Michael Moore, Madonna, Hollywood & Cie, la bave aux lèvres à l’ombre de Soros.

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

C'est LALA LAND ! Terme américain pour désigner ceux qui sont hors sol.

Leur plus mauvais rôle, à ces stars de Hollywood, celui d’agitateurs politiques nihilistes, à l’ombre de Soros, ce qui devrait inciter tous les spectateurs de cinéma du monde, à boycotter leurs films à venir, à ne plus acheter les DVD, ou ils paraissent, bref, à les ignorer, les foutre dans les limbes noires de l’oubli. Ces grands « démocrates » qui ont absolument détourné le terme, pour lesquels « démocratie » signifie, leur idéologie, leur pensée, au delà desquelles il n’y a point de salut. Peu importe que les masses populaires souffrent, sont au chômage, s’entretuent dans les banlieues. Peu importe le déficit abyssal de leur pays, peu importe les morts des guerres de Clinton à Obama. Tout ça c’est très bien, on fait la fête et on piétine les morts pour leur pays qu’ils ont en haine viscérale. D’ailleurs, on le remarquera, le drapeau américain jadis fièrement arboré dans les défilés aux Etats Unis, a totalement disparu de ces manifestations anti-Trump. Normal, Georges Soros, leur mentor, hait l’Amérique. Ces stars de Hollywood ne le savent pas. Les acteurs sont plus bêtes que des animaux. N’ont aucune personnalité. D’ailleurs, il faut être sans personnalité aucune et bête, pour exercer le métier d’acteur qui se glisse si facilement dans la peau d’un personnage à un autre. Aucune forte personnalité ne serait capable de faire l’acteur.

Michael Moore, qui n’est certes pas un acteur, mais qui aurait certainement aimé l’être, il aurait fait bonne figure dans un film d’horreur ou gore, même dans le classique de 1932, « Freaks » de Tod Browning, titre français : La monstrueuse parade », ou il aurait fait bonne figure, qui a fait son fric, grâce à son documentaire : « Dear Roger », qui dénonçait la délocalisation de Général Motors dans sa ville du Michigan, Flint, ce qui mit au chômage toute la ville, le rictus de haine à la bouche, ce qui n’arrange pas son visage déjà disgracieux digne des monstres de Tod Browning : « Trump, n’est pas élu par le peuple et il le sait ! » Ce Trump, qui veut relocaliser les entreprises américaines pour rendre leurs emplois aux américains est voué aux gémonies par un Michael Moore, à l’aise dans ses baskets bancaires, quand il s’adresse à une foule de fauchés, décérébrés, qui aurait mieux fait de voter pour la corrompue Hillary, au lieu de se faire manipuler à manifester contre Trump post-élection !

Madonna : « J’ai pensé très fort à faire exploser la Maison Blanche, mais ça ne servirait à rien. J’ai choisi l’amour. » Et, la madone du sexe fait scander les gogos après elle : « Nous avons choisi l’amour ! » Elle, avec son poichiche dans le cerveau, ne se rend même pas compte de l’antagonisme qu’elle exprime dans une même phrase. Violence et amour ! Michael Moore et elle, comme certaines autres stars de Hollywood, je n'oublie pas le très "généreux" Georges Clooney, immigrationniste en chef, qui loue la politique migratoire de Merkel, qui possèdent plusieurs maisons en Amérique et dans le monde, qui pourraient loger tous les « migrants » de la terre, s’adressent à un public de pauvres, lobotomisés par l’éducation nationale, des chômeurs, auxquels ces « Hollywood stars » n’offrent aucune solution d’emploi, quand un Donald Trump, ne pense qu’à cette classe qui souffre, qui a voté pour lui, dont ceux, entrainés par ces agitateurs fascistes, que sont ces stars pleines de fric, de patrimoine, d’actions, d’entreprises, que la foule, à laquelle ces agitateurs islamo-collabos-gôchistes-globalistes, dont le chef est Georges Soros s’adressent. La foule est au spectacle. C’est l’illustration de « Festivus Festivus » de Murray.

A la Maison Blanche, on a que faire de ces mouvements qui se calmeront, après s’être époumonnés durant quelques heures.

Donald Trump a d’ailleurs déclaré que Georges Soros est un danger pour la sécurité intérieure. En lien. Il a déjà perdu 1 milliard de $, le Satan Soros, en soutenant sa pouliche Clinton. Il n’est plus à 1 milliard prêt pour essayer de mettre à feu et à sang le pays dont il a la nationalité. Il veut créer un autre Maidan à Washington ! On le sait maintenant, ce sont plus de 70 associations financées par Soros qui ont organisé les manifestations anti Trump aux Etats Unis, sous le titre : « Marche des femmes ». On pourra voir que les enfoulardées islamiques sont à proximité de Michael Moore et de la décérébrée actrice, Ashley Judd, qui se déclare « féministe », se plaint de payer des taxes sur ses tampons hygiéniques et voit Hitler dans les rues de Washington ! Elle aussi, le rictus de haine qui lui déforme sa jolie frimousse, déclare sa haine contre les blancs, le privilège des blancs, dont elle doit profiter la première. Elle en a la « voix cassée », suivez mon regard … « Casser la voix ! » ! Ça vole très haut, comme on peut le contempler en lien. L’hystérique est prête à être enfermée en psychiatrie, si possible avec la camisole de force. Et, nous verrons durant son discours « historique » des incrustations des différentes villes US, sur CBSN, ou en effet, les foules sont considérables, mais certainement pas aussi considérables que ceux qui ont voté pour Trump. Belle manipulation télévisuelle de CBSN, pour faire croire à l’intégralité du peuple américain qu’il se serait trompé !? Scarlett Johansson n’est pas en reste ! On assiste en live, à un film catastrophe, écrit, réalisé et payé par Georges Soros au LALA LAND !  Eh oui, Trump a raison de le déclarer un danger pour la sécurité du pays. C’est ce qu’on compris les russes et la semaine dernière les hongrois, qui ont viré manu militari, toutes les associations financées par Soros. En Europe de l’Ouest, cela prendra plus de temps, aveuglée qu’elle est encore par les dirigeants sous l’emprise de la fange du Washington de Clinton à Obama. Le changement viendra, car Trump tiendra bon, c’est un Gargantua, qui a vaincu tant d’obstacles depuis sa déclaration à vouloir devenir président US. Maintenant qu’il l’est, il ne laissera pas faire tous ces guignols. Il respectera la liberté d’expression qui lui est chère et pour contredire tous ces décérébrés, il leur présentera les résultats. La relocalisation des jobs en Amérique. Un pays qui n’a plus de chômeurs se tiendra derrière son président.

 

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article

Beatrice 23/01/2017 11:04

Tant de bêtises et de haine dans un seul article ... m'étonne pas que vous soyez trumpiste vos paroles sont aussi moches que le nouveau président ...

Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein. 23/01/2017 22:18

La gauche à l'oeuvre, comme votre commentaire, ne sait qu'insulter, jamais argumenter, puisque vous n'avez aucun argument. Oui, je suis très heureuse que Trump soit élu, ça va vous secouer un peu dans quelques temps, à moins que la lobotomisation de gôche soit irrémédiable chez vous.

marcel 22/01/2017 18:42

a quand le retour de Truman pour enfermer toute cette gauche décérébrée ?

Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein. 22/01/2017 18:50

Vous avez déjà oublié que Trump vient d'être élu 45ème Président des Etats Unis ?