VICTIMES DE L'ISLAM, JE N'AI PLUS RIEN À DIRE ! REQUIEM ! AVEC LE SIEL, VENDREDI 17 JUIN AU TROCADÉRO !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

C'est vrai. Je n'ai plus rien à dire devant ce qui vient de se passer ici, encore une fois.  Deux jeunes parents, beaux et souriants, sauvagement tué par un soldat d'Allah. Un seul autre soldat d'Allah est passé à l'acte de guerre à Orlando faisant une cinquantaine de morts et presque autant de blessés. Pourquoi je n'ai plus rien à dire ? Ca ne sert à rien. Quand on entend Obama qui enrage plus contre Trump que contre le tireur, que l'on a entendu ici que le FN est pire que Daesch, que l'on observe cela de son coin, frappée d'impuissance, il n'y a plus rien à dire.

J'ai tellement écris sur le sujet depuis plus de douze ans. Ce qui m'a couté 2 fois la 17ème et une menace d'internement psychiatrique de la part de Vailant et son Commissaire Pecquet, ce qui ne m'a pas empêché de continuer à écrire, écrire encore, protester, dénoncer inlassablement.

Et les tueries continuent et continueront. Ils sont ainsi des milliers, des dizaines de milliers peut-être, en Europe, seuls, dans leur coin, en petites divisions, prêts à frapper le plus de personnes possibles de cet occident qu'ils vomissent et qui se laisse mollement dominer par l'ennemi, l'islam. 

Le plus tragique sont les commentateurs et en particulier sur BFM, qui nous racontent, l'air indifférent, sourire au lèvres, que ce soldat d'Allah, à Orlando, car c'est de ce dossier là qu'il s'agit, que ce "terroriste avait bien caché son jeu, parce qu'il fréquentait ce bar, le PULSE lui-même". Elle n'avait pas idée de ce qu'est la taqyiah et je suppose qu'elle ignore aussi ce que signifie taharusha ! Cacher son jeu en islam signifie TAQYIAH, Madame. Entourer les femmes pour les violer, cela s'appelle TAHARUSHA, Madame, et c'est l'islam.  

Enfin, devant les mines de circonstances des responsables de la mort attroce de ces deux jeunes fonctionnaires férocement assassinés, la nausée me prend. Bref, je m'arrête là, car je n'ai plus rien à dire sur le sujet. J'ai déjà tout dis et me répéter sans arrêt non seulement me fatigue, mais me déprime. Il faut cependant faire un acte civilisé et aller à l'appel du SIEL au Trocadéro Vendredi 17 juin, hélas, les mains nues, comme seules armes nos frustrations, nos colères et nos tristesses. Et ce n'est pas avec ces sentiments là que nous gagnerons la guerre. 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article

le gall 23/06/2016 08:15

2 flics qui ne savent pas se défendre ? Ça prouve bien que la Police, en soi, est aussi devenue nulle !