Madoff : Escroc un jour, escroc toujours !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

C’est à peine croyable ! Bernie Madoff est inoxydable dans le domaine de l’escroquerie.  Oui, oui, il est en prison pour 150 ans, le Bernie Madoff, pour avoir escroqué tout Wall Street, à hauteur de 65 milliards $, il faut le rappeler.  Madoff est la représentation même du système de corruption US.  Il est considéré comme le voleur le plus important de l’histoire des Etats Unis. Lorsqu’il fut condamné, Madoff s’est excusé auprès de ses « victimes » en disant qu’il laissait un héritage de honte derrière lui. Cela dit, la mentalité de l’homme peut faire douter de la sincérité de ses excuses. Il est d’avis, selon le site en ligne « MarketPlace », qu’il a aidé un grand nombre de gens à gagner des sommes folles et qu’il fut piégé par eux. Ses remords sont plutôt liés à sa carrière personnelle ruinée, plutôt que du côté du destin de ses « victimes ».

Le plus important dans cette histoire est, que ce serait une erreur de le considérer  comme un simple témoin. Il a profité de la manière dont le système financier fonctionne, ce que la plupart des gens ne saisissent pas vraiment. Il n’était pas un « phénomène ». Il était soutenu par le système, cajolé par lui, car le système a profité de lui. Soit ces institutions financières prestigieuses étaient incompétentes à ne pas avoir procédé à des audits, soit, elles détournaient le regard alléchées par les profits.

Un des ses fils s’est pendu, deux ans après son arrestation. Le second fils fut ensuite atteint d’un cancer, dû, a-t-il avoué lors d’une rémission, au stress provoqué par l’affaire de son père. Il en est mort.  L’homme qui a causé la mort de ses fils, la ruine d’un grand nombre d’avides et de corrompus de Wall Street, n’est pas rongé par le remord et c’est dit, qu’il faut bien occuper son temps en taule. Surtout si l’on doit y finir ses « beaux jours ».

En tout cas, le voilà qu’il refait parler de lui à partir de sa cellule de prison, ou il est considéré par ses codétenus comme un héros, LA star. Une telle chose est à prévoir en prison. Grand nombre vient lui demander des conseils d’investissement.  Madoff se sent très bien là ou il est. Bizarrement, il se sent très confortable en prison, croit savoir le « MarketPlace » en lien. Cela, parce qu’il n’a plus a se cacher, et c'est important, car se cacher perpétuellement est un stress presque invivable, en outre, parce qu’il a un statut d’exception parmi ses codétenus. Il continue à appliquer ses instincts pour les affaires en prison. Par exemple, il s’est approprié le marché du chocolat chaud. Il a acheté tous les paquets de chocolats « Swiss Miss », qu’il revend avec profit au sein de la prison. Il a carrément monopolisé le chocolat chaud, en faisant en sorte que, n’importe quel détenu qui souhaite consommer du chocolat chaud, doit obligatoirement passer par Bernie. » Ça sert à quoi de faire fortune en prison ? A-t'on jamais vu un coffre fort suivre un corbillard ? Comme questionnait avec ironie Sacha Guitry ! 

Moralité : Escroc d’un jour, escroc toujours, dont la sanction d'enferment n'est finalement pas sévèrement pour ses malversations d’un montant de 65 milliards $ ! Intelligent, il s’adapte et se construit une nouvelle vie, ou il est admiré, sollicité, considéré comme une star. Tant qu’à faire, puisqu’il terminera ses jours en prison, mieux vaut se la faire confortable. En conclusion, la morale est loin d’être sauve. Et le système perdure ... Espérons qu'avec Trump les choses changeront. Dans son administration, il y a établi des anciens de Goldman Sachs, et Wall Street, qui connaissent tous les rouages et seront en capacité de les combattre.

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article