Quand Cazeneuve se met dans la tête des musulmans !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

2015, les soldats d’Allah ont frappé à deux reprises Paris. 2016, Bruxelles est frappée à son tour et l’année n’est pas terminée. Berlin, pour l’instant épargnée, vit dans la crainte d’une frappe, elle aussi. 

Merkel, le visage défait, comme sa coalition, persiste et signe à vouloir faire entrer toujours plus d’envahisseurs islamisés en Europe. Elle ose déclarer, mine de circonstance, après l’attaque de Bruxelles, que « ces crimes sont perpétrés par des gens qui ne respectent pas nos valeurs. » Elle enfonce les portes ouvertes. 

Il me semble que l’ivresse du pouvoir lui a fait oublier à son tour, ce que sont nos valeurs. Nous sommes des peuples qui refusent son diktat immigrationniste, qui se transforme lentement mais sûrement en génocide de nos peuples de souche. Nous estimons, pour être éclairés, regarder, les yeux grands ouverts, que l’islam n’est pas compatible avec l’histoire de l’Europe. Nous ne voulons pas nous résigner à sa folie impulsée par Washington et ses neocons, soutenue par la Commission Européenne et le Parlement Européen, dont les Présidents et leurs impérities sont hors sol, drapés dans leur ouate, aux salaires confortables, que nous sommes contraints de payer par nos contributions fiscales. 

La Turquie, pays sunnite, qui écarte depuis Ergogan la laïcité de Kamal Atatürk. Erdogan n’a de cesse humilier l’Europe, malgré les accords, 6 milliards €, pour retenir les hordes en provenance du Moyen Orient. La Turquie garde ses frontières poreuses.  Les envahisseurs arrivent chaque jour sur l’ile de Lesbos. Hollande est laissé à l’écart des négociations avec la Turquie. Quelle humiliation pour nous français. Comme en 40 !  Mais, après tout, n’avons nous pas les caciques que nous méritons ? 

Depuis 2015, depuis hier, les images, toujours les mêmes, se succèdent. D’abord, celles des attaques, du chaos urbain, des victimes, puis les litanies médiatiques et la cohorte « d’experts » qui se suivent sur les plateaux. Ils meublent 24h/24, du haut de leurs certitudes. Les micros-trottoirs nous montrent ce qu’ils veulent nous montrer : « Ce n’est pas l’islam. » Ou : « l’islam est une religion de paix et d’amour. » Suivent les désormais rites de rue des « même pas peur », qui déposent « courageusement » fleurs et bougies, crayonnent le pavé de Bruxelles avec des mots bisounours pathétiques et des grands coeurs. Bien molle réponse à la guerre qui nous est menée, par un Etat Islamique de toute pièce créé par les administrations américaines de Bush à Obama, à laquelle Hillary est étroitement associée, et dont les vassaux européens ont prit toute leur funeste part. Les coupables à ce que notre vieux continent doit subir à cause de leurs impérities, se succèdent eux aussi, visages  déconfits, à nous faire avaler toutes les couleuvres de leur impuissance à nous protéger. 

Nous, les peuples, mains nues, face à un ennemi déterminé à nous conquérir par la terreur. Nous, les peuples dont les visages meurtris, incrédules, défilent sur nos écrans de télévisions. La seule arme à notre disposition serait les urnes, ce simulacre d’une démocratie en voie de disparition. Nulle vision de musulmans qui viendraient massivement et spontanément se montrer devant les caméras pour dénoncer les crimes de leur minorité agissante. Leur absence égale leur consentement. Mais, rassurez-vous, Bernard Cazeneuve, de sa hauteur (limitée) sait ce qui se passe dans la tête des musulmans, comme il le déclare sur Saphir News "ils se sentent concernés et ils sont les premiers à vouloir contribuer à la prévention de la radicalisation". Il ne doit pas voir les mêmes choses que nous et je lui recommande vivement d'aller chez Afflelou changer de lunettes et peut-être de se payer un sonotone pour mieux entendre ! En lien. 

Devant ce triste constat, mes pensées vont vers les victimes et leurs familles. Toutes les victimes de l’obscurantisme islamique qui n’aura de cesse de nous terroriser jusqu’à notre capitulation. A moins que Donald Trump soit élu Président de la plus grande puissance du monde, que ce dernier, en collaboration avec le Président Poutine donne le LA mondial à la guerre qui nous est menée.

Hildegard von Hessen am Rhein

 

Commenter cet article