Les tatars appellent Ankara à reconnaître le statut russe de la Crimée, mais l’OTAN persiste à encercler la Russie …

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Ils continuent de jouer avec le feu, ces neocons. Encore une fois, je me sens obligée de souligner que durant ces élections US, aiguillonnés par le pire de tous, Zbigniew Brzezinski, l’éminence grise neoconienne, aux grands projets globalisés surtout s’ils sont sous l’égide US, feront beaucoup de dégâts dans le monde pour tâcher de garder leur suprématie considérablement affaiblie par une économie catastrophique. Il me semble qu’une nation qui veut rester première puissance du monde, devrait avant tout réduire son endettement colossal qui se monte à 106, 91 % du PIB, que chaque seconde leur coute 15.273 $, que la dette par citoyen US est de 59.819 €. C’est le combat de Donald Trump que de réduire la dette et créer à nouveau richesses et emplois.

Suprématie à dominer le monde, dont ils se sentent investis par l’histoire et qu’ils estiment être contestée par la Russie et la Chine. Ce ne sont que des palabres de l'establishment corrompu de Washington pour nous faire avaler des couleuvres et nous dresser contre la Russie et la Chine, dont les puissances économiques sont en développement constant, malgré les sanctions qui ne font de mal qu’à l’Europe, un peu à la Russie, qui apprend à devenir auto-suffisante, vu ses immenses terres et ses richesses sous-terraines. Ces sanctions sont contreproductives pour nous, mais pas du tout pour Washington, qui nous impose d'agir ainsi, dans son intérêt, mais non dans le nôtre. 

Une fois pour toute, la Russie a autre chose à faire que de contester la suprématie de qui que ce soit, occupé qu’elle est, à se défendre habilement contre toutes sortes de tentatives de déstabilisation à ses frontières. Intimidations, attaques sous fausse bannière (Ukraine), humiliations en tous genres, c’est ce que la Russie doit subir de manière récurrente de la part de ses « partenaires » US, de l’UERSS et de l'OTAN, un machin qui ne devrait plus exister depuis la chute du mur de Berlin.

La Turquie, membre de l’OTAN, descend deux chasseurs russes, sous l’œil bienveillant de Washington, le Kremlin grogne et attend. L’OTAN vient de mettre en place l’opération "Anaconda", qui vise à encercler la Russie qui ne montre aucun signe de bellicisme, contrairement, encore une fois, aux couleuvres que l’on veut nous faire avaler avec le slogan : « Poutine veut reprendre les anciens satellites soviétiques. Au passage, sur l'opération "Anaconda", pas un mot dans la pressetituée française ! Rappelons que pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, les chars allemands viennent de traverser la Pologne pour encercler la Russie. 

Le gouvernement de l’islamo-collabo canadien, Justin Trudeau, soumis à Washington, vient d’annoncer sa participation d’encerclement "Anaconda" avec 1000 hommes, afin « de mettre fin à l’agression russe » ! Ils jouent avec le feu à Washington. L’UERSS est muette, la France n’existe pas, l’Allemagne est le satellite nr. 1 de Washington et la Grande Bretagne a fait Brexit ! Cela dit, en Allemagne, 64% de la population désapprouve les actions militaires de l'Allemagne dans l'OTAN contre la Russie, comme d'ailleurs leur Ministre des Affaires Etrangères, Steinmeyer ! 

Il faut encore une fois rappeler que la Russie, plus grand pays du monde aux richesses encore inexploitées voudrait reprendre ses ex satellites soviétiques ? C’est ridicule et/ou, du ressort de la manipulation des masses.  

Contre toute attente, voilà le Kremlin et Ankara qui se parlent. Erdogan s’excuse auprès de la Russie, offre des compensations à la famille de Oleg Peschkov, l’un des pilotes abattus. Refus net de la famille Peschkov. On les comprend. Mais ce ne sont que des personnes privées qui ont leur honneur, qui le défendent vaillemment.  

Quel intérêt a donc le Kremlin pour la jouer « aussi fine » ? S'il y a une certitude, c'est que les parties ne se croient pas. Il faudrait peut-être rappeler que l'article 5 de l'OTAN aurait été mis en application, si la Turquie, membre de l'OTAN, qui a descendu intentionnellement les chasseurs russes, eut été l'objet de représailles russes, cela aurait signifié une attaque de l'OTAN contre la Russie.

Je souligne que suite à son geste, Erdogan a perdu tous soutiens, même si l'on peut supposer que Washington regardait de sa lorgnette les choses sans bouger, sinon avec bienveillance. Outre, qu'il nous prend 6 milliards pour endiguer le flot migratoire islamisé, qui ne s'est arrêté que parce que c'était l'hiver. Attendons ce qui va se passer cet été ! Donc, Erdogan, isolé, fait volte face et s'excuse ... C'est aussi simple que cela. Surtout que la Turquie souffre des sanctions économiques de la Russie ! Outre que l'OTAN préfèrerait ne pas avoir la Turquie comme membre ! Erdogan a été mis à genoux par la Russie et son avenir est certainement compté désormais. 

Et si Erdogan s’excuse aujourd’hui, c’est qu’il y a bien eut faute, il y a un an, à descendre les deux chasseurs russes qui n’avaient nullement violé l’espace aérien turc, comme mensongèrement diffusé par les pressetituées occidentales.  Une provocation turque qu’Ankara ne se serait jamais permis sans l’aval de Washington. Si la Russie n’a pas fait plus que grogner, c’est que, selon moi, militairement, elle ne se sent peut-être pas encore suffisamment accomplie pour vraiment intimider l’occident. Malgré sa grande parade militaire du 9 mai 2016, que j'ai relayée ici en intégralité. 

En revanche, le grognement russe se traduisait tout de même en sanctions diverses, comme la restriction d’importations agroalimentaires turques, l’interdiction de voyager en Turquie pour les touristes, interdiction d’engager des ressortissants turcs en Russie, et interdictions de toutes activités turques en Russie. La Russie a également suspendu tous les accords militaires avec la Turquie. Cependant, à l’époque, le Président Poutine avait déclaré que les sanctions ne seraient jamais levées, si Erdogan ne s’excusait pas sur l’incident. Bon, voilà qui est fait.

Le Président Poutine peut aussi compter sur la population tatare musulmane de son pays, qui vient de se manifeseter en faisant appel à Ankara, afin que la Turquie reconsidère sa position vis-à-vis de la Crimée et reconnaisse sont statut russe !

Ajouté que les tatars de Crimée, appellent eux aussi Ankara à reconnaître leur statut russe. Plus encore, les tatars de Crimée appellent le gouvernement turc à ne pas se laisser influencer par les spéculations de Kiev et les anciens politiciens de Crimée qui déforment la situation, selon Remzi Ilyasov, leader du Mouvement Qirim, fondé en 2014 aux fins de coopération entre Moscou et les tatars de Crimée.

Ilyasov lance que les tatars de Crimée sont prêts à devenir « le pont de l’amitié » entre la Russie et la Turquie. « Nous, les tatars de Crimée, espérons que les liens amicaux vont se renforcer entre la Russie et la Turquie », déclare Ilyasov.

Je parie qu’à Washington on regarde tout cela d’un très mauvais œil, nous supposerons que Soros aussi, lequel, si nous le connaissons bien, devrait certainement mettre peu de temps avant d’engager une déstabilisation du coin dont il a le secret.

Je vois aussi les esprits chagrins français dont la méfiance envers l'islam est absolue, comme la mienne. Sauf que moi, je fais une réserve importante en ce qui concerne les tatars qui font partis de l'histoire de la Russie, depuis que la Russie est Russie. L'islam, en Russie, n'a jamais été une force d'invasion. Cela dit, par les temps qui courent, même si les tatars sont fidèles à Moscou, je n'oublie pas la Tchéchénie qui reste un grand élément perturbateur par son appartenance aux sunnites, cette partie de l'islam la plus agressive en ce moment et qui a le vent en poupe par ses minorités salafistes. 

Conclusion: Ankara - Moscou - Washington, affaire à suivre. 

Hildegard von Hessen am Rhein

 

Commenter cet article

brandenburg 02/07/2016 17:04

Bonne analyse mais il ne faut pas oublier l'éternelle lutte entre Russie et Empire ottoman puis Turquie,la première ayant arraché aux seconds toutes sa partie musulmane aujourd'hui presque toute indépendante et étant alliée à la Russie dans la CEI mais où l'islamisme commence à faire des ravages ce qui doit inquiéter Poutine qui le connaît bien puisqu'il a mis à feu et à sang la Tchétchénie et qui,en sous-mains est attisé par la même Turquie.
Quant aux crétins occidentaux,en soutenant la Turquie qui est dans l'otan et veut entrer dans l'Europe,une fois de plus ils se suicident,Erdogan n'étant que la résurgence du pan-touranisme,une revanche ,après la défaite de 1918,de la Turquie pour essayer de recréer son empire perdu.Que la Turquie soit laïque ou pas,démocratique ou tyrannique comme sous Ataturk, ne change donc rien à ses projets à long terme car comme le disait de Gaulle "Les régimes passent,les peuples sont éternels".Bref,cela va chauffer et la pseudo-Europe restera "tolérante et apathique",dernières vertus selon Aristote des sociétés mourantes,avec les habituels sursauts violents mais en vain de l'agonie.