Hillary aurait contrainte une victime du viol de son mari au silence !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Les campagnes électorales Américaines nous on habitués à des joutes qui se tiennent souvent au-dessous de la ceinture. Cette campagne ci, la plus passionnante que j'ai pus observer de mon existence, ne déroge pas à la règle. 

Sur Donald Trump, tout glisse. Il est ouvert comme un livre. Qu'il insulte, hurle, éructe, accuse, critique, s'agite dans tous les sens, cheveux dans le vent surtout contre le politiquement correct, les gens en rafollent, en redemandent, frustrés qu'ils sont de 7 années d'Obama. Ils veulent retrouver leur fierté d'une grande Amérique, dont l'empire fut, il faut bien le constater aujourd'hui, mis à sac par ce Président incompétent. Depuis le début, à savoir, depuis le premier débat des Républicains, donné "foutu" par les "grands analystes" franchouillards, j'étais convaincu du contraire. Que l'homme allait arriver à des niveaux de popularité hors normes. Je l'ai écris ! J'adore avoir raison contre les soi-disant spécialistes qui nous emmerdent de leurs certitudes de plateaux de télé en colonnes de journaux et stations de radios. 

Jusqu'à présent, les pressetituées le mettent face à Hillary devant un Sanders qui s'agite pourtant de manière crédible. Mais non, il faut que ce soit Hillary, elle qui navigue si bien en eaux troubles de tous les lobbies à la solde desquels elle sera forcément, si hélas, elle devait accéder aux plus hautes fonctions. Ce que je ne crois pas. 

Outre les affaires sur les emails, qui démontrent que le personnage est peu fiable pour endosser les plus hautes fonctions, l'affaie de Bengazi, ou son ambassadeur fut cruellement assassiné, la voilà qui doit faire face à une rude accusation en ce moment. Une ancienne victime de viol de son mari, qui revendique 73 printemps, sort de la naphtaline pour accuser Hillary de l'avoir contrainte au silence toutes ces années !

C'était en 1978, Juanita Broaddrick avait 35 ans, lorsque Bill Clinton, qui était Procureur Général à Little Rock en Arkansas l'a violée. Hillary l'aurait alors contrainte au silence. Broaddrick estime qu'elle doit désormais sortir de son silence, observant que Hillary pourrait devenir la candidate démocrate à la Maison Blanche et même peut-être Présidente. Juanita ne se revendique pas Républicaine, mais soutien Donald Trump. "Il dit ce que j'aime entendre."

Ca fait beaucoup de casseroles aux fesses de Hillary. Suite au prochain numéro ! 

Hildegard von Hessen am Rhein

 

Commenter cet article