PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Encadrés par une massive présence policière, ils étaient là, ils sont venus, par centaines, presque un millier de personnes de tous âges, venues, à l'appel de Karim Ouschikh, Président du SIEL, en soutien à Viktor Orban, le premier des résistants Européens à la politique migratoire de l'UERSS et de la femme en confusion mentale, pensent certains experts germanophones, Angela Merkel. Viktor Orban, menacé avec sa famille par l'Etat Islamique, son pays conspuré par les Européens de l'Ouest, qui ont dévoyé l'idée Européenne et ses racines gréco-chrétiennes et juives, desquelles sont issues toutes les grandes oeuvres artistiques, qu'elles soient musicales, littéraires, architecturales et picturales. Cette chrétienté qui a trouvé la science et la raison, en opposition à la croyance béate sans réflexion. Ce qui n'empêche pas les esprits les plus évolués de croire à quelque chose de supérieur. Idée impossible en islam. Cette chrétienté que le Professeur Ratzinger, alors Pape Benoit XVI, voulait voir inscrite dans les traités que l'UERSS trotzkarde Barrosienne a refusé. C'est tout cela qu'étaient venu défendre ce presque millier de personnes, Avenue Foch, à Paris, ce samedi 7 novembre 2015.

Beaucoup de presse, de photographes, dont on attend les rapports que j'espère honnêtes, si c'est possible de leur part. Ici je vise bien entendu les mainstreams. 

Le discours de Karim Ouschikh était très convainquant, Christian Vanneste eut des élans furieusement romantiques, au sens allemand du terme, le vice Président du SIEL, l'avocat, Frédéric Pichon était habité par une solide véhémence militante pour la souveraineté, Renaud Camus, dans la foule, à sa place et dans son rôle auto-proclamé de résistant au Grand Remplacement, son terme entre petit à petit dans l'inconscient populaire. 

Alors que de la bouche de la plupart des orateurs était attaqué le Grand Capital, responsable de cette invasion migratoire, la présence de Charles Beigbeider, qui briguait le poste de Président du MEDEF était plutôt surprenante. On ne sait jamais ou le roseau Beigbeider se plie dans les vents de la politique. Il était UMP, ...,  maintenant ....?  Et le voilà qui s'affiche au SIEL. C'est une tête d'affiche profitable au SIEL car, l'époque actuelle demande du "people" !  Et puis, René Marchand, l'islamologue distingué, auteur de: La Reconquista, costume en velour cotelé vert hongrois, de tous les rassemblements patriotes, a également marqué de sa présence l'appel du SIEL en soutien à Viktor Orban. Le dessinateur TCHO était parmi les manifestants, lui qui gratifie de son talent de dessinateur humoristique, si bien Télé Liberté, que Boulevard Voltaire et je l'espère maintenant, Dreuz Info, que j'ai informé qu'il aimerait faire des dessins pour eux. Nous avons fini dans le jardin de la Closerie des Lilas autour de quelques verres. 

C'était un bel après-midi de novembre, inhabituellement doux, Avenue Foch, devant l'Ambassade de Hongrie. Les drapeaux de nos deux Nations flottaient au vent, et pour marquer l'ambiance, de mon téléphone portable, j'ai pu faire jouer par la technique, à plusieurs reprises, une version bouleversante de l'Hymne Hongrois, que des personnalités comme Christian Vanneste, ou le public anonnyme découvraient avec plaisir, tant il est beau et tragique aussi aux vues de son histoire qui ressert les plats et dont je vous remets le texte révélateur de ce qui est en train de nous arriver en ce moment du 21ème siècle en Europe. Vidéo en lien. 

Il est à déplorer, l'aspect non massif de ce rassemblement. Que font donc les Français ? Et bien, honteusement, ils sont massivement, souvent courageusement anonymes, devant leurs écrans à marquer leurs frustrations et leurs colères sur les réseaux sociaux. Il faut qu'ils sachent que cela ne sert strictement à rien et que, la prochaine fois qu'un mouvement les appellera, il faut qu'ils se lèvent en masse pour venir rejoindre la contestation. La rue ne doit plus exclusivement appartenir à la gauche, mais aussi et surtout, à ceux qui la combatte et, ils sont bien plus nombreux que la gauche dans ce pays. Simplement, il faut qu'ils le fassent savoir. Les Français doivent être de ceux, qui doivent sonner le glas Européen de l'invasion massive islamisée. Ils doivent tenir leur rang historique. Ce qu'ils sont bien loin de faire en ce 21ème siècle. En effet, lorsque la gauche, professionnelle de la manif, appelle à sortir, les masses sortent et font illusion car, dans les urnes il en va tout autrement. Et comme paraitre est important dans ce système de communication, il faut que la partie adverse, plus importante dans les urnes, le fasse aussi savoir physiquement, dans la rue ! C'est la seule façon d'obtenir une couverture médiatique normale ! 

Hildegard von Hessen am Rhein

 

Texte de l'hymne Hongrois qui vous fera comprendre la résistance de Viktor Orban et de son peuple. Il vaut mieux de tous les discours ! 

 

Bénis le Hongrois, ô Seigneur,
Fais qu'il soit heureux et prospère,
Tends vers lui ton bras protecteur
Quand il affronte l'adversaire !
Donne à qui fut longtemps broyé
Des jours paisibles et sans peines.
Ce peuple a largement payé
Pour les temps passés ou qui viennent.

Aux Carpates, sur ton conseil
Nos aïeux osèrent s'étendre.
Quelle belle place au soleil
Tu aidas nos pères à prendre !
Aussi loin que de la Tisza
Et du Danube le flot danse,
Aux fils héroïques d'Arpad,
Tu as prodigué l'abondance.

Tu fis onduler, à l'instar
Des mers, les épis dans nos plaines,
Et tu permis que du nectar
De Tokay nos coupes soient pleines.
Grâce à toi, nos drapeaux ont pu
Flotter chez le Turc en déroute,
Les murs de Vienne être rompus
Par Matyas et ses noires troupes.

Hélas ! nos fautes, trop souvent,
Ont fait éclater ta colère.
Et de tes nuages ardents
Tu as fait jaillir le tonnerre.
Alors ce furent les Mongols,
Leurs dards sifflants et leurs pillages,
Puis le Turc qui sur notre sol
Posa le joug de l'esclavage.

Que de fois, sur l'amas sanglant
Des cadavres de nos armées,
Par les cris orgueilleux d'Osman
La victoire fut proclamée !
Que de fois, ô Patrie, enfin,
Tes propres enfants t'attaquèrent !
Et par leurs crimes tu devins
L'urne funèbre de leurs frères.

Fuir ! Mais d'asile il n'était point
Contre le fer et sa furie.
Dans son propre pays, en vain
Le fuyard cherchait sa patrie.
Il allait par monts et par vaux,
Pour compagnons, douleur et doute,
Pour horizon, du sang à flots,
Et des flammes pour clef de voûte.

Là, ces ruines furent un fort,
Autrefois y régnait la joie.
À sa place, un râle de mort
Et des plaintes de cœur qu'on broie.
La liberté ne fleurit point,
Hélas ! dans le sang des victimes !
Les yeux de l'orphelin sont pleins
Des pleurs de ceux que l'on opprime.

Prends pitié du Hongrois, Seigneur.
Si souvent il fut dans les transes !
Tends vers lui un bras protecteur
Dans l'océan de ses souffrances !
Donne à qui fut longtemps broyé
Des jours paisibles et sans peines.
Ce peuple a largement payé
Pour les temps passés ou qui viennent.

Lyrics: Ferenc Kölcsey, adaptation française: Jean Rousselot 1962

Musique: Ferenc Erkel

Source Wikipédia

 

 

PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !
PARIS ÉTAIT AU RDV DE VIKTOR ORBAN, 7.11.2015, À L'APPEL DU SIEL !

Commenter cet article