Les neocons mettent en place une ceinture de haine contre la Russie !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Les neocons mettent en place une ceinture de haine contre la Russie !

Il me faut encore et encore le répéter, les néocons de Washington feront beaucoup de dégâts d’ici la prochaine cérémonie de serment du nouveau président en janvier prochain. Le Brésil en a déjà payé le prix par l’éviction d’une corrompue favorable à la Russie et son remplacement par un autre corrompu, favorable à Washington. Et c’est toujours la Russie qui fait les frais et nous, par réplique et par suivisme aveugle d’un « allié » dont nous défendons les intérêts au détriment des nôtres. Nous venons d’entendre, celui que Killiary a choisi comme VP, Tim Kaine, déclarer « la Russie comme une ennemie en développement ». Kaine est tout aussi corrompu que Killiary, tous deux ont contribué à pourrir le système jusqu’à la moelle.  Qui se ressemble, s’assemble. Ce qui signifie que, si elle devait l’emporter, nous pouvons être certains que ce sera « le troisième tour d’Obama » et que la Russie, assurément continuera d’être dans le collimateur, comme la Chine, puissances émergeantes.  Ce n’est pas pour rien qu’elle a comparé Poutine à Hitler. L’hôpital qui se fout de la charité venant de la bouche d’un individu qui défend quasi religieusement l’idéologie communiste, omettant que la Russie de Poutine n’est pas celle de Staline. Que ce sont les néocons qui se comportent de manière dictatoriale dans le monde, en renversant des régimes qui leur déplaisent. Et, qu’à cela ne tienne, ils ne craignent pas d’inaugurer une 3ème guerre mondiale et nucléaire celle-ci. Ces malfaisants imaginent rouler sur la Russie, comme jadis sur le Honduras ou autre Nicaragua pour y chasser le communisme … Désormais, ils encerclent la Russie qui ne menace personne, par l’OTAN interposé, même une opération fut inaugurée, Anaconda, avec la participation massive de chars allemands, qui traversèrent pour la première fois la Pologne, depuis la seconde guerre mondiale et participer à des manœuvres aux frontières de la Russie. L’histoire ressert les plats entre les deux pays …, sauf que cela c’est passé en juin dernier, sans que les « pressetituées » s’en émeuvent. Je l’ai évoqué sur mon blog et cela n’a pas non plus ému mes lectrices et lecteurs. Même Boulevard Voltaire m’a refusé une chronique sur le sujet, estimant que ce genre de menaces sont récurrentes … Réveillez vous !

Dans Russia Insider, site de réinformation fondé par des expatriés américains en Russie, Julia Rakhmetova nous traduit du russe le texte suivant en anglais, que je vous traduis en français :

« Avant la chute de l’Union Soviétique, existaient deux superpuissances dans le monde, chacune avait ses alliés. Sans vouloir juger ce qui était bien où mal, le monde était en équilibre, grâce à la menace que garantissait l’extermination mutuelle. Après donc, la chute de l’URSS, la seule superpuissance qui restait, recrutait de nouveaux alliés et vassaux, supprimait et/où redessinait les anciens pays du camp « socialiste » et du pacte de Varsovie à son avantage. L’OTAN se développait et s’approchait des frontières russes, occupait même les anciens Etats baltes. La question se posait, si l’Ukraine, la Moldavie, la Géorgie et l’Azerbaïdjan rejoindraient l’OTAN et une campagne fut inaugurée pour l’indépendance de la Tchétchénie. Les Etats Unis étaient certains que la Russie collapserait en fin des années 90. La seule question qu’ils se posaient était « quand » ? A la fin du 20ième siècle, lorsque la Russie commençait à se relever, les USA étaient devenus les seuls dirigeants du monde. Les alliés étaient leurs seuls rivaux. La Chine était lointaine et sur le plan militaire un dragon de papier, plus occupée par ses problèmes internes, n’ayant jamais gagné de guerres externes à leur territoire. La situation devenait critique avec l’Union Européenne, qui était devenue l’égale des Etats Unis économiquement et pouvait devenir une menace, plus encore, par sa proximité avec la Russie. La plus grande puissance au monde, avec les plus grandes réserves en matières premières, reliant l’UE et la Chine, constituait une menace sérieuse aux règles américaines. Les plus grandes capacités scientifiques et technologiques de l’UE, associées aux réserves en matières premières et la main d’œuvre chinoise inépuisable,  …  Ces trois éléments réunis en accords, qui aurait encore besoin des américains ? Plus important encore, qui aurait besoin du dollar sur lequel la prospérité américaine s’était appuyée après la seconde guerre mondiale ? Alors ils ont réagi. Il est inutile de dresser la liste des pays dans leur collimateur. Il suffisait de dire qu’il ne restait plus rien que le terrorisme dans chaque état après leur « démocratisation », en particulier en Libye. Ajoutée une série de « révolutions des couleurs », lesquelles « coïncident » le long des frontières avec la Russie et l’Union Européenne. Ce sont désormais la Russie et l’Union Européenne qui souffrent des deux, les attaques terroristes et de ces révolutions de couleur. C’est assurément l’Ukraine qui est le plus important accomplissement US. Ils avaient besoin d’un territoire instable entre la Russie et l’UE, non seulement géographiquement, mais aussi politiquement. Il ont réussi ce coup là : L’UE et la Russie souffrent de pertes économiques, non les US. Une brillante opération, qui n’a coûté que 5 milliards $ et quelques packets de biscuits. Les américains ont prit la région sous leur aile « protectrice » tout en laissant couver le feu. Les peuples s’accommodent à tout quand leurs dirigeants trouvent toujours à s’en sortir. Pour les US, la position la plus confortable est de préserver le status quo : la Russie s’engage en Ukraine, quand l’Europe est occupée avec sa crise migratoire, ils maintiennent la confrontation, quand les US sont au-dessus de la mêlée, l’arbitre du monde « garant de la paix et de la stabilité ». Seulement, les européens commencent à regarder ailleurs. La Russie, de manière inattendue a conduit des opération avec succès en Syrie. Plus encore, Erdogan qui se prend pour Attatürk, veut reconstruire l’Empire Ottoman qui deviendrait le centre du monde musulman. Cela devenait inadmissible et les réactions ne se firent pas attendre. Les experts US exercent une pression constante sur nous et nos voisins européens, utilisant des terroristes contre les pays musulmans les plus faibles, ce qui a des répliques dans le sud de la Russie et sur l’Union Européenne. Même si les attaques n’ont pas de succès, elles maintiennent les populations et les gouvernements sous pression et surtout propulsent la panique parmi les peuples.

Dans ces circonstances, la Russie ne doit pas répondre à ces provocations. Nous devons constamment nous demander : « A qui profite tout cela » ? Et, si ce n’est pas profitable pour nous, mais pour « nos partenaires outre atlantique », nous devons résister aux réactions émotionnelles. « Poutine rassemble des troupes » ? Même pas en rêve ! « Russie, bat les pattes de l’Ukraine.  La Crimée et une partie du Donbass sont assez pour vous. Idem ! « Rompre les relations avec la Turquie « ? Toujours pas en rêve. « Mettre des sanctions sévères à l’encontre de l’Union Européenne et la faire crever de faim » ? Jamais ! »

Traduction Hildegard von Hessen am Rhein

PS: je n'ai pas traduis l'intégralité du texte, sauf ce qui me paraissait le plus intéressant pour les lectrices et lecteurs. Pour ceux qui maîtrisent l'anglais, le texte intégral est sur Russia Insider en lien. 

 

Ceci sont donc les défis que nous lançent les néocons, comme je l’annonçais depuis que Trump a ses chances, depuis un an déjà, comme je fus une des rares dans ce pays à l’écrire, si bien ici que sur Dreuz info et Boulevard Voltaire. Et, pour mettre un terme définitif à ces tensions qui ne nous profitent pas, à nous français et européens, il faut que le peuple américain, contre vents et marées porte Donald Trump au bureau ovale, sinon, nous risquons purement et simplement de disparaître sous la folie guerrière, l’avidité de Killiary, au service des intérêts particuliers, du complexe militaro industriel et agro-alimentaire. N’oubliez jamais la citation de ce salopard, promoteur de la « real politik » d’Henry Kissinger dont on rappellera qu’il a bouffé à tous les râteliers idéologiques: «Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlez le peuple, contrôlez la monnaie et vous contrôlerez le monde »

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article

brandenburg 25/07/2016 13:13

Chère Madame,je vous soutiens à fonds et répercute souvent vos articles sur mon site d'actualités avec la source,bien sûr.
Permettez-moi de vous mettre ne garde contre Dreuz qui est une officine,soit-disant chrétienne mais en réalité israëlo-américaine:son patron s'appelle Goldamel,c'est tout dire!
Quant à Boulevard Voltaire,leur évolution est très inquiétante,un de leurs derniers articles étant outrancièrement pro-américain.
Pour Trump,je pense qu'au minimum son élection éventuelle suscitera une guerre civile plus ou moins chaude qui a déjà d'ailleurs commencés,comme pendant la guerre du Vietnam:ils nous foutront donc la paix pendant un bon moment!A nous d'en profiter!
Amicalement,
votre fidèle et loyal serviteur.

Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein. 25/07/2016 13:28

Monsieur, je connais très bien Dreuz Info et celui qui l'anime s'appelle Jean-Patrick Grumberg de mes amis. J'ai longtemps collaboré avec eux, mais comme ils n'ont pas accepté mes critiques contre les néocons, j'ai cessé de publier pour eux et nous restons néanmoins de bons amis et vos allusions sont très mal venues. Je suis loyale à mes amis, même si nous avons des opinions différentes. Quant à BV, j'y collabore, Robert Ménard et son épouse qui dirige BV sont des amis, alors merci de vous abstenir de les critiquer, ou si vous critiquez les uns comme les autres, faites le courageusement sur leurs sites Pour ma part, si vous ne l'avez pas encore compris, je suis à 100% pour Trump et mes premiers articles sur Dreuz et Bv d'il y a 1 an le prouvent.