Réinformation: Quand les néocons de Washington mentent à la Russie !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Communiqué du Département de l'information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant les accords russo-américains sur la Syrie

Ces derniers mois ont été rythmés par des contacts particulièrement intenses entre la Russie et les États-Unis, avec un objectif: trouver comment déboucher sur un règlement pacifique du conflit en Syrie en libérant son territoire des terroristes et en instaurant un dialogue inclusif entre les différents représentants de la société syrienne.

Pour faire suite au Communiqué de Genève du 30 juin 2012, à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies et aux décisions du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) les présidents russe et américain se sont entendus sur des démarches visant à contribuer au rétablissement de la paix en Syrie et à assurer un accès humanitaire à la population dans le besoin. Ces mesures sont reprises noir sur blanc dans la Déclaration russo-américaine conjointe sur le cessez-le-feu en Syrie du 22 février.

Pendant ces pourparlers, la Russie avait constamment mis l'accent sur la nécessité de distinguer au plus vite les troupes de l'opposition dite "modérée" des groupes terroristes comme Daech et le Front al-Nosra reconnus comme tels par l'Onu et coupables d'horribles crimes, qui misent uniquement sur la violence et, par conséquent, ne sont pas concernés par le cessez-le-feu. Nous avons toujours dit que nous trouvions néfaste la tactique américaine consistant à lutter contre le gouvernement syrien légitime en s'alliant à tous ses ennemis, quel que soit leur niveau de radicalité. On se rappelle la malheureuse expérience des États-Unis avec Al-Qaïda, apparu grâce au soutien occidental des moudjahids afghans, qui a montré que les espoirs de raisonner les extrémistes "rétroactivement" ont toujours été vains.

En février déjà - il y a sept mois - Washington avait assuré qu'il mettrait tout en œuvre pour faire sortir les forces d'opposition syrienne qu'il contrôlait des régions occupées par les terroristes. Mais en réalité cette séparation n'a pas eu lieu, ce qui a permis aux djihadistes de se protéger derrière les troupes de l'opposition "modérée" et de poursuivre leurs exactions sanglantes en comptant sur l'impunité de la communauté internationale.

La Russie a donc organisé plusieurs consultations supplémentaires avec les USA pour contribuer à la stabilisation de la situation en Syrie. Nous avons abouti à un accord détaillant et élargissant les termes de la Déclaration conjointe du 22 février, à savoir:

"Les conditions standards et les procédures nécessaires pour assurer le cessez-le-feu" du 28 mars;

"L'approche des efforts russo-américains concrets dans la lutte contre Daech et le Front al-Nosra et le renforcement du cessez-le-feu" du 15 juillet;

"Le mandat du Groupe (centre) exécutif commun" du 24 juillet;

"La baisse du niveau de violence, le rétablissement de l'accès et la création du Centre exécutif commun" avec une annexe du 9 septembre.

Nous suggérions de rendre immédiatement public chaque document élaboré mais nos partenaires américains s'y opposaient constamment - soulevant de nombreuses questions quant à leur sincérité. A noter tout particulièrement: la réticence à confirmer publiquement leur engagement de séparer les opposants raisonnables du Front al-Nosra - une cellule d'Al-Qaïda - et d'attaquer avec la Russie les terroristes et leurs complices continuant de combattre.

C'est seulement récemment, après les "fuites" dans les médias occidentaux, que le Département d’État américain a publié sur son site quelques extraits des documents adoptés sans prendre la peine de convenir avec nous d'une date de publication. De notre côté, nous avons publié les textes des accords en russe. Nous appelons Washington à accepter de rendre public l'ensemble des accords, y compris le mandat du Centre exécutif commun - au sein duquel les spécialistes militaires russes et américains doivent déterminer ensemble les cibles et coordonner les vols opérationnels, ainsi que l'annexe 2 au document du 9 septembre déterminant le mécanisme de surveillance de la route passant au sud d'Alep.

De plus, nous attendons des États-Unis qu'ils tiennent enfin leur promesse de longue date de distinguer l'opposition des terroristes, car de nombreux groupes armés qualifiés de "modérés" par Washington se battent avec le Front al-Nosra, voire ont pratiquement fusionné avec ce dernier. Nous répétons que  la complaisance envers les terroristes n'a jamais mené à un résultat positif.

 

http://www.mid.ru/ru/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2473662?p_p_id=101_INSTANCE_cKNonkJE02Bw&_101_INSTANCE_cKNonkJE02Bw_languageId=fr_FR

Réinformation: Quand les néocons de Washington mentent à la Russie !

Commenter cet article