L'étonnant Monsieur le Président élu, Donald J. Trump

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

C'est sans aucune surprise que je regarde cette première interview d'hier, 13 novembre 2016 du 45ème président élu des Etats Unis sur 60 minutes. Pondéré, rassembleur, comme ce doit de l'être le chef d'état de la plus grande puissance du monde en déclin, mais toujours considérée comme la première puissance du monde occidental.

Il se montre modeste, consensuel, sans rien lâcher de ses propos et promesses de campagne. Il faut prêter l'oreille avec attention, lorsqu'il évoque les poursuites contre les Clinton. Elle, lui a passé un coup de fil "adorable" pour le féliciter en estimant que cela a dû être difficile pour elle. Mais l'inverse aurait été difficile pour lui aussi. Bill, de son côté lui a téléphoné le lendemain et le Président élu, le raconte sans aucune précision particulière.

Lorsqu'il est questionné sur ses intentions de les poursuivre, il reste évasif et dit qu'il va se consacrer aux choses essentielles et il les nomme. Nous avons entendu son programme durant toute l’année et rien ne manque.  Pour les Clinton, il s’agit de lire entre les lignes, selon que je comprends, ils seront poursuivis, il reste évasif comme dit plus haut, ce qui signifie, pour moi, mais c’est une impression personnelle, qu’il laissera cela à qui de droit, à savoir son nouveau Ministre de la Justice, lequel je suppose sera le "sheriff de l'Amérique", le très charismatique ancien maire de New York, Rudy Giuliani, qui fera ce qui doit être fait, rendre la justice. Pour le reste de son programme, il ne lâche strictement rien, son programme sera exécuté.  Il dit qu’il est pro-life et qu’il n’en démordra pas, qu’il mettra en place des juges qui seront de cette ligne là. Ce que je lis sur ces propos est, et c’est encore une appréciation personnelle, c’est qu’il mettra en œuvre une politique de natalité, comme nous devrions le faire ici, afin d’arrêter cette folle immigration, dont nous n’avons aucun besoin économique.

Trump se montre magnanime avec Obama, estimant qu'il est une personne très intelligente, cependant qu'il hérite d'une situation difficile. Il devait passer quelques minutes avec lui et, finalement ils sont restés ensemble une heure et demie. Il ne souhaite pas développer davantage. Ce qui prouve qu’il s’est mis dans le manteau du chef d’Etat, qui refuse de faire des révélations qui sont des secrets d’Etat.

A la question, comment allez vous vaincre l'Etat Islamique, comme dans ses discours de campagne, il répond qu'il ne dira strictement rien sur le sujet, car il veut procéder par surprise. Pour ce qui est de l'expulsion d'étrangers irréguliers et autres criminels étrangers, c'est l'expulsion garantie, comme il le promettait durant sa campagne. Une campagne qu'il conçoit avoir été d'une rare violence, d'un côté comme de l'autre. 

Nous voyons ici un Donald Trump qui s'exprime avec modestie, retenue, sans rien renier de ses propos de campagne. L'homme reste sincère et c'est bien cela qu'attendent les américains qu'il veut réunir pour gagner et "make America great again". Sans fard, il continue de critiquer sévèrement les médias et le système qu'il estime corrompu, comme dans ses discours de campagne. Bref, il enrobe ses discours de campagne dans un emballage urbain et civile. Il loue ce nouveau média que sont les réseaux sociaux qui l'auraient fait gagner contre les mainstreams, en lui coûtant beaucoup moins cher. 

Concernant les manifestations contre lui qui se tiennent en ce moment dans le pays, il dénonce que c'est le fait d'agitateurs professionnels, pas seulement, mais des agitateurs professionnels et il leur lance: "Arrêtez, je veux réunir l'Amérique pour gagner." Et d'ajouter: "Si l'inverse avait été le cas, les médias se seraient acharné contre nous. Il y a deux poids deux mesures." 

Vous verrez sa famille s'exprimer. Son épouse Mélania, qui montre de la personnalité, outre d’être belle, son accent d’Europe de l’Est est absolument charmant.  Ses fils et ses filles s’expriment avec grande intelligence. Une belle famille américaine qui veut donner l'exemple à ses compatriotes. 

Une première interview pleine de promesses pour les Etats Unis, mais aussi pour le monde. Pour ceux qui maîtrisent l'anglais, ne boudez pas votre plaisir. 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article