Gagnant et déjà adulé, c’est Donald Trump !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Le voilà, le président élu des Etats Unis, qui ne peut se résoudre à quitter le peuple qui l’a élu. Il est en tournée de remerciement à son peuple. Et, il faut le voir, ce peuple, sourire aux lèvres, tous, qui se pressent par milliers à ce premier rendez-vous à Cincinnati en Ohio !

Trump super star des supers stars ! Oui, je ne me trompe pas, il aime les gens, vraiment. Il n’en a jamais assez de leur parler et de se faire acclamer ! C’est totalement dingue ! Vertigineux, jamais vu dans l’histoire de l’Amérique.  Il parle de rassemblement. Il lance à son auditoire qu’il va « embarquer » les démocrates sur le « bateau » car, dit-il, « nous sommes une nation divisée et nous n’avons plus le choix que de nous rassembler à nouveau, j’ai toujours eu le talent de rassembler les gens et nous ferons le job proprement. Et le plus important est, que l’Amérique va recommencer à gagner. » « Il y aura de l’amour, beaucoup d’amour » lance-t-il à la foule en délire ! Cette foule là, n’a pas besoin de chauffeur de salle pour être chaude, accueillante, riante et ouverte, tant elle est remplie d’espoir que ce Gargantua va enfin leur améliorer la vie. Ces gens là seront prêts à mourir pour leur chef, je donne ma main à couper ! 

Il plussoit constamment. Il souligne : « nous avons gagné, nous allons faire ceci et cela » NOUS est son vocable rassembleur. Il s’en prend comme toujours aux médias malhonnêtes, pour le plus grand plaisir de la foule qui accompagne ses critiques.  Et puis, il n’oublie pas son adversaire Clinton et lance : « On s’est bien amusé à combattre Hillary n’est-ce pas ? » Les rires fusent et la foule entonne le : « lock her up ! » « en taule ! ». Il ne réagit pas à cette exhortation de la foule …, il a pourtant intérêt à ce que son administration poursuive les Clinton, comme il l’avait annoncé durant sa campagne car, les répliques sont là, après sa victoire, le peuple veut la peau des Clinton et ce ne serait que justice !

Le moment fort est, lorsqu’il lance : « Pour réussir, nous devons regarder ce que nous sommes. Washington nous a trop longtemps classés dans des tiroirs. Par âge, par race, par revenu, par lieu de naissance, par lieu géographique. Nous nous sommes trop longtemps concentrés sur ce qui nous divise et, maintenant le temps est venu, de regarder ce qui nous uni vraiment et, vous savez ce que c’est ? L’Amérique, l’Amérique ! Car, lorsque l’Amérique est unie, tout est possible, rien est en dehors de notre portée, je le dis comme je le pense ! Vous verrez, vous verrez ! Vous aurez un pays comme jamais auparavant, vous verrez ! ». Mais surtout lorsqu’il déclare lyrique :  «Il n’y a pas d’hymne mondial, il n’y a pas de drapeau mondial, il n’existe pas de monnaie mondiale et il n’y a pas de citoyenneté mondiale. Nous faisons allégence à un seul drapeau et ce drapeau est le drapeau américain ! »  La foule est en délire et chante « USA, USA … ! »   Il s’adresse à celle-ci comme si chacun qui la compose est unique. Un talent de communication sans pareil. Il annonce qui sera son Ministre de la Défense, ce sera James « Mad Dog" Mattis- James "chien enragé" Mattis, le Général à la retraite qu’il compare au général Patton ! Tout un programme, mais aussi un avertissement au monde et aussi à la Russie, le général étant connu pour ses réserves sur la Russie.é L’Amérique est de retour avec « Mad Dog Mattis » et il ne faudra plus la prendre par dessus la jambe. Trump connaît la popularité du chef du Kremlin et il est en train de construire la sienne. Il sait, le président élu, qu’un chef d’Etat ne vaut d’abord que par sa popularité car, lorsqu’un peuple entier se tient derrière son chef, il est pratiquement invincible. C’est en tout cas l’impression que donne la Russie de Vladimir Poutine, dont la popularité frise les 90% ! Comme les deux hommes veulent s’entendre, ce ne peut être que pour le bien du monde.  

Avis aux prétendants du « trône de France ».  Sarkozy-Hollande laissent derrière eux un peuple démoralisé, divisé. Comme Merkel fait face à une Allemagne désormais divisée dont le peuple est tout autant démoralisé que le nôtre.

L’exemple nous vient d’Amérique et de la Russie. En attendant, je vous laisse tout au plaisir d’entendre et regarder le premier discours de remerciement de Trump à son peuple. Comme j’étais convaincue que Trump gagnerait les primaires et l’élection présidentielle, je dis qu’il sera le plus grand président des Etats Unis de l’ère moderne.

 

Hildegard von Hessen am Rhein

 

 

Commenter cet article