Derrière Soros, un Zuckerberg arrive, pire encore !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Derrière Soros, un Zuckerberg arrive, pire encore !

Georges Soros, dont tous les éclairés connaissent les activités, destinées à organiser le N.O.M (Nouvel Ordre Mondial) aurait-il trouvé son « digne » successeur en la personne du juvénile patron de Facebook ?

Antonio Garcia Martinez, qui fut directeur produit de 2011 à 2013 vient de faire des révélations inquiétantes sur le géant des réseaux sociaux, Facebook. Il semblerait que l’entreprise fonctionne comme un culte et concentrerait un tel pouvoir, qu’elle pourrait décider des élections présidentielles 2016.

L’empire de Mark Zukerberg, selon Martinez serait dirigé par des sociopathes qui feraient ressembler Georges Soros au Mahatma Gandhi. Martinez qui s’est confié au Telegraph britannique raconte que l’environnement de Facebook ressemble plus à une scène mafieuse, illustrée par des actions violentes et que les dirigeants de Facebook se comporteraient plus comme des gangsters que comme des « gosses » surdoués de la Silicon Valley.  « Tout le monde a paniqué, lorsqu’ils ont découvert que j’écrivais ce livre : Chaos Monkeys: Inside the Silicon Valley Money Machine, Ebury Press », raconte Martinez à la journaliste du Telegraph, Alix O’Neill, « spécialement aux vues des récents scandales de censure des conservateurs, les dirigeants de Facebook « plaisantaient » constamment sur le fait qu’ils pourraient influencer considérablement les élections et la politique en général. A la fin de la journée, personne ne contestait la vision de ‘Zuck’. Une des plaisanteries que nous lancions, est  que Facebook pourrait mettre en oeuvre une élection en manipulant par des rappels d’aller voter dans certains districts et non dans d’autres. Le niveau de contrôle que peut avoir cette société est vraiment effrayant » estime Martinez.

Déjà en 2014, le Guardian révélait que Facebook avait cherché à savoir s’il pouvait manipuler les émotions des utilisateurs, en modifiant le contenu de leur page. Et cela a fonctionné. Ce qui laisse supposer que les « plaisanteries » sont à prendre très au sérieux. Nous avons pu observer les « négociations » entre Merkel et Zuckerberg sur les sujets touchants à l’immigration qui ont mené à la censure sur les utilisateurs allemands de Facebook qui critiquent la politique immigrationniste de Merkel.

Compte tenu des tendances de Facebook à interdire des contenus conservateurs, ajouté que Zuckerberg entretien des relations de proximité avec Barack Obama, il est peu probable que le géant des médias sociaux pousse à voter pour Trump le jour du scrutin.

Georges Soros a trouvé son successeur en pire. Il est un innovateur, un scientifique, qui a fait fortune avec sa science, contrairement à Soros qui n’est qu’un spéculateur. Zuckerberg saura mettre Facebook au service du N.O.M., si ce n’est déjà fait, c’est du moins pensé, comme le révèle cet ancien de Facebook. L’arme est redoutable. Il faudrait désormais pouvoir se passer de Facebook qui fait désormais si intimement parti de nos vies.

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article