TRANSPARENCY INTERNATIONAL, barometre de la corruption, pas si sûr !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

C'est une analyse fort intéressante, qui prétend que TI classe, selon son "agenda personnel" la corruption, qui ne la voit que dans les gouvernements, mais élude les grandes entreprises globalisées, où c'est pourtant de la que vient la corruption la plus évidente, la plus élaborée, qui contamine si bien le monde de l'entreprise que le monde politique. La perception de la corruption de TRANSPARENCY INTERNATIONAL est unilatérale avec deux poids deux mesures.
 
Si je vous livre cette analyse, c'est que depuis un certain temps, je me pose des questions sur cette ONG et ses intentions pas si nettes que cela. Je trouve confirmation de mes doutes dans cette excellente analyse de Steve McGiffen, qui est l'animateur du site "Spectrezine" et son fondateur, ainsi que professeur aux relations internationales de la American Graduate School à Paris.
 
Décidément, on ne peut plus faire confiance à personne ! Heureusement que le net existe et que l'on peut-y trouver tous les loups possibles, à condition de s'en donner la peine, si l'on a l'esprit critique. Car, en effet, si l'obscure personne que je suis se pose des questions sur cette ONG, je pars du principe que d'autres plus qualifiés que moi s'en posent aussi et dont c'est le métier de chercher les dysfonctionnement pour nous les rapporter. En lien.
 
Il suffit aussi de regarder le site français de TI en lien et voir les personnes qui en composent le Conseil d'Administration, dont Pascal Lamy, où l'ancienne Ministre de l'Ecologie, Corinne Lepage pour être convaincu, que TI est une nébuleuse de fonctionnaires de haut niveau, anciens politiques ou banquiers, qui tirent un rideau de fumée devant les groupes globalisés.
 
Hildegard von Hessen am Rhein
 
 
 
 

Commenter cet article