Monsieur Fillon, encore un effort, car islam et islamisme radical sont un et indivisibles.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Pour ceux qui ignorent ce qu'est l'islam et ils sont nombreux, pour ne pas dire majoritaires, Fillon n'est pas une alternative pour affronter la conquête islamique, puisqu'il sépare "islam radical" et islam. Les deux ne faisant qu'un. C'est là toutes les limites de Fillon.  Son ignorance, son déni ou les deux à la fois.  Je passe sur Juppé, dont l'indigence sur le sujet est vertigineux. Cependant, dans l'imaginaire populaire, il est allé déjà très loin, Fillon, en évoquant le sujet de manière apparemment "courageuse", c'est ce que croient ceux, encore une fois, qui ignorent tout de l'islam et de son idéologie totalitaire, incarnée si bien par les sunnites majoritaires en islam, que les chiites.

Quand dans son discours de Lyon, très applaudit par les ignorants de l'islam, que sont ses affidés, il lance avec conviction que "vous allez voir ce que vous allez voir, je vais terrasser l'Etat Islamique", sans opportunément oublier la Russie qui remporte les plus grands succès sur le terrain, à laquelle il veut s'associer. En ce quoi, il trouve mon approbation.  En somme, Fillon nous chante la chanson Pasqua: "Je vais terroriser les terroristes". Et un grand rire me secoue longuement. Ben oui, Monsieur, Fillon, moi, je ne suis ni naïve, ni ignorante de l'histoire et en particulier de celle de la conquête islamique.

Ce n'est pas ici un cours d'histoire islamique que je veux tenir, mais simplement souligner, que Monsieur Fillon oublie, que le cancer islamique et les métastases qui l'accompagnent, sont largement répandus sur le territoire français en particulier, en Europe et en Occident en général. Ils sont partout, grâce à nos inventions technologiques, mais avant et surtout, grâce à nos démocraties qu'ils savent habilement utiliser contre nous pour nous dominer, nous "houellebecquiser" dans le meilleur des cas et dans le pire par la violence, si les mécréants que nous sommes n'entendent pas nous laisser faire. Ce qui est le cas de quelques éclairés que nous retrouvons dans le parti du SIEL que préside Karim Ouchikh, qui sait de quoi il parle, puisqu'il est apostat de l'islam, devenu catholique. 

Ce petit aparté pour dire que le SIEL, lui, voit clair et sait que c'est aussi et surtout ici, en France que le combat contre l'islam doit être mené. Il est le seul a dire clairement que l'islam est incompatible avec la République. Il est le seul parti à voir le danger que nous encourons.  Sur nos terres, en France, en Europe, une société parallèle s'est constituée sans crier gare, avec la complicité de la gauche, qui a vu dans ces nouvelles populations le "Lumpenproletariat" qui a déserté pour le FN. Cette gauche, laquelle par électoralisme, est dans le déni de ce remplacement de population de souche, inaugurée par Giscard et son regroupement familial. Ce Grand Remplacement, ainsi nommé par Renaud Camus, qui est l'idéologie remplaciste de Terra Nova, ce think tank socialiste-globaliste, petits bras de Clinton-Soros. Ce terme même, de Grand Remplacement, nié par Marine le Pen, laquelle estime désormais contre toute attente, que l'islam est compatible avec la République. Exit Marine, bonjour Marion ..., mais cela sera pour plus tard. 

Alors, je dis à Monsieur Fillon, qui se fait déjà traiter de tous les noms par la bien pensance et le politiquement correct, regardez un peu du côté du SIEL et ce que ce parti a à vous dire. Ne soyez pas certain de ce que vous avancez est la vérité absolue sur l'islam. Faites en sorte de rallier à vous les audacieux, les précurseurs sachants des périls à venir. Vous êtes sur le bon chemin, mais seulement à la moitié du chemin. Un boulevard vous serait ouvert et le FN ne serait même pas un danger pour vous, si vous osiez davantage encore, si vous tenez bon, si vous ne vous laissez pas intimider par la meute du politiquement correct, cette meute qui a déjà élu Juppé comme prétendant "légitime" au trône vacillant d'une République malade de sa haine contre elle. 

Voyez vous, Monsieur Fillon, je n'ai pas grande confiance en vous. Vous qui inauguriez des mosquées en présence de petites filles voilées. Vous, qui étiez avec Sarkozy, l'artisan de l'UOIF, branche des frères musulmans que vous décriez aujourd'hui opportunément. Vous qui étiez de la guerre en Libye avec Juppé, falot ministre des affaires étrangères, surpassé dans l'autorité par le bras français de Georges Soros qu'est BHL. Il vous faudra faire encore des efforts pour être cru par nous, la dissidence clairvoyante, insultée de "fascho" et "d'extrême droaoate",  guère impressionnée par ces quolibets, car c'est la dissidence que nous représentons qui a raison.

Et enfin, vous qui déclariez à Philippe de Villiers, qui vous interrogeait sur les raisons pour lesquelles vous fricotez avec les Bilderberger: "Que veux-tu, c'est eux qui nous gouvernent !" Alors, Monsieur Fillon, si c'est eux qui nous gouvernent, selon vous, allez vous être leur bras mondialiste ? Allez vous vous faire élire sur des propos que vous tenez aujourd'hui pour les renier demain, afin de servir vos maître inavoués, Bilderberg et Trilatérale comprise ? A toutes ces questions, Monsieur, nous attendons vos réponses. 

Hildegard von Hessen am Rhein

 

Commenter cet article