Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.
Place de l'Infamie, c'est la kermesse des freaks and monsters.

Après avoir avalé le nouveau plat national français, un couscous, avec une très chère amie, la meilleure, je rentre à vélo et fait un tour Place de la République, que je rebaptise, Place de l'Infamie. Puisqu'elle est devenue le sceau de l'infamie d'un régime bouffi de son vide sidéral.

On y trouve de tout dans ce microcosme de la Place de l'Infamie. Des clodos, des chômeurs, des vieux gôchards, qui se la jouent jeune,  des jeunes gôchards, qui se la jouent vieux,  des chances pour la France qui attendent la castagne de la nuit, quelques touristes en mal d'émotions, un nuage de fumée flotte sur les bobos assis à terre en rond, fumant des joints, refaisant le monde en se bourrant la gueule à coup de bière bon marché. Des tables de jeux dont j'ignore tout, une table de joueurs d'échecs qui se la font genre Casparov. Un stand pro palestinien et boycott Israël se confond avec un autre qui vend des boissons, lequel jouxte un orchestre de deux musiciens qui s'annoncent "participatifs". De quoi, j'en sais rien. Manque tout de même le stand à merguez de la CGT !  Un groupe de boutonneux qui se déclarent "anti pubs" ayant posé à terre des affiches dont ils essayent de détourner les messages avec une imagination sans imagination. Des slogans "plutôt chômeur, qu'entrepreneurs" ou "salaud d'argent", "plutôt chômeuse que manageuse" ! Tout un programme de fainéasse. Sur une affiche l'on peut observer une grosse faut d'ortographe: Grève général     oups, zont oublié le "e" ... à mettre sur le compte de l'éducation nationale ! 

Des rastas, des, des, des, je ne sais quoi qui ne ressemblent à rien, au vide sidéral créé par un système qui part à vau l'eau. Ils ressemblent à des veaux élevés en batterie. Dans un vehicule transformé pour faire la propagande du shit, des mecs qui ânonent des discours sans substance,  tout en fumant des substances illégales, chaudement applaudis. Plus loin, on vend des keffiehs aux bobos qui ne manquent pas se s'en pârer. Propagande islamiste déguisée. C'est la kermesse des freaks and monsters. 

Bref, commenter le rien, je laisse cela aux médias dominants dont le cerveau est aussi vide que les acteurs qu'ils commentent. J'ai parlé avec quelques jeunes, plutôt ados que jeunes adultes. On se demande vraiment ou le destin les mènera. Ils ne savent rien sur rien. Zont le ciboulot pressé par ces médias dominants, dont ils ânonnent les certitudes. C'est navrant, inédit dans l'histoire de l'humanité de se frotter à tant de bêtise crasse. Comme ils sont vides, qu’ils ne sont rien, il m'est impossible de commenter le vide et le rien. Les photos que j'ai prises parlent pour elles.

Pour la sécurité, vous repasserez. Pas un car de flics, ou alors je suis aveugle. Peut-être y sont-ils en civil, en tout cas je l'espère. 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article