La Turquie défend les funestes intérêts Américains, quand l’Europe est vassalisée et escroquée ! Trump for President !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

La Turquie installe une base militaire dans le nord de l’Irak. Le gouvernement Irakien dénonce un viol aux droits des peuples à disposer d’eux-mêmes. La Turquie veut sécuriser son « petit business » pétrolier. Des suppositions sérieuses démontrent que l’EI, approvisionne la Turquie. Samedi, le gouvernement Irakien a ordonné un retrait immédiat des troupes Turques dans le nord de l’Irak Kurde. « Les soldats et les chars sont entrés dans le pays sans notre autorisation », déclare le Premier Ministre Irakien, Haider al Abadi, en dénonçant une grave atteinte à la souveraineté de son pays. Le Chef de l’Etat Irakien, Fuad Massum, Kurde, accuse Ankara de violer sa souveraineté. L’Ambassadeur de Turquie a été convoqué au MAF de Bagdad. L’agence Turque ANADOLU rapporte ce vendredi que, 150 soldats Turcs et 20 à 25 chars seraient arrivés dans la région de Baschika, au nord de Mossul. Mossul, tombée dans les mains des djihadistes de l’EI en juin 2014. Selon les Turcs, il s’agit simplement de mouvements de troupes, dans le cadre « d’une mission de formation des combattants Peschmergas Kurdes ».

Pourtant, des soldats Turcs sont déjà installés depuis deux ans et demie dans la région Kurde du nord de l’Irak, afin de former les Peschmergas contre les milices de l’EI. Ce camp d’entrainement se situe à 80 km de la frontière turco-irakienne, contrôlée par des unités Kurdes, mais qui est aussi revendiquée par Bagdad. 

Les médias Turcs, eux, rapportent un stationnement bien plus important. Le Hürriyet titre : « La Turquie met en place une base de 600 soldats dans la région de Baschika de Mossul. » Ce qui ferait suite à des accords entre le gouvernement Turc et le Président de la région autonome Kurde, Massud Barsani, qui collabore étroitement avec Ankara, notamment dans le domaine économique et pétrolier. Les autorités de la région Kurde déclarent, que le gouvernement Turc a envoyé ces derniers jours des experts et du matériel destinés à élargir le camp militaire, quand le Premier Ministre ; Ahmet Davutoglu, dément, lors une allocution télévisée, que son pays élargi ses interventions militaire en Irak. Le chef du gouvernement, Abadi, un chiite se trouve sous pression et en particulier les forces chiites, qui veulent éviter davantage de troupes étrangères en Irak, notamment Américaines. Il a déclaré, il y a quelques jours que, « chaque envoi de troupes étrangères sur le sol Irakien sera considéré comme un acte hostile. » Dans la foulée de la coalition anti EI, dirigée par Washington, il y a depuis l’année dernière des milliers de « conseillers militaires » en Irak. Les Kurdes du nord de l’Irak, que l’Allemagne équipe et forme également, essayent de relativiser la présence Turque. Le commandant des Peschmerga de la région, Nureddin Herki, parle « d’une rotation de routine. » Il conteste les rapports qui indiquent, que si les Turcs sont stationnés dans la région, c’est pour reconquérir Mossul de l’EI. La Turquie est toujours soupçonnée de soutenir les milices islamistes, dans leur combat contre Bachar. Sous pression US, la Turquie s’était finalement ralliée en juillet à la coalition anti EI. Dernièrement, la Russie avait reproché à la Turquie de trafiquer le pétrole de l’EI. La conséquence fut la destruction du chasseur Russe par l’armée de l’air Turque, qui s’écrasa en territoire Syrien. Erdogan avec son arrogance habituelle, minimise les menaces Russes et déclare qu’il trouvera d’autres sources d’approvisionnement de pétrole, si ces derniers devaient fermer le robinet. Dans une allocution télévisée, le politicien islamo-conservateur, mentionnait le Qatar et l’Azrerbaidjan. Pour l’instant, la Russie est le plus important fournisseur d’énergie de la Turquie. 55% de ses besoins en gaz et 30% de ses besoins en pétrole sont couverts par la Russie. Mais, que ne feraient les neocons pour nuire au Président Poutine ? Obama est out, la CIA & l’armée sont l’Etat dans l’Etat, capables de faire beaucoup de dégâts d’ici l’élection du prochain Président Américain, en novembre 2016 ! Il peut s’en passer des choses en une année pleine !  Reste à espérer que les Européens ouvrent enfin les yeux sur les US et leurs alliances sunnites mortifères, qui exportent leur guerre de conquête politico-religieuse en Europe. Combien d'attaques ? Combien de morts encore, afin qu'ils ne fassent pas que prononcer le mot "guerre", ou "nous sommes en guerre", mais agir en conséquence. Evitez de publier des sornettes comportementales en cas d'attentat, ou il est recommandé d'aller se cacher ! C'est risible, ubuesque, inadapté à la menace mortelle. Il faut que l'autodéfense soit autorisée manu militari, que les citoyens, sous contrôle stricte bien sûr, pour éviter le "western" puisse être armés. Thierry de Montbrial a fait d'excellentes suggestions sur le sujet. Une société incitée à se cacher par ses molles autorités, n'est plus une société, ni un pays, ni une nation, mais un chancre mou devenu très puant. 

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article