NON, ni Fillon, ni Juppé, ils sont soumis à BILDERBERG !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

A patauger dans la fange, vingt quatre heures sur vingt quatre, tout un chacun, moi en tout cas, suis prit de profonde lassitude. Alors, quand un discours soudain vous séduit, vous avez envie de vous laisser aller à croire de manière crédule, ce qui sort de la bouche d'un orateur tranquille, assuré, rassurant. Une élocution lente soulignée par une voix de baryton. On en redemanderait ...

C'est ce qui m'est arrivé en regardant et écoutant le discours de François Fillon de samedi en huit à Biarritz. J'étais soudain séduite et me dit, enfin, ce type, qui pourtant servait sans moufter durant cinq longues années Sarkozy, sort de lui-même. De temps à autre des expressions populaires venaient souligner sa décontraction sur la scène à travers laquelle il déambulait, micro à la main, récitant son chapelet électoral de manière convaincante. Je me disais, il a toutes ses chances pour arriver en bonne position lors du premier vote aux primaires. Que l'islamo-collabo Juppé soit battu, était ma première préoccupation. Quant à Sarkozy, pour moi, il avait déjà disparu dans les limbes noires de l'oubli. Je sentais bien que les électeurs n'avaient pas envie de le revoir aux manettes. 

Et voilà que dimanche soir, contre toute attente, Fillon arrive en tête largement, élimine Sarkozy, alléluia. Ne reste que Juppé à éliminer pour dimanche prochain. 

Et puis, dans la nuit, un sentiment de culpabilité m'envahit de m'être laissé faire avoir aussi facilement par le discours de Fillon à Biarritz. Fébrilement, je me mis à chercher sur Google tout ce qui pouvait rapprocher Fillon de l'islam et trouvait nombre de références que chacun peut trouver, la liste est trop longue pour l'ajouter ici. 

Je tombe aussi sur des interviews de l'année dernière de Philippe de Villiers, pour lequel j'ai la plus grande estime, lorsqu'il faisait la promotion de son ouvrage: "Le moment est venu de dire ce que j'ai vu." Et Villiers raconte comment il sait, par François Fillon, que ce dernier est membre agréé de Bilderberg. Voir vidéos en lien. Pire. Villiers lui pose la question: "Mais qu'est-ce que tu fous dans ce truc là ?" Et Fillon de répondre: "Que veux-tu, c'est eux qui nous dirigent !" Les bras m'en sont tombés.

Donc, cet homme là, soumis aux groupes de pression, aux intérêts particuliers, au N.O.M. (Nouvel Ordre Mondial) veut se hisser au plus haut niveau de notre état ? Ce N.O.M. dont le but est de faire disparaitre pays et nations pour former un village global de consommateurs compulsifs ? Fillon, comme tous les autres n'existe que pour se servir et non pour servir. Il est trop tard pour démontrer le contraire. S'il avait aimé la France, il ne serait pas resté cinq ans PM. C'est la preuve absolue qu'il se sert au lieu de servir la France. 

Je tombe aussi sur quelques articles, ou Fillon fait l'éloge de l'islam. Dont je ne joins qu'un seul, ce qui suffira, celui de "20 minutes".

Je me souvenais de l'inauguration d'une mosquée par Fillon, auprès d'une petite fille voilée, ce qui n'avait pas l'air de le perturber. Aujourd'hui il se pose en critique de l'islam en nous chantant qu'il a préparé ces primaires en voyageant à travers la France et que six milles français l'ont aidé, inspiré, pour l'élaboration de son programme ! Comme c'est habile ! 

Et pour ajouter une cerise sur le gâteau, en lien, l'excellent site de l'Observatoire de l'islamisation de Joachim Veliochas, qui désigne les collaborateurs Fillon, islamo-collabos ! 

Conclusion, ils vous mentent tous et sans arrêt, alors pourquoi voter pour des menteurs ? Pourquoi voter pour des gens qui ne cessent de vous faire du mal ? 

Dupont-Aignan, serait selon Villiers, celui qui sacrifierait le plus à ses convictions ? En tout cas, ni Juppé, ni Fillon ne doivent accéder aux plus hautes fonctions. Les deux pour êtres soumis au N.O.M. et Juppé, en particulier, parce qu'ajouté à être soumis au N.O.M. est un islamo-collabo avéré par ses liens avec Tarek Obrou qu'il refuse de mettre en question.

Je ne comprends pas les raisons pour lesquelles Dupont-Aignan n'évoque jamais cela ? Par ignorance ? Ce serait grave. Par connivence ? Alors qu'il aille au diable. Alors pourquoi ? Je pose ouvertement ici la question ! 

J'ai bien fais de m'abstenir.

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article