Sur Boulevard Voltaire on ose "l'impensable", critiquer l'escroc Wiesel !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Personne ne me suspectera d'antisémitisme, toute ma vie l'a prouvé, mais je refuse l'icônisation de personnages, sous pretexte qu'ils sont juifs, rescapés de l'holocauste. Me sentir obligée de préciser cela m'est déjà insupportable, car ce que j'affirme va de soi pour moi, mais signifie que l'on ne peut plus rien dire et qu'avant de dire, il faut s'entourer de précautions pour le dire ! 

Un de mes grands amis fut l'un des plus grands écrivains allemands, juif, Ralph Giordano, rescapé de l'holocauste, grand pourfendeur de l'islam, ce que Wiesel n'a jamais été. Ralph était devenu la conscience de l'Allemagne, après le "coming out" de Günther Grass qui avouait avoir été dans la Waffen SS. 

Donc, je refuse l'icônisation de personnages, soient-ils juifs, surtout, lorsque l'on sait depuis longtemps qu'ils enfument et intimident le monde entier, alors qu'eux mêmes sont controversés et peu honnêtes. Oui, Finkelstein est un honnête homme, ce qui lui coûta sa chaire de professeur comme le précise mon confrère sur BV. 

En France seulement, le livre fera l'objet d'un procès pour « diffamation raciale » et « incitation à la haine raciale » intenté par Avocats sans Frontières, dont le Président-Fondateur est Gilles William Goldnadel, que Norman Finkelstein et son éditeur gagneront en première instance et en appel. Goldnadel, par ailleurs, héraut de la liberté d'expression, mais pas pour ceux qui viennent contester une histoire officielle. 

J'avais envie d'envoyer une chronique sur le sujet à BV, me suis néanmoins abstenue, vu mon nom. Mais ne tenant plus devant les hommages injustifiés, je relaye ici, sur mon blog les deux articles de mes deux confrères sur Boulevard Voltaire, avec lesquels je suis en total accord. Et, ça n'a rien à voir avec de l'antisémitisme, comme mon combat contre l'islam n'a rien à voir avec les musulmans eux-mêmes, sauf contre ceux qui utilisent leur religion à des fins politique de conquête de l'occident. 

Ce qui est étonnant, mais pas tant que ça, c'est que les commentaires sur les deux articles de mes confrères sont fermés. Je vous laisse en imaginer les raisons. L'antisémitisme pur, bête et enragé pourrait s'y exprimer et mettre en danger le journal. 

Cela est significatif de notre époque de la bienpensance et du politiquement correct, on ne peut plus rien dire et critiquer certains juifs, sous prétexte qu'ils sont juifs est du ressort de la loi Gayssot. 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article

Gian Joseph Morici 13/10/2016 15:19

“BOULEVARD VOLTAIRE” n’aime pas les italiens
http://www.lavalledeitempli.net/2016/10/12/boulevard-voltaire-naime-pas-les-italiens/