Quand la Hongrie donne l'exemple !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Le site économique allemand, Deutsche Wirtschafts Nachrichten, croit savoir qu’un « réfugié » syrien de quarante ans, meneur d’émeutes à la frontière serbo-hongroise, qui a lancé des pierres contre les forces de l’ordre, afin de forcer le passage de la frontière, vient d’être condamné à dix ans de prison pour violences à la frontière, en septembre 2015. Ce qui est considéré par les autorités hongroises comme un acte de terrorisme. Pratiquement la moitié du million de « réfugiés » pour l’Allemagne serait passé par là. Les situations étaient souvent chaotiques, ce qui incita la Hongrie à fermer par fils de fer barbelés sa frontière avec la Serbie.

Dont acte, la justice est passée par là. Est-ce suffisant ? Pour ma part non car, c’est le « Grand Rembarquement » qu’il faut mettre en place. Et, comme l’annonçait le Président élu Trump, il faut contraindre les monarchies du Golfe à payer leur part pour créer des centres d’accueil pour ces réfugiés de guerre et autres, dont le culte et la culture sont compatibles, afin de les empêcher de se rendre si bien aux USA qu’en Europe.

Ici, on le voit bien, aucune indication n'est donnée concernant l'état de ce terroriste. Seul ou en famille ? Je suppose qu'il était, comme la grande majorité de ces envahisseurs islamisés, seul. 

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article

emile 01/12/2016 12:54

Ce n'est pas faire payer les pays du golf qu'il faut faire, c'est leurs renvoyer tous ces clandestins, ils seraient beaucoup mieux là-bas, au Quatar, aux Emirats, en Arabie Séoudite, en Jordanie, même "religion", mêmes coutumes etc....le rêve pour ces gens la !

charles martel 04/12/2016 23:59

Hélas ! pour nous , pas de rêve pour eux là-bas . Ici , on leur donne tout gratuitement , tandis que chez les arabes ils n'ont pas grande chose : pas de travail , pas d'argent . Les pays du golfe ont déclaré ne pas vouloir recevoir des bons à rien .