L'EUROVISION CONTAMINÉ PAR LES NÉOCONS DE WASHINGTON.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Le chanteur russe, Sergey Lazarev.

Le chanteur russe, Sergey Lazarev.

Ce n'est pas un hoax, mais une information rendue par le Mirror britannique, auquel il faut rendre hommage de nous informer, alors que nous savons que les mainstreams européens sont majoritairement des outils de la Propaganda Staffel de Washington. 

 

« L’Eurovision craint que si la Russie gagne la compétition 2016, cela pourrait se révéler désastreux », c’est ainsi que titre le Mirror sur la kermesse de la bienpensance globalisée.

L’organisation estimait que la Russie gagnante serait impopulaire. On se demande impopulaire pour qui ? Pour les néoconiens aux manettes globales cela va de soit. La Russie, croit savoir le journaliste du Mirror, est sous les feux de la critique pour ses lois draconiennes anti-gay, qui interdit toute promotion de l’homosexualité, au point que dans les médias, la mention même de « gay » serait bannie. Ce qui est un mensonge manipulateur pour salir l’image de la Russie et en particulier de son président qui tient la dragée haute aux néocons de Washington, qui ne supportent pas que leur hégémonie soit mise en cause, dans quelque domaine que ce soit. « U.S.A über Alles » !

Une source de l’Eurovision a confié au Mirror : « Le sentiment que nous avons, à l’Eurovision est, que si la Russie devait gagner la compétition, ce serait désastreux et nous ferons tout ce qui est possible pour favoriser une autre victoire. »

C’est l’aveu cinglant que le vote des citoyens européens peut être truqué, même pour la kermesse du mauvais goût globalisé de l’Eurovision.

Voilà encore une fois, ce « salaud de peuple » mis en accusation de pouvoir mal voter ! Pensez, le lobby LGBT veille. Quand la kermesse globalisée du mauvais goût se met à faire de la politique, ça devient extrêmement inquiétant car c’est carrément fascisant sous couvert de démocratie.

Le chanteur russe, Sergey Lazarev, fait les frais des néocons de Washington, car c’est en vérité bien de cela dont-il s’agit. Ils sont derrière tout ce qui pourrait flatter l’image de la Russie, dans le but de fomenter la frustration auprès du peuple russe, afin que ce dernier se retourne contre son chef, qu’il veut voir à 2/3 reconduit en 2018. Cette popularité de Vladimir Poutine, qui en fait le chef d’Etat le plus puissant au monde, par sa popularité interne, du de surcroit le plus grand pays du monde, est insupportable aux néocons aux manettes à Washington. Après avoir fait main basse sur le Brésil favorable à la Russie en contraignant à la démission Dilma Rousseff pour la remplacer par tout autant corrompu, mais favorable à Washington, voilà que l’Eurovision est aussi dans sa ligne de mire. Citoyens du monde, ouvrez vos yeux, ce n’est pas la Russie qui est un danger pour le monde, mais Washington. Il est temps que le peuple américain porte Trump à la Maison Blanche pour que cette calamité mondiale néoconienne cesse. 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article