INTERVIEW DU GENERAL PIQUEMAL SUR BOULEVARD VOLTAIRE !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Un leader, un homme d'honneur, un homme meurtri, un homme en colère, un homme de notre civilisation, un patriote qui aime son pays qu'il a servit avec honneur.  

Un homme au caractère trempé, aux côté duquel j'aurai aimé voir le Général Tauzin, qui fait sa précieuse médiatique faisant croire qu'il voudrait incarner "l'homme providentiel".

L'homme providentiel est celui qui se tient aux côtés des siens, dans le combat et c'est ce que vient de faire le Général Piquemal auquel je rend un hommage appuyé.

Mais regardez comme BV est sur tous les coups ! Bravo au journal pour sa réactivité, les presstituées sont vraiment mortes et déshonnorées car, elle dissimule son arrestation, alors que la presse internationale en rend compte, comme dans ma revue de presse internationale publiée ici.

Et pendant que ce valeureux et courageux militaire de haut rang exprimait sa colère, nous pouvions voir le visage réjouit de ce qui sert de président à la France, au Stade de France pour une rencontre de rugby, ce qui le rendait plus haissable encore. 

Vive le Général Piquemal, vive la dissidence, vive la résistance et vive notre France ! 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article

Mitsch 08/02/2016 10:05

C'est un homme blessé qui,ose dire très haut ce que pensent des millions de gens, mais ces même gens quand il s'agit de voter, votent irrémédiablement mes mêmes qui les ont volés, spoliés, qui mentent, volent et se soumettent à cette pensée unique. Ces mêmes qui ont participé à la destruction de notre industrie, de nos tissus sociaux, de notre éducation, et qui ont activement organisés un chômage de masse, et qu'on fait les Français ??? Ils revotent pour les mêmes.
Alors Bravo à ce général qui même s'il l'ont arrêté, il sera libre pour reprendre ce combat qui sera perdu d'avance si la majorité silencieuse continue à se cacher derrière, les paravents de leur propre honte.