Verts et rouges ont rendu possible, hier, à Cologne, une manifestation pro Erdogan !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Ma terre, ma ville, ma cathédrale souillée par ces turcs pro Erdogan, génocidaires des arméniens, islamistes qui financent l'EI ! Les larmes d'impuissance coulent sur mon visage, la rage contre Merkel et son gang me prend à me rendre presque folle ! Ma terre, ma ville, ma cathédrale souillée par ces turcs pro Erdogan, génocidaires des arméniens, islamistes qui financent l'EI ! Les larmes d'impuissance coulent sur mon visage, la rage contre Merkel et son gang me prend à me rendre presque folle !

Ma terre, ma ville, ma cathédrale souillée par ces turcs pro Erdogan, génocidaires des arméniens, islamistes qui financent l'EI ! Les larmes d'impuissance coulent sur mon visage, la rage contre Merkel et son gang me prend à me rendre presque folle !

Cologne, ma ville d’enfance, est en train de devenir la banlieue d’Ankara et d’Istanbul ! Ce n’est plus Cologne sur le Rhin, mon nom, mais Cologne sur Bosphore. Certes, le centre fut détruit durant la seconde guerre mondiale, mais la cathédrale, l’emblème de la ville, est restée debout, abîmée certes, mais debout. Sa stature majestueuse était là, pour me rappeler mes racines, même si je m’en éloignais. J’y fus d’ailleurs baptisée par le Cardinal Frings, dont le directeur de cabinet s’appelle toujours Josef Ratzinger, seul Pape à avoir démissionné. Fin musicien, grand intellectuel. La cathédrale, en ce mois de janvier 49 n’était qu’un grand courant d’air, tant elle était endommagée, si j’en crois le récit de mes parents qui me tenaient au-dessus des fonts baptismaux de la cathédrale.

J’aimais me promener, enfant, avec mes parents, dans les rues de Cologne, qui renaissait de ses ruines, puis adolescente, où je ne risquais rien qu’une engueulade pour rentrer trop tard à la maison. Ces commerces tout neufs, marqués par le consumérisme américain, certes, mais ils rayonnaient la joie et je trouvais ça sympa, c’était le miracle économique. On se relevait de la mort.  A Pâques, comme à Noël, les rues scintillaient défiant le passé mortifère. Tant de choses à voir, de la Hohe Strasse à la Schildergasse, en passant par le Heumarkt pour aller au Neumarkt. Les églises comme Sankt Maria im Kapitol ou Sankt Andreas, toutes deux d’époque romane, la dernière à l’ombre de la colossale cathédrale gothique, des vrais joyaux architecturaux, qui m’impressionnaient tant. Sankt Gereon autre haut lieu d’architecture romane. Cologne est une ville romaine, Colonia Agripinensis, devenue chrétienne, désormais en bonne voie d’islamisation.  Colgne, un bonheur effacé. Les mosquées poussent comme des champignons, sans que personne n’y trouve à protester, que mon ami disparu, le grand écrivain allemand, rescapé de l’holocauste, Ralph Giordano, conscience de l’Allemagne, qui se battait contre les moulins à vent, mais avec une véhémence qui ne l’a pas quitté jusqu’à sa mort. Il était horrifié que dans les rues de Paris l'on puisse entendre "mort aux juifs". Il s'éteignit peu après avec cet horrible souvenir.

Toutes ces églises produisaient des concerts auxquels j’assistais béate d’admiration avec ma famille. J’attendais avec impatience l’époque de Pâques pour assister aux passions de Bach, celle de Saint Mathieu et de Saint Jean que j’aime infiniment depuis. Ma relation aux églises est strictement liée à la musique et à l'odeur de l'encens, non au rite religieux en soit. Je n’ai jamais su croire, j’ai toujours douté. J’oscille encore aujourd’hui entre athéisme et agnosticisme … Contrainte d’aller à la messe, puisque ma famille pratiquante habitait prêt de Sankt Maria im Capitol, je m’attardais toujours pour écouter les orgues en fin de messe. L’orgue y est particulièrement somptueux et l’acoustique parfaite. Des souvenirs de beauté, de sophistication, qui viennent désormais se noyer dans un changement dramatique de cette ville que je ne reconnais plus.

Ce centre de la ville de Cologne est désormais investi de commerces pouilleux, à l’odeur de graillons « orientaux » à grande majorité turcs. Des « Imbiss » halal et autres horribles « Döner » ont remplacé la fameuse Eisdiele italienne, (café ou l’on ne consomme que des glaces), Campi, de la Hohe Strasse, ou je me régalais de glaces italiennes comme à Rome chez Rosati, Piazza d’Espagna. Campi était de ces familles d’immigration italienne après la guerre, qui fit une belle réussite, assimilé à son pays d’accueuil, l'Allemagne.  Ces rues commerçantes, la Hohe Strasse et de la Schildergasse ou voisinaient les grandes marques de luxe à l’époque, disparues, pour des commerces destinés aux populations venues d’ailleurs, du Bosphore et d’Anatolie en particulier …  S’y sont incrustés depuis, des maghrébins, des libanais à majorité musulmane, mais, ce sont les turcs qui tiennent le haut du pavé, quand les italiens et les grecs sont allés ailleurs, peut-être rentrés dans leurs pays, fortune faite je suppose.

C’est dans cet environnement que je décris, que les verts & rouges ont rendu possible une méga manifestation en faveur du dictateur Erdogan, après le soi-disant putsch manqué contre lui. Ces turcs, musulmans, souillent de leur présence l’esplanade de ma cathédrale. Et si le gouvernement allemand leur offrait un billet de retour, personne ne grimperait dans l’avion …, occupés qu'ils sont à conquérir l'Allemagne. Le Land Nordrhein Westphalen, dont est Cologne, est le Land le plus islamisé d'Allemagne. Ce Land qui fut nommé celui du "Miracle Rhénan" ! On a put voir la police de la charria à Wuppertal ... J'ajoute une chronique que je rédigais pour Dreuz Info en octobre 2014 ... "Lorsque l'islam sera majoritaire."

Alors que personne en Europe n’a cru bon organiser une manifestation pour protester contre l’égorgement du père Hamel, d’une petite commune normande, des milliers de turcs ont put se réunir sans entrave pour soutenir leur calife Erdogan et cela à cause des traitres de gauche islamo-collabo-internationalistes-antisémites ! Ces mêmes qui ont voulu minimiser les taharrush de Cologne durant la nuit de Saint Sylvestre. Qu'ils aillent tous brûler en enfer.  Nous avons les mêmes ici, alors, Mesdames et Messieurs, réveillez vous, révoltez vous et rassurez vous, la dernière est qu'une manifestation est autorisée contre celle qui eut lieu, des turcs en faveur d'Erdogan. Décidément, l'Allemagne devient le "terrain de jeu" des conflits géopoliques auxquels l'islam est lié. Il est temps que la Merkel dégage ..., comme il est temps que Hollande dégage, puisque la France aussi est un terrain de jeu entre musulmans et mécréants avec comme arrière fond la Palestine et Israël ...

Hildegard von Hessen am Rhein

 

 

Commenter cet article

brandenburg 30/07/2016 17:04

L'Eglise ne vous demande pas de "croire" mais d'être certaine!Relisez donc une proche,la mystique rhénane Sainte Hildegarde Von Bingen que son compatriote et le vôtre Benoit XVI a faite Docteur de l'Eglise.Elle était philosophe,théologienne,médecin,poétesse,musicienne-écoutez ses morceaux magnifiques-religieuse et mystique (environ IX ° siècle).
Alors pourquoi pas vous?Le doute est rongeur et détruit l'âme,prenez-y garde!
Amicalement,
votre fidèle et loyal serviteur.