La « Kaiserin von Europa », refuse toute réforme de l’Europe.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

L’opinion publique des pays démocratiques est à la fois troublée et soulagée par les accords de Munich. A sa descente d’avion, Neville Chamberlain, toujours plein d’illusions, n’hésite pas à affirmer que le Führer « est l’homme sur qui l’on peut compter lorsqu’il a engagé sa parole. » En France, au lendemain des accords de Munich, tous les journaux titrent à la une : « La Paix ! »

Daladier est accueilli à son retour du Bourget par une foule en délire. Le 5 octobre 1938, Churchill lance : « Nous avons subi une défaite totale et sans mélange. Notre peuple doit savoir que nous avons subi une défaite sans guerre, dont les conséquences nous accompagneront longtemps sur notre chemin. » Et d’ajouter : « Il ont accepté le déshonneur pour avoir la paix. Ils auront le déshonneur et la guerre. » L’histoire est-elle en train de resservir les plats avec des épices différentes ?

Cette déclarée « irrationnelle », par un des plus grand psychiatre et psychanalyste allemand, Hans Joachim Maaz, confirme l’aggravation de sa maladie, suite au Brexit.  Maladie latente, qui a éclot avec les flux migratoires incontrôlés, accompagnés de ses selfies satisfaits.

Il y en a, dans les maisons de fous, qui se prennent pour Napoléon, elle, Merkel, se prend pour la « Kaiserin von Europa ». Nous, français, n’existons plus, parce que nous avons un autre malade du cerveau totalement soumis à la Kaiserin. 

Sans la présence de la "Perfide Albion", à Bruxelles, la « Kaiserin von Europa » a déclaré, du haut de ses certitudes de dominatrice, être contre toute réforme en Europe, qui pourrait amener à des modifications des traités. Elle refuse toutes « petites réformes accompagnées de moins de bureaucratie et des décisions rapides. »

Se transformant de Hindenburg en Hitler, elle déclare sans résistance apparente, comme sous Daladier-Chamberlain, pour vous remettre dans l’atmosphère trompeuse, qu’il n’y aura pas de modification des traités.

« Nous pouvons travailler avec les traités » lance Merkel, prenant en considération le traité de Lisbonne rejeté par les français, revoté par le Parlement à l’instigation Sarkozy. Souvenez-vous-en lors des prochaines élections. Au lieu de cela, estime-t-elle, l’on devrait désormais adopter les sujets de manière moins bureaucratique. »

Et la « Kaiserin von Europa », qui tient sa position, estimant que, jusqu’au départ officiel de la Grande Bretagne, il n’y aura pas d’autres négociations. Dans ces conditions, personne ne comprend pourquoi la Grande Bretagne fut exclue finalement de ce sommet de l’UERSS. Personne ne sait, si l’article 50 du Traité de Lisbonne sera activé. Comme c’est habile de la part de l’agente en chef du N.O.M. (Nouvel Ordre Mondial), nouveau totalitarisme avec l’islam. Ce qui permettra de passer l’été, afin que les esprits « traumatisés » se reprennent. Déjà, deux députés britanniques prennent la balle au bond et appellent à un nouveau referendum, selon Reuters. Geraint Davies, le travailliste et le gallois nationaliste, Jonathan Edwards, qui voit le pays de Galles sortir comme l’Ecosse. Ils estiment en hypocrites, qu’une telle décision doit recevoir « l’approbation » du peuple. Ah bon ! Ceux là ont zappé que le peuple vient de s’exprimer ...

Hildegard von Hessen am Rhein

 

 

Commenter cet article