qui sont enfin mise en place.

Comme je le disais hier, dans la pratique, l’installation de ces camps va inciter les immigrants à se mettre en situation irrégulière, car ils éviteront de s’y rendre. Sans évoquer le développement du commerce de faux passeports Syriens. Hilarantes sont les critiques des partis de gôche, qui révèlent que les partis de gouvernement, dissimulent la surchauffe de l’administration en charge du traitement des dossiers d’asile, par manque de personnel. Ajouté que les « sans papiers » qui se seront évanouis dans la nature, se présenteront sur le « marché noir » de l’emploi pour vivre et pour faire on ne sait quoi d’autre. Par exemple venir clandestinement en France ou ailleurs. Ou alors si ce sont des soldats d’Allah, obéir aux ordres de l’Etat Islamique, n’importe ou, n’importe quand, contre n’importe qui.  Bref, nous sommes au début d’une guerre venue encore une fois d’Allemagne !

Pour terminer ce sommet sur l’asile, la Chancelière a de nouveau martelé : « Nous allons y arriver et nous le voulons ainsi. » La messe est dite ! Le chaos peut se développer ! Suite au prochain épisode !

Alors encore une fois, rassemblement demain pour soutenir le seul résistant à la politique Merkel en Europe, Viktor Orban, PM de la Hongrie, à 15 heures devant l'ambassade de Hongrie à Paris. 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article