BIG BROTHER MADE IN GERMANY !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

On a peine à y croire, mais si, ils osent tout les socialos Allemands. Devant une concurrence politique en développement fulgurant, je cite le parti de droite AfD (Alternative für Deutschland) et PEGIDA qui ne faiblit pas en Allemagne de l’est, ils ont décidé de défendre bec et ongle leurs prérogatives. Tous les coups sont bons, même ceux de se diriger vers une dictature assumée. Big Brother made in Germany.  

L’idée est de mettre sous haute surveillance de l’Office Fédéral de la Haute Protection de la Constitution, (Verfassungsschutz) ce qui s’apparente chez nous à la DST,  ces deux organisations contestataires à la politique migratoire de Merkel et à l’islamisation de l’Allemagne. La surveillance est proposée sur tout le territoire ! Et son initiateur, le porte-parole de la SPD en charge de l’intérieur, Burkhard Lischka, précise que les critères d’observations doivent être élargis.

En effet, la AfD désormais dirigée par une femme, Frauke Petry, annonçait en octobre 2015 une quarantaine d’inscriptions par jour ! En novembre de la même année les sondages annonçaient pour la première fois l’AfD à deux chiffres, soit 10%, quand l’union perd 1,5 points et tombe à 34%.

Petite explication pour le lecteur Français. L’union signifie la CDU /CSU qui font partis de la grande coalition avec la SPD, les noirs et les verts. Les noirs sont des conservateurs chrétiens.

En France, le système est obsédé par la montée du FN, sans qu’il ne se pose les questions qui mènent à cette montée. Idem en Allemagne, à la différence, que « deutsche Gründlichkeit » -  efficacité Allemande oblige, il faut arrêter cette progression en employant les grands moyens. Tant qu'à faire, instaurons le « crime de penser ».  Lorsque Georges Orwell travaillait à son roman « 1984 », dans les années 1946-48, qu'il décrivait comment le citoyen lambda serait broyé au sein d’un Etat de surveillance dictatorial, il pensait certainement aux dictatures socialistes et non aux démocraties Occidentales. Comme l’annoncent à l’unisson le SPIEGEL et le TAGESSPIEGEL  en lien, un tel citoyen lambda devrait désormais être sur ses gardes. Il sera sommé de penser jusqu’aux limites définies par les dirigeants.  Par exemple, il sera prié de dire « migrants » ou « demandeur d’asile » et non envahisseurs. Ou alors, s’il compare l’invasion islamique avec le nazisme, il sera classé parmi les ennemis de la Constitution. C’est ce contrôle de la pensée que propose le funeste socialiste, Lischka, par ailleurs grand défenseur des « valeurs ». Visés sont les PEGIDA et AfD qui auraient de « dangereuses tendances d’extrême droite ».  Big Brother made in Germany. Et chez nous ? "L'Etat d'urgence" hypocritement destiné aux ennemis de la France que sont les terroristes islamiques, n'engloberait-il pas aussi ceux qui ne pensent pas conforme, que l'on rangerait également dans la catégorie: "ennemis de la France" ? 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article