Le sang des victimes de Nice sert à la campagne électorale de l'ignoble Hollande !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

L’ignoble François Hollande, dont le quinquennat est taché du sang des victimes de la conquête islamique lance un discours électoral, flattant la magistrature qu’il aurait « gravement offensée » selon un dernier ouvrage de journalistes du Monde.

Hollande dérape très vite pour raison électoraliste, affirmant que toutes les religions se valent, sans jamais prononcer le mot islam, alors que nous savons qu'en privé, il s'est exprimé envers les journalistes du Monde en question, en signifiant directement qu'il y a un problème avec l'islam.

Double langage d’un personnage prêt à toutes les veuleries pour garder le pouvoir. Y compris l’exploitation de l’hommage aux victimes de l’islam de Nice.  

Il fallait les voir, les coupables ! Les caméras balayaient de prêt leurs yeux hypocritement "humides", ceux d'Estrosi, coupable en chef, en charge de la ville de Nice, Juppé, celui qui n’a jamais lu le coran, qui nous lance le slogan d'une "identité heureuse", Bartolone, le corrompu président de l’Assemblée Nationale et autres caciques criminels et félons, islamo-collabos, comme François Fillon, qui inaugurait une mosquée aux côtés d’une petite fille voilée, sans oublier le visage grimaçant envahi de tics de Sarkozy aux manettes qui fonda l'UOIF des Frères Musulmans, le gros Larcher, président du Sénat tenait mine de circonstance,  lorsque l'Aria de Bach fut interprétée, qui venait souligner l'égrénèment du nom des victimes de ce soldat d'Allah "radicalisé rapidement", alors que nous savons que c'est un mensonge, le père du soldat étant un membre connu et actif d'Ennahda et intégriste. Ici, je voudrai citer Patrick Buisson, page 134 de son livre remarquable: La cause du peuple. "Dans une société où ni la force de caractère ni la force d'âme ne sont plus portées au crédit de ceux qui en font montre, mais assimilées aux vertus les plus archaïques, le politique est tenu de s'abaisser pour s'humaniser et de s'étaler pour se signaler. Bref, de montrer sa faiblesse afin de remuer le coeur des foules." et de citer Michel Foucault: "l'homme en occident est devenu une bête d'aveu". 

Malgré mes désaccords avec Marine le Pen, présente à la cérémonie, lorsque la caméra balayait son visage, ainsi que celui de sa nièce, la très appréciée par moi, Marion, il s'avère que les deux femmes et l'expression de leurs visages revêtaient une dignité, une gravité non feintes, loin de ces caciques masculins devenus efféminés, qui on la larme facile pour émouvoir le lambda, toujours pour raison électoraliste. Ce n'est pas avec ces caciques émasculés, ces femmelettes larmoyantes que nous gagneront la guerre que l'islam nous a déclarée. Il faudra compter sur nos deux femmes et, pour ma part, je compte plutôt sur Marion que Marine qui vient de nous déclarer que l'islam est compatible avec la France. 

Mon coeur se soulevait de nausée à ce spectacle pitoyable des "responsables mais non coupables". A la haine de ces caciques, traitres et félons se mélangeait la honte de ce qu'est devenue la France soumise à l'islam, (islam signifie soumission) en état d'insurrection latente, comme le prévoient les Zemmour, Obertone, Villiers, Buisson, ces "faschos" de service qui alertent sans se décourager le peuple de France de moins en moins aveugle et sourd.  Désormais, au sein même de l'Etat, la conquête islamique est bien placée, avec les Belcacem, qui préconise l’apprentissage de l’arabe, El Khomri, dont le seul statut religieux devrait poser question,  un certain sous-préfet Bentaleb en Meurthe et Moselle, multitude de fonctionnaires dans la police ou l'armée, lorsque j'ai déjà écrit qu'en Allemagne 300 dijahdistes sont infiltrés dans l'armée afin de se faire entrainer pour le jour « J » qui sera lancé par l’Etat Islamique contre l'occident.

Nous l’ignorons, car personne, en France, ne s’en fait l’écho, cela doit être plus le cas encore, parce que nous avons la plus grande communauté musulmane d'Europe. Les cloches sonneront-elles encore demain, comme déjà se questionnait Thilo Sarrazin en Allemagne et maintenant Philippe de Villiers ? L’un comme l’autre ne souhaitent pas entendre le chant du muezzin, cependant, c’est déjà le cas dans un grand nombre de zones, où la société parallèle islamique est enracinée pour ne plus en dégager, que les « pressetituées » désignent comme des zones de non droit, ou l’Etat n’a plus droit de citer. La charria y fait loi contre celles de la République. « Il pleut dans mon cœur, comme il pleut sur la ville …. », demain ce seront des balles qui pleuvront sur nous, peuple de France. Alors, réveillez vous, armez vous, pour vous défendre contre l’ennemi, l'islam, qui est déjà installé depuis une vingtaine d’année au sein de notre société, de notre pays, cela avec la collaboration, si bien des caciques que de l’église de France.

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article