Trump exige un test anti dopage pour le prochain et dernier débat des présidentielles américaines !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Rien n'arrête le Tsunami Trump. Il mouille la chemise, il met 100 millions de $ de sa poche pour atteindre la Maison Blanche au nom du peuple américain. Au moment ou j'écris ces lignes, le voilà à tenir meeting dans le Maine, alors qu'il vient de quitter le New Hamphire et la Caroline du Nord, ou il tenait deux meetings dans différentes villes.

Infatigable combattant populiste, Le voilà que ce jour, dans l'Etat qu'il fallait gagner au primaires, le New Hampshire, à Portsmouth, qu'il lance vouloir un test anti dopage, estimant que Hillary doit être dopée avant les débats car à l'issue des débats, il faut la raccompagner dans sa voiture, tant elle est épuisée. Nous avons déjà vu les images qui ont fait le tour du monde, d'une Killiary qui s'écroulait et qu'il fallait porter dans sa voiture, qui allait se reposer quelques heures chez sa fille pour en sortir comme si de rien n'était !

Donald a toutes les audaces. Il menace les Clinton d'engager un procureur spécial pour enquêter sur leurs sales affaires, le voilà qu'il exige maintenant un test anti dopage. On aura tout vu dans cette élection tronquée, biaisée, où tous les coups sont permis de tous côtés, tant les enjeux sont non seulement importants dans l'histoire des Etats Unis d'Amérique, mais aussi pour le monde. Trump lance que son adversaire bénéficie des questions à l'avance et que, pour ce troisième débat, elle se repose pour mieux affronter la situation,  alors que, lance-t-il, "elle a tant d'expérience".  Il croit savoir, qu'encore une fois, les pressetituées lui serviront les questions par avance. Ce qui ne fait pas peur au Donald, prêt à tout maintenant pour écraser son adversaire.

Ce sera guerre ou paix, selon ce que votera le peuple américain. Jill Stein, la candidate écologiste à la Maison Blanche vient de déclarer que Trump serait moins dangereux que Clinton. Je veux bien la croire, connaissant par coeur, pour en avoir écris un documentaire qu'aucun éditeur français ne veut accepter, de peur de poursuites judiciaires des Clinton, les sinistres affaires des Clinton depuis leur débuts en politique en Arkansas. Document que j'ai intitulé: "Les Clinton, Thénardier de la Maison Blanche".

Malgré tous les coups bas des pressetituées US contre le Donald, je reste convaincue qu'il sera le prochain président des Etats Unis. Curieusement, les salles sont presque vides aux meetings Clinton et pleines à ceux de Trump. Il n'y a donc quelque chose qui cloche au royaume des sondeurs serviles qui couvrent tous ses crimes, comme le FBI l'a fait pour la faire élire. Elle, l'outil malade dans les mains des néocons et de Tim Kaine, sensé être le Vice-Président, lequel sera en fait le vrai Président des Etats Unis d'Amérique.  

Ici, en lien son discours qui en dit long sur le dernier débat qui doit avoir lieu le 19 octobre prochain. Le second l'avait porté gagnant dans tous les sondages, j'imagine que le dernier sera sanglant et qu'à nouveau les sondages seront en sa faveur, à moins que, comme il ne cesse de le clamer, cette élection soit carrément volée au peuple américain, lequel, assurément, ne se laissera pas faire.

Ici, dans le New Hampshire, il déballe quelques scandales qui ont jalonné le parcours des Clinton. Le 19 octobre, ça promet ! Cependant, Trump, avec force clame qu'il règlera tous les problèmes de chômage, de réindustrialisation du pays, qu'il renégociera le funeste NAFTA ou, s'il voit que ce n'est pas possible de le renégocier, il l'abolira ! Il contraindra les entreprises à rester dans le pays en les menaçant de les taxer de 35% si toutefois elles persistaient à rester à l'étranger pour vendre leurs produits aux Etats Unis, alors qu'elles ont créé chômage et pauvreté. Moi, je trouve qu'il a parfaitement raison, car il faut mettre un terme au capitalisme sauvage, à l'immigration de masse et à la globalisation telle qu'elle est vue par Wall Street et Georges Soros, l'inspirateur satanique de Killiary. C'est bien la raison pour laquelle il est hautement souhaitable que le peuple américain porte Trump à la Maison Blanche.

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article