CIAO ETTORE é ENCORA BRAVO TI HO AMATO TANTO !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Ettore Scola est parti. Le metteur en scène qui m'était le plus proche. Il était un observateur minutieux de l'Italie, de ses défauts, mais aussi de ses qualtés. Un homme de gauche que j'appréciais particulièrement. Nous avons bu tant de verres ensemble au Barretto, via della Penna, lorsque je vivais à Rome, fin des années 70. Nous allions souvent à l'Augustea, fameux restaurant Romain, ou le monde du cinéma se rencontrait. Une exellente table, à l'ambiance joyeuse et bruyante. C'était encore la dolce vita, aujourd'hui disparue. Via del Babuino, ou nous habitions, qui était la rue des antiquaires entre Piazza del Popola et Piazza d'Espagna, qui est devenue la rue du luxe. L'Augustea tel qu'il était a disparut, le Barretto était fermé, en décomposition, la dernière fois que j'y suis allée. Bref, Rome aussi se meurt, envahie qu'elle est par ceux venus d'ailleurs. 

J'ai bien évidemment j'ai adoré une journée particulière, chef d'oeuvre, des chefs d'oeuvres de sa carrière, mais aussi, Afreux, sales et méchants, une fresque sur les pauvres qui m'avait laissée béate, dont je mets un extrait que j'ai trouvé marquant, émouvant et qui signifie l'âme de l'Italie. Dans ce bidonville crasseux, Verdi et son âme révolutionnaire est omni présent ! Même dans la pire des déshumanisation, une fleur arrive à pousser sur le fumier. Les hommes du bidonville se réunissent pour chanter le "va pensiero" de l'opéra Nabucco de Verdi. Une pure merveille. Nous nous sommes tant aimés, m'avait également beaucoup touché. Aucun de ses films m'a jamais laissée indifférente. 

Ils disparaissent peu à peu, tous ces grands Italiens que j'ai connu, puisque l'homme avec lequel je vivais à Rome était leur ami intime.  Antonioni, Mastroiani, Gassman, Tognazzi, Monicelli, Risi, maintenant Scola. Je n'ai pas eu la chance de connaitre Fellini, pour lequel j'ai grande admiration. Cela aurait put se faire ... 

Allora ciao Ettore, si vedrà altrove !

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article