Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

En direct, j’ai regardé ce samedi sur RUPTLY (tv russe) de 15 heures à 19 heures et plus, sans aucun commentaire, la manifestation anti Merkel, anti immigration et contre l’ islam à Berlin.

Aucune « star » d’une quelconque corporation n’est intervenue. Pas d’intellectuel en vue. Uniquement quelques citoyens allemands de base en colère, dont une jeune femme blonde aux yeux bleus, 24 ans, qui se présentait sous le prénom de Julia ! Une beauté habillée comme chez nous, ce qui paraitrait choquant aux yeux des bigots musulmans, contre la religion desquels ils manifestaient en particulier, victimes comme nous, qu’ils sont désormais des attaques des soldats d’Allah.

Ils étaient des masses, venues de toute l’Allemagne et d’ailleurs. Au début, les autorités de Berlin annonçaient quelques centaines de participants. Ils furent des dizaines de milliers. Non seulement de toute l’Allemagne, comme annoncé par les organisateurs, mais aussi de Hollande, de Pologne, de Hongrie, de Roumanie, de Suisse, d’Autriche, de Russie, dont les ressortissants brandissaient fièrement, en résistance à Merkel, leurs drapeaux contre le diable que représente la chancelière soumise au néocons de Washington. Lesquels étaient invités à quitter le pays par des pancartes : « Ami Go Home » sous titre: "Wie NSA und CIA uns besetzt halten" - "Américains dehors",  "comment la NSA et la CIA nous occupent toujours". 

« Nous sommes le peuple » scandait la foule de manière récurrente. Et s’en prenant à la presse, ils lançaient : « Lügenpresse » - presse menteuse-, cela lors d’un arrêt devant l’immeuble imposant de la ARD, la première chaine allemande.  Le défilé eut lieu durant quatre longues heures, arborant le drapeau de la résistance contre les nazis, ainsi que celui de l’empereur de Prusse sur lequel est inscrit : « Gott mit uns » - Dieu avec nous -,  sans aucun incident. Quelques antifas agressifs se montraient en marge du défilé de cette imposante et tranquille manifestation. Ils furent très vite chassés par une police étrangement non équipée anti-émeutes, têtes non protégées de casques et autres accoutrement robots cops comme chez nous. C’est dire la confiance que la police devait avoir dans les organisateurs ! A Paris, les antifas auraient déjà cassé la ville, sous le laisser faire d'une police aux ordres d'un régime complice.  

Les résistants qui scandaient : « Merkel muss weg », marchaient derrière une énorme banderolle sur laquelle était inscrit leur mot d’ordre : « Merkel muss weg », ce qui signifie, « Merkel démission ». "Widerstand" était chanté souvent. "Résistance" ! A la suggestion des organisateurs, ils chantèren la 3ème strophe de leur hymne national, composé par Josef Haydn qui accompagne le texte de Hoffmann von Fallersleben:

Einigkeit und Recht und Freiheit

Union et droit et liberté

Für das deutsche Vaterland !

Pour la patrie allemande !

Danach laBt uns alle streben

Visons tous ce but

Brüderlich mit Herz und Hand !

Dans la fraternité du coeur et de l'esprit !

Einigkeit und Recht und Freiheit

Union et droit et liberté

Sind des Glückes Unterpfand.

Sont un gage de bonheur

Blüh'im Glanze dieses Glückes,

Rayonne dans la splendeur de ce bonheur,

Blühe, deutsches Vaterland !

Rayonne, patrie allemande !

Ils marchèrent ainsi, disciplinés jusqu’au Reichstag, l’immeuble du gouvernement, au cas où Merkel n’entendrait pas bien l’exigence de son peuple. Et puis, last but not least, Viktor Orban fut évoqué et la foule scandait son nom avec enthousiasme, comme s’il était désormais, dans une Europe en décomposition, l’homme de la résistance numéro un à Merkel. Quelle responsabilité sur les épaules du chef de l’Etat hongrois !  Mais quel encouragement aussi. « Orban, Orban, Orban » scandait la foule en fin de manifestation. Dans cet esprit j'ajoute le texte de l'hymne hongrois, afin que vous compreniez les raison de la résistance de Viktor Orban à l'islam.

 

Bénis les Hongrois, ô Seigneur,

Fais qu'ils soient heureux et prospères,

Tends vers eux ton bras protecteur

Quand ils affrontent l'adversaire !

Donne à qui fut longtemps broyé,

Des jours paisibles et sans peine ;

Ce peuple a largement payé

Pour les temps passés ou à venir.

 

Aux Carpates, sur Ton conseil,

Nos aïeux osèrent s'étendre.

Quelle belle place au soleil

Tu aidas nos pères (fils de Bendegúz) à prendre !

Aussi loin que de la Tisza

Et du Danube le flot danse,

Aux fils héroïques d'Arpad,

Tu as prodigué l'abondance...

 

Tu fis onduler, à l'instar

Des mers, les épis dans nos plaines,

Et Tu permis que du nectar

De Tokay, nos coupes soient pleines.

Grâce à toi, nos drapeaux ont pu

Flotter chez le Turc en déroute,

Les murs de Vienne être rompus

Par Matthias et ses noires troupes.

 

Hélas! nos fautes, trop souvent

Ont fait éclater Ta colère,

Et de Tes nuages ardents

Tu as fait jaillir le tonnerre.

Alors ce furent les Mongols,

Leurs dards sifflants et leurs pillages,

Puis le Turc qui sur notre col

Posa le joug de l'esclavage.

 

Que de fois, sur l'amas sanglant

Des cadavres de nos armées,

Par les cris orgueilleux d'Osman

La victoire fut proclamée !

Que de fois, ô patrie, enfin,

Tes propres enfants t'attaquèrent!

Et par leurs crimes, tu devins

L'urne funèbre de leurs frères.

 

Fuir ! Mais d'asile il n'est point

Contre le fer et sa furie.

Dans son propre pays, en vain

Le fuyard cherchait sa patrie.

Il allait par monts et par vaux,

Pour compagnon, douleur et doute,

Pour horizon du sang à flots,

Et des flammes pour clef de voûte.

 

Là, ces ruines furent un fort,

Autrefois y régnait la joie.

À sa place, un râle de mort

Et des plaintes de cœurs qu'on broie.

La liberté ne fleurit point,

Hélas dans le sang des victimes !

Les yeux de l'orphelin sont pleins

Des pleurs de ceux que l'on opprime.

 

Prends pitié du Hongrois, Seigneur !

Si souvent il fut dans les transes !

Tends vers lui un bras protecteur

Dans l'océan de ses souffrances !

Donne à qui fut longtemps broyé

Des jours paisibles et sans peines.

Ce peuple a largement payé

Pour les temps passés ou qui viennent.

Une image particulière m’émouvait, le drapeau allemand et russe attachés ensembles qui flottaient dans la brise d’été de Berlin. Et puis, une pancarte qui représente le ministre de l’intérieur, Heiko Maas, en uniforme nazi, dont la ressemblance avec Adolf Eichmann est troublante !

Le salut contre la conquête islamique nous viendra-t-il du peuple allemand, excédé de ses caciques ? Cela je le préconisait déjà. Il semblerait que désormais, Viktor Orban soit investit, malgré lui, comme le sauveur de l’Europe. Tout cela pourrait se passer sous l’œil bienveillant de Moscou ? Je ne m’en plaindrais pas car, il nous reste à achever l’idée de Gorbatchev, bâtir notre « maison commune ». Il se pourrait bien que l’élection de Trump puisse favoriser enfin ce projet, si son Amérique consent à ce que le monde devienne multipolaire. Ce n’est pas une certitude, mais un espoir qu’il fait naître par ses déclarations. Alors, wait and see ! Et que la France ne soit plus jamais absente de ces futures manifestations, dont la prochaine devrait se tenir à Cologne ! Et enfin, NON, NOUS NE VOULONS PLUS VIVRE AVEC VOUS, cela s'adresse aux musulmans qui refusent d'obéir à nos lois, pour lesquels la charria est plus importante. Cela s'adresse aux musulmans qui se taisent et qui sont majoritaire, dont on nous bassine qu'ils sont "bien intégrés". S'il l'étaient, ils seraient massivement dans les rues pour protester contre leur minorité agissante. A ceux là aussi je dis: NON, NOUS NE VOULONS PLUS VIVRE AVEC VOUS !  

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.
Cruelle absence du drapeau français ce jour à Berlin contre Merkel et l’immigration islamisée.

Commenter cet article

PhilNice 31/07/2016 01:38

"une jeune femme blonde aux yeux bleus, 24 ans, qui se présentait sous le prénom de Julia ! Une beauté habillée comme chez nous, ce qui paraitrait choquant aux yeux des bigots musulmans"

C'est une nuance qui échappe à la plupart : en occident, une femme est un objet de désir, pour les musulmans c'est une tentation qu'il convient de voiler...