Heiko Maas, ministre de la justice allemand, criminel contre l’enfance.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Il m’est impossible de rester factuelle sur cette histoire épouvantable de crime contre l’enfance, dont est en train de se rendre coupable le ministre de la justice allemand, Heiko Maas. Il y a entre lui et Adolf Eichmann une ressemblance frappante. Tout comme le totalitarisme nazi et l'islam.  Ajouté que j’ai en mémoire d'histoire ses abominables crimes contre les enfants que perpétrait ce nazi. La réincarnation de Eichmann existe, en la personne de l’ignoble ministre de la justice allemand, Heiko Maas. Qu’a donc fait ce cacique sur lequel je m’exprime avec tant de violence ?  

Mettons un cadre sur son forfait.

1475 enfants et adolescents sont répertoriés en Allemagne pour être mariés. Dans 361 cas, il s’agit d’enfants de moins de 14 ans. Ces chiffres sont à mettre sur le compte de l’invasion, dont le chef d’orchestre est la folle Angela Merkel, assujettie à Georges Soros qui tire les ficelles de l’invasion de l’Europe par les hordes islamisées.  

Le ministre de la justice (50 ans), au garde-à-vous, claquant les talons, vient de soumettre une proposition de loi sur le sujet, cependant le social-démocrate s’interdit d’interdire les mariages avec les enfants, selon l’hebdomadaire FOCUS.

FOCUS présente les choses en restant neutre sur la provenance ethnico-religieuse des enfants et adolescents et la grammaire neutre, en allemand, est également utilisée pour éviter de désigner qu’il s’agit de petites filles et/ou d’adolescentes. Comme si en islam, comme c’est le projet fou de l’UERSS, l’on acceptait le mariage « transgenre ». FOCUS a tout de même la décence de se poser des questions quant à cette proposition de loi, sans s’en offusquer davantage, ce qui démontre la connivence de l’hebdomadaire et la minimisation du sujet. Pourtant, il était dans les intentions du gouvernement fédéral d’annuler, en Allemagne, les mariages d’enfants noués à l’étranger.

Maas écrivait encore sur la page du ministère de la justice : « Nous ne devons pas tolérer de mariages forcés et devons mettre en place des mécanismes pour ceux qui sont concernés ». Quand le partenaire de la coalition CDU s’exprimait pour une interdiction totale, intervient un rétropédalage surprenant ! Les mariages d’enfants ne peuvent être dissous que devant les tribunaux, et cela, seulement si le bien de l’enfant est en cause. Oui, oui, vous lisez bien !

Ce qui bien entendu provoquerait des situations hallucinantes. Ainsi, selon cette nouvelle proposition de loi, une enfant de 13 ans devrait témoigner devant le tribunal contre son mari, arguant que son bien-être d’enfant serait en danger. Si toutefois l’enfant et l’aide sociale à l’enfance ne devaient porter plainte, le mariage serait alors déclaré valide de facto.

Je ne vais pas m’étaler davantage sur ce scabreux sujet qui est un crime contre l’enfance, que l’on est en train d’accepter dans ce pays devenu dingue, au nom du Multikulti, de l’acceptation de l’autre, de la haine de soi et finalement une volonté vers la voie du suicide collectif. Décidément, Hitler a laissé le pays avec une plaie géante ouverte qui ne se cicatrisera jamais.

Sur le sujet, la voix des féministes reste bien éteinte ! 

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Heiko Maas, ministre de la justice allemand, criminel contre l’enfance.

Commenter cet article