Pourquoi l’administration US est depuis 1990 un danger pour la paix mondiale?

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Pour comprendre la politique globale moderne Américaine, il suffit tout simplement de vous reporter à la doctrine que le neocon, Paul Wolfowitz, a rédigée en 1990 et qui est appliquée dans ses moindres détails au Moyen Orient et contre la Russie.

Doctrine connue sous le nom de son auteur. La doctrine Wolfowitz, que l’on trouvera dans sa première version et re-publiée par Dick Cheney en 1993, alors qu’il fut Ministre de la Défense. En lien.

La doctrine prescrit que l’Amérique doit faire tout ce qui est dans son pouvoir pour garder son hégémonie mondiale, ce qui signifie que l’on doit s’assurer que la Russie, la Chine, l’Iran et autres pouvoirs régionaux n’atteignent jamais trop de pouvoir qui pourrait menacer l’hégémonie mondiale US. Cela concerne particulièrement la Russie. Parmi un grand nombre de citations, en voici une de la doctrine Wolfowitz qui dit ceci :

« Notre premier objectif, est d’éviter l’émergence d’un nouveau rival, si bien, sur le territoire de l’ex URSS ou partout ailleurs, qui pourrait poser un problème à l’ordre établi autrefois par l’URSS. Ceci est une préoccupation qui souligne la nouvelle stratégie de défense régionale et demande que nous appliquions une prévention contre tous pouvoirs qui pourraient dominer une région, dont les ressources pourraient, sous un contrôle consolidé, devenir une puissance mondiale.  Ces régions incluent l’Europe de l’Ouest, l’Asie de l’Est et du Sud-Ouest, ainsi que les territoires de l’ex URSS. »

La « doctrine Wolfowitz » n’a pas été créée dans le vide. Elle a comme arrière plan une forte histoire d’arrogance et d’impudence Américaine, qui a inspirée de nombreuses œuvres, qui ne sont pas que des écrits.  

Il suffit de regarder le co-fondateur de la Commission Trilatérale avec David Rockefeller, Zbigniew Brzezinski (ce type qui a déclaré qu’il est plus facile de tuer que de contrôler les peuples). Brzesinski est un russophobe déclaré, qui pousse depuis des années, l’administration Américaine à encercler la Russie.  Grave est, qu’aujourd’hui, c’est le Français, Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE, qui est aux manettes de la Trilatérale. Ce qui signifie, que ce haut fonctionnaire Français, ne peut ignorer ni les propos du fondateur de ce funeste think-tank mondialisé, ni son passé de créateur des mudjahidins en Afghanistan et par ricochet d’Ousama Ben Laden, motivé par l’unique soucis qu’il est, de combattre l’URSS et désormais la Russie. On le voit dans une vidéo, organiser les mudjahidins auxquels il lance : «  Votre cause est juste. Dieu est de votre côté », connaissant parfaitement les attaches religieuses profondes de ces hommes qu’il manipule ainsi pour combattre l’ancienne URSS. Brzesinski était déjà présent dans l’administration Carter. Aujourd’hui il est le mentor d’Obama. Le personnage a clairement une grande influence dans la politique Américaine. Dans son livre : The Grand Chessboard, que je traduirai par : Le grand échiquier, écrit en 1997, Brzesinski écrit : « La tâche immédiate à accomplir et de faire en sorte qu’aucune réunion d’Etats n’atteigne suffisamment de capacité pour éjecter les US de l’Eurasie, ou même de diminuer de manière significative son rôle décisif d’arbitre. » Et encore : « l’extension de l’OTAN est essentielle. L’échec d’élargir l’OTAN viendrait ruiner l’expansion de l’Europe et démoraliserait les Européens du centre. Cela pourrait même réveiller les aspirations géopolitiques endormies de la Russie pour l’Europe centrale.  Brezezinski et son espèce ne sont motivés que par le pouvoir. Ce qui présuppose que la force et la suprématie Américaines sont morales. Ce qui prévaut est toujours : comment l’Amérique peut se développer ou tout du moins garder son pouvoir hégémonique.

Si Trump est élu, tout ce ramassis de neocon sera-t-il mit au placard ? Pour ma part, je n’ai jamais entendu Trump évoquer cette fange, dans aucun de ses discours. Trump s’est exprimé contre la guerre en Irak. L’on peut donc en déduire qu’il n’est pas un soutien aux neocons et à leur NWO (New World Order), Nouvel Ordre Mondial. En revanche, les deux Français aux manettes des obscures Bilderberg, Henri de Castries (PDG d’AXA) et Trilatérale, Jean-Claude Trichet (ancien Pr. de la BCE), sont visiblement de mèche avec les neocons. Ce qui n’honore pas notre pays.

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article