Non, Vladimir Poutine n'est pas l'ennemi, ce sont les neocons de Washington qui le sont ! IN TRUMP I TRUST !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Si Trump pourrait être un partenaire très incomfortable pour la Russie, il serait plutôt du genre de Georges H.W. Bush, qui a soutiré d'énormes concessions pour les USA, comme la fermeture de la station radar de Krasnoyarsk par exemple. Mais il sera un partenaire, non un maniaque hystérique. Sous son influence, les agressions US seront tempérées par l'instinct de préservation, comparé à Clinton. C'est ce qu'affirme Carter Page, un conseiller de Trump de passage à Moscou. 

Assez de cette imbécile russophobie en Europe, dictée par les neocons de Washington. Cette russophobie toute entière posée dans la question arrogante de ce journaliste de la BBC, auquel le Président Poutine répond sans ambage. Il faut souligner que la BBC est l'organe de propagande de Washington en Europe. Vidéo en lien, dont voici la traduction de la question, puis les réponses du Président Poutine.

"Les pays occidentaux pensent qu'il y a une nouvelle guerre froide et que, franchement, c'est vous qui avez décidé de la créer. Nous observons quotidiennement des chasseurs russes faire parfois des manoeuvres assez dangereuses, tout ceci doit être fait sous vos ordres, puisque vous êtes le commandant en chef. C'est certainement aussi sous vos ordres, que vos troupes ont été envoyées dans un pays souverain, la Crimée d'abord, puis en Ukraine de l'Est. Maintenant, vous avez un gros problème avec la monnaie de la Russie et vous allez avoir besoin d'aide et de compréhension d'autres pays et en particulier des pays occidentaux. Donc, puis-je vous demander maintenant de dire à l'occident, que vous n'avez aucun souhait d'une nouvelle guerre froide et que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour régler les problèmes en Ukraine. Merci."

Réponse du Président Poutine:

"Merci pour votre question.Vous faites mention que la Russie porte une responsabilité dans le développement des tensions que nous observons dans le monde. La Russie à prit sa part dans la compréhension de ses propres intétérêts nationaux dicté par la situation. Nous n'attaquons personne, au sens politique du terme, Nous n'envahissons personne. Le dédain que nous subissons de la part de l'occident vient du fait que nous faisons juste ceci: protéger nos intérêts nationaux. Nous n'avons jamais initié ces tensions dans le monde. Laissez-moi vous expliquer. Vous mentionnez notre aviation.Vous savez que dans les années 90, la Russie a complètement cessé (comme l'URSS),toute stratégie d'aviation qui consiste à patrouiller dans la région. Nous avons arrêté complètement toutes ces activités. Cependant, les américains, eux, armés d'engins nucléaires, n'ont jamais cessé leur géostratégie de leur aviation. Ils continuent à nous encercler. Pourquoi cela ? Par qui êtes vous concerné ? Pourquoi nous menacez vous ? D'année en année nous avons cessé de patrouiller. C'est seulement depuis trois ans que nous avons repris nos patrouille dans les airs. Quelle est la partie provocatrice ? Nous ? Nous n'avons que deux bases militaires à l'étranger. Elles sont installées dans des régions ou le terrorisme est avéré. L'une fut installée au Kyrgiztan, parce que les rebelles d'Afghanistan ont commencé à opérer sur ce territoire. Ce sont les autorités du Kyrgistan qui nous on demandé d'intervenir, lorsque Akayev était Président. La seconde base est installée au Tajiskistan,qui se trouve à la frontière de l'Afghanistan. Cela est même dans vos intérêts (américains). Tout est donc calme là bas. D'un autre côté, les bases américaines sont installées dans le monde entier. Et vous me qualifiez d'agresseur ? Avez-vous quelque bon sens ? Que font les forces US en Europe et leur armement nucléaire ? Quelles sont leurs affaires là bas ? Alors, écoutez moi. Notre budget militaire, même s'il est un peu en augmentation depuis l'année dernière est d'environ 50 milliards de $. Le budget militaire du Pentagone dépasse dix fois cette somme. 575 milliards $ qu'a accordé le Congrès. Et vous me traitez d'agresseur ? Est-ce que vous avez un peu de sens commun ? Est-ce que nous installons nos forces aux frontières des Etats Unis, ou d'autres pays ? C'est l'OTAN qui se rapproche de nous avec ses infrastructures militaires. Pas nous. Est-ce que quelqu'un nous écoute ? Ou essaye d'entamer un dialogue avec nous ? Les réponses récurrentes que nous recevons est "mêlez vous de vos affaires". Tout pays à le droit de choisir ses propres mesures de sécurité. Très bien, c'est ce que nous faisons. Pourquoi cela nous serait interdit ? Et, finallement concernant le système de missiles antibalistiques de défense, qui a décidé d'un système de sécurité international ? Nous ? Non ! Les Etats Unis ! Unilatéralement ! Ils se sont tout simplement retiré du traité. Et maintenant, ils nous menacent, en pointant leurs missiles vers nous. Non seulement en Alaska, mais aussi en Europe. En Roumanie, en Pologne, juste à nos portes. Et c'est moi qui serait l'agresseur ? Souhaitons nous des relations plus équitables ? Oui, nous le souhaitons, si notre intérêt national est pris en considération. En matière économique, comme en matière de sécurité. Il y a 19 ans, nous avons tenu des échanges avec l'OMC. Nous avons accepté un grand nombre de compromis.Nous nous sommes conformés aux exigences de l'OMC, des conditions inscrites dans le marbre ! Ensuite, je n'irai pas aujourd'hui dans les détails sur le dossier ukrainien. Bien sur que je considère ma position comme une juste position, quand nos amis occidentaux sont dans l'erreur.Mais nous laisserons cela comme but de la discussion. Donc, nous avons rejoins l'OMC. Il y a des règlements. En contravention avec elles et en contradiction avec les lois internationales, des sanctions ont été infligées à la Russie. Ce qui est illégal. Et ce serait encore une fois nous qui serions dans l'erreur ? Nous voulons développer des relations normales dans une sphère de sécurité et contre le terrorisme et la non prolifération des armes nucléaires. Nous voulons travailler avec vous contre les menaces telles que le trafic de drogues, le crime organisé, le développement de maladies contagieuses, inclus Ebola. Nous voulons travailler avec vous, ainsi que dans la sphère économique, faut-il encore que vous le vouliez."

Traduction Hildegard von Hessen am Rhein

Tout ceci se passe de commentaires. L'agresseur, depuis les Clinton, en passant par Bush et Obama, sont les USA, qui ont favorisé un état musulman au centre de l'Europe, destabilisé le Moyen Orient, détruit la Libye et la Syrie ... c'est bien la raison pour laquelle, nous devons croire en Trump.

Hildegard von Hessen am Rhein

 

 

Commenter cet article