Des investisseurs parient sur la fin de l'ère Merkel et sur une possible présidence le Pen !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Le 15 décembre je postais une chronique : « Sans argent liquide, il n’y a plus de vie privée », ou le chercheur américain, Doug Casey, disait grosso modo, qu’il n’y avait plus d’argent liquide dans les banques, raison pour laquelle, elles restreignent les sommes que nous pouvons retirer et nous racontait, comment les banques essayent de vendre à un public crédule le paiement par smart phone ou autre puce introduite dans nos corps, lesquelles puces contiendraient toutes les informations nous concernant. On peut perdre un smartphone, mais non son corps. En somme, le « super Big Brother » nous menacerait car, sans argent liquide, la vie privée n’existerait plus. J’ajoute qu’il est dit aux Etats Unis, que Doug Casey ne se serait jamais trompé dans ses pronostiques.

http://hildegardvonhessenamrhein.over-blog.com/2016/12/sans-argent-liquide-il-n-y-a-plus-de-vie-privee.html

Deux économistes allemands, auteurs de bestsellers, Mathias Weik et Marc Friedrich, annonçaient il y a quelques jours, que les investisseurs parient sur la fin de l’ère Merkel en 2017. Il est dit en Allemagne, qu’ils ne sont jamais trompés dans leurs pronostiques. Les revoilà qui nous annoncent que les investisseurs parient sur la possible présidence de Marine le Pen. Weik et Friedrich s’attendent pour l’année 2017 à des rejets importants. Ils estiment que la BCE continuera sa politique actuelle. Ils partent du principe que l’argent liquide va être considérablement réduit. Dans la première partie de leur pronostique pour 2017, ils décrivent les raisons de la fin de l’ère Merkel.

La France

Seconde économie de la zone Euro, est le partenaire le plus important de l’Allemagne en débouché. Elle n’arrive pas à se remettre sur pied. Comme les italiens, les français ont dévaluée leur monnaie afin de rester compétitifs. Entre 1971 et 1989, le Franc avait déjà perdu la moitié de sa valeur. Au pays du « savoir vivre », des réformes structurelles sont urgentes, si ce n’est que la population les refuse, comme en Italie.

Le Code du Travail français, qui comporte 4000 pages, règle tout, des pauses toilettes, jusqu’à la taille des fenêtres de bureaux, en somme, pratiquement tout. Ce qui a comme conséquence que le marché du travail du pays est inerte et non compétitif sur le plan mondial. L’Euro est pour la France, comme pour l’Italie beaucoup trop fort. Les données économiques démontrent de manière impitoyable l’état catastrophique du pays. La production industrielle se trouve au niveau de 1995. L’endettement se monte entre temps à 2,17 milliards d’Euro. Ce qui signifie 98,4% du PIB. Les agences de notations, Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch ont dégradée la France dès 2013 ! En outre, ce pays n’a pas sut prendre en main son chômage en 2016. Le chômage des jeunes se monte à 24% ! La zone Euro ne pourra survivre que si la France se réforme pour se remettre sur pied. Ceci, nous ne le voyons pas, croient savoir les deux économistes.

Pronostique 2017 pour la France

Le 23 avril 2017, un nouveau président ou une nouvelle présidente sera élu/e. Friedrich & Weik partent du principe qu’il y aura ballottage le 7 mai 2017. Si d’ici là la situation économique de la France ne s’est pas améliorée, la victoire de Marine le Pen n’est pas à exclure, estiment-ils. Cette victoire devrait mettre l’Europe en sens dessus-dessous et sonnerait définitivement la fin rampante de l’Euro. L’UE, le « capitalisme », « l’économie de marché » et « l’économie mondiale » seraient plongés dans une crise profonde et durable. Une orgie de dettes paraîtrait, il y aurait des masses d’argent liquide libérées, des intérêts à taux zéro, des bulles d’investissements, des crashs bancaires et des menaces d’inflations menaceraient nos épargnes et nos retraites. Le temps n’est plus au pessimisme ou à l’optimisme, le temps du réalisme a désormais sonné.

C’est la raison pour laquelle, après mûres réflexions et recherches après un partenaire adéquat, qui partage la philosophie et les valeurs, FRIEDRICH & WEIK, ils ont décidé de fonder en Allemagne, le premier fond ouvert d’investissement pour biens réels le FOND FRIEDRICH & WEIK. Leur stratégie de pilier éprouvée sera donc pour la première fois liée à des valeurs mobilières et permettra à chacun d’investir dans des actifs éprouvés et tangibles, soit sous forme de sommes forfaitaires ou sous forme d’un plan d’épargne en fonds. Ce fond de valeurs est conçu comme un fond d’investissement négociable ouvert et quotidien, qui investit dans un portefeuille diversifié de biens réels. Le Fond FRIEDRICH & WEIK peut d’ores et déjà être utilisé. La première citation du fond se tiendra le 2 janvier 2017. A partir de cette date le Fond peut être aquit sur tout le territoire fédéral dans toutes les banques. Au delà, des parts du Fond peuvent être acquises à la bourse de fonds de Hambourg et de celle de Stuttgart. La transparence est de mise. Toutes les informations sur le fond peuvent être obtenues sur la page du fond.

Ces deux économistes, empêcheurs de tourner en rond, conférenciers et conseillers, Matthias Weik et Marc Friedrich, ont commit ensemble en 2012 le bestseller : « Der größte Raubzug der Geschichte: Warum die Fleißigen immer ärmer und die Reichen immer reicher werden ».

Traduit : « Le plus gros pillage de l’histoire : comment ceux qui travaillent s’appauvrissent quand les riches deviennent plus riches. »

Dans leur second livre : « Der Crash ist die Lösung – Warum der finale Kollaps kommt und wie Sie Ihr Vermögen retten. », traduit, « Le crash est la solution – Comment l’éffondrement final arrive et comment vous pouvez sauver votre fortune. », ils avaient très justement pronostiquée la baisse du taux directeur de la BCE comme les intérêts minorés des banques, la réduction des intérêts de garantie pour les assurances vie, ainsi que les résultats des élections européennes. Puis est parût en mai 2016 leur troisième livre : « Kapitalfehler : Wie unser Wohlstand vernichted wird und warum wir ein neues Wirtschaftsdenken brauchen. » traduit : « Les fautes du capital : Comment notre prospérité est détruite et pourquoi nous avons besoin d’une nouvelle pensée économique » qui est de suite arrivé sur la liste des bestsellers du Spiegel. Leur quatrième livre paraîtra au printemps 2017 : « Sonst knallt’s ! Warum wir Wirtschaft und Politik radikal neu denken müssen ! », traduit, « Ça va pêter ! Pourquoi il nous faut radicalement repenser la politique et l’économie ». Ce livre est écrit en collaboration avec Götz Werner, fondateur de DM (Drogerie Markt). https://de.wikipedia.org/wiki/Dm-drogerie_markt

Et pour énerver davantage encore la BCE, ils ont lancé une pétition fédérale intitulée : « EZB Stoppen – wir zahlen nicht für Eure Krise », traduit : « Stopp à la BCE, nous refusons de payer pour votre crise . Avis aux Jacques Sapir et autres économistes français de faire la même chose.

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article