Non, la Russie n’a pas « hacké » le site des Démocrates !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

On ne prête qu’aux riches et Vladimir Poutine qui vient d’être élu pour la quatrième année consécutive par FORBES, l’homme le plus puissant du monde, est accablé de tous les maux, y compris d’avoir interféré dans les élections américaines, afin de faire perdre la Killiary.

Un proche de Wikileaks déclare aujourd’hui, qu’il a reçu personnellement les emails Clinton à Washington D.C., après qu’ils aient été piratés par de « dégoutants » lanceurs d’alertes et qu’ils n’ont jamais été piratés par la Russie.

Craig Murray, ancien ambassadeur de la Grande Bretagne en Ouzbekistan et un associé proche du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, rapporte au Dailymail.com, qu’il s’est envolé en septembre pour Washington, pour se faire remettre clandestinement des mails, en possession d’une source. Aucune des fuites ne provient de Russie, affirme Murray dans cette interview au Dailymail.com mardi. La source avait un accès autorisé aux informations. Les documents proviennent de fuites internes, non de piratages. Un témoignage qui vient contredire les allégations de la CIA, dont s’est d’ailleurs dissocié le FBI !

Les motivations de la source sont son dégoût pour la corruption de la Clinton Foundation et les coups portés aux primaires contre Bernie Sanders.

Cette affaire désormais éclaircie, que vont-ils encore inventer pour empêcher la présidence Trump. Certainement que le président élu Trump aura été informé de ces nouvelles et qu’il devrait en faire mention dans une de ses prochaines étapes de « Thank You Tour » à son peuple !

Je voudrai faire remarquer que l’administration Obama ne s’est jamais gênée pour écouter nos dirigeants qui n’ont fait que protester mollement, sans parler des "pressetituées" qui en firent mention, comme ça, en passant. 

Mais lorsqu’il s’agit de la Russie, l’hystérie devient globalement virale ! Et, comme la Russie n’est pas coupable, la chape de plomb du silence tombe, sans que les « pressetituées » françaises ne voit d’inconvénient à dissimuler les faits. Conclusion, ne regardez plus, ne lisez plus les "pressetituées" françaises, sauf pour, éventuellement, relever leurs manipulations et leurs mensonges.

 

Suite au prochain épisode.

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article