Dans la série « on a pas encore du vu », une ex-femme d’Al Bagdhadi veut s’installer en Europe pour y vivre la charia !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Il fallait me pincer, lorsque je lisais cette information diffusée par Die Welt, qui relaye une interview télévisée du quotidien suédois l’Expressen, associé à CNN au Liban de Madame Sadscha al Dulaimi, ex-épouse du Calife Al Bagdahdi ! « Je veux vivre en liberté », confie-t-elle.

Elle projette, sans rire, de venir s’installer en Europe et se plaint, de se faire traiter injustement de « terroriste ». Cependant, elle dit ne pas vouloir renoncer à la charia ! Cette ex-épouse du chef de l’Etat Islamique, veut donc s’installer en Europe pour se recréer une nouvelle existence de « liberté ».

Cette femme de 28 ans déclare : « Je veux vivre en liberté, car je suis stigmatisée comme « terroriste ». Ce qui ne l’empêche pas de défendre le droit islamique, la charia, qui « accorderait la liberté aux femmes ». 

Al Dulaimi fut relâchée il y a quelques mois d’une prison libanaise, dans laquelle elle croupissait depuis 2014, sous la suspicion de soutien à des organisations extrémistes.

Al Dulaimi vient de la classe supérieure irakienne et fut mariée à un garde du corps de Saddam. Après la mort de son mari, elle a épousé Al Baghdadi en 2008, qui combattait à l’époque dans les rangs d’Al Qaida. Elle aurait quitté le chef de l’Etat Islamique au bout de trois mois, enceinte. C’est à l’âge de sept ans, que la fille d’Al Dulaimi, Hagar, aurait fait savoir qu’elle souhaiterait rejoindre l’Europe « pour y étudier ». Elle sait déjà ce qu’elle veut la fillette …  

Selon les informations des autorités libanaises qui ont procédé à des tests ADN, Hagar est vraiment la fille d’Al Bagdhadi.

Al Dulaimi, laquelle a entretemps épousé un palestinien, continue ; « Comment il a put devenir l’Emir de la plus grande organisation terroriste du monde, m’est une énigme. » Avec ironie et un grand sourire sur les lèvres, je la crois sur parole …

En tout cas, elle termine en révélant qu’elle se serait entretenue en 2009 avec son ancien mari qui lui aurait demandé « si elle ne souhaitait pas revenir au bercail. » « Mais, j’avais déjà pris ma décision » affirme-t-elle.

Puisque nous savons que les femmes djihadistes sont toutes aussi déterminées à se faire sauter, pardon, exploser, que les hommes, il reste à espérer qu’aucun état européen ne lui accorde le droit d’asile, car, au Liban, l’on vit très bien et librement la charia ou non ! Elle devrait savoir que la charia est incompatible avec les valeurs occidentales. Elle nous prend vraiment pour des billes, surtout en arborant le hijab intégral, durant son interview. Je lui souhaite longue vie avec sa charia et sa fille, au Liban, qui possède d’excellentes écoles et universités.  

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article