LA PRÉFECTURE DE BAVIÈRE ENVOIE UN CAR ENTIER DE RÉFUGIÉS À LA CHANCELLERIE DE BERLIN, AVEC LE MESSAGE: "NOUS N'Y ARRIVONS PAS".

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Les Bavarois sont décidément très turbulents. Des voix autorisées s'étaient déjà fait entendre, pour se séparer de l'Allemagne, car elles estimaient que la Bavière était suffisamment riche pour devenir indépendante de la Fédération et surtout qu'elles en avaient assez de contribuer au budget Fédéral à hauteur de 5 milliards € chaque année.

Voilà que maintenant, la Préfecture, pour protester contre la politique migratoire de la folle Chancelière, envoie un car entier de "réfugiés" à la Chancellerie de Berlin, avec le message: "Nous n'y arrivons pas". Une grosse fronde Bavaroise persiste et signe. Le Préfet, Peter Dreier, qui avait déjà menacé en octobre d'envoyer son bus, met aujourd'hui ses menaces à exécution. Le bus est donc parti chez Angela Merkel à Berlin. On va rigoler ! Voilà ce que disait, selon die Welt, Peter Dreier, en octobre 2015: "Si l'Allemagne continue à accueillir 1,1 millions de réfugiés, mon quota est de 1800 que je veux bien accueillir, le reste, je le renvoie à la Chancellière à Berlin."

Peter Dreier estime qu'il y a désormais danger pour la paix sociale et qu'il y a embouteillage.

On le constate, entre les groupes d'autodéfense qui se forment, les ratonnades contre les étrangers ici et là, la situation est explosive, pré insurectionnelle même, dans toute l'Allemagne. PEGIDA qui rencontre un succès grandisant, les manifestations qu'ils tiennent sont rejointes par plus en plus de personnes. On l'a vu à Cologne, puis à Leipzig et pour Dresden, c'est reparti. Nürnberg s'y met aussi, comme Münich.  

Le parti repoussé par l'establishment et ses pressetituées dans la case "extrême droite", AfD (Alternative für Deutschland) se développe comme l'éclair et enregistre de plus en plus d'adhérents. En octobre 2015 leur %tage n'avait pas atteint les deux chiffres, en novembre, ils atteignaient 10%, désormais, ils en sont à un peu plus de 11%.

Combien de temps Merkel va encore tenir ainsi, elle qui refuse d'infléchir sa politique du toujours plus et du "Nous-y arriverons" ? Le Préfet de Bavière vient de lui envoyer un message fort. L'entendra-t-elle ? Il faudrait la mettre sous camisole de force et l'envoyer en psychiatrie.

Hildegard von Hessen am Rhein

 

 

 

 

Commenter cet article

Paquet 14/01/2016 10:50

Pourra-t-on encore passer des vacances tranquilles entre lacs et montagnes ?