Michael Moore, un gros sac à MERDE !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Eh oui, en ce quoi, j'approuverai sans aucune réserve l'analyse du souvent excellent Paul-Joseph Watson, qui traite Michael Moore de "gros sac à Merde", ce qu'il est, pour faire la girouette idéologique. Une sorte de Bayrou américain.

Michael Moore, qui a fait sa fortune en dénonçant les injustices dont sont victimes les travailleurs, a soutenu, l'insoutenable Hillary Clinton, représentante du capitalisme sauvage. Pourtant, il a férocement critiqué dans son film documentaire qui l'a rendu célèbre sur Général Motors: "Dear Roger", la délocalisation de l'industrie automobile, qui a laissé sur le carreau toute la ville de Flynn dans le Michigan, d'où il est originaire. Durant des années jusqu'à nos jours, Flynn était une ville fantôme. Si vous allez sur YouTube ou autre site pour regarder des films gratuitement, vous trouverez "Dear Roger", que je vous recommande vivement. Car, un type qui a fait un tel documentaire et qui a soutenu et soutient encore la Killiary et son idéologie mortifère, est hors compréhension. Seule explication dans la chute de ma chronique.

Non seulement, le gros sac à merde a soutenu Killiary, après l'avoir en quelque sorte conspuée, comme l'on pourra le voir dans la vidéo en lien, mais le gros sac à merde fait pire désormais, en période post-électorale. Il incite les foules gauchistes à la haine anti-Trump. Le gros sac à merde n'est jamais fatigué de twitter pour exciter les antifas et autres féministes à se réunir pour protester contre Trump, lequel est en train de relocaliser les jobs en Amérique et qui est accusé injustement d'être contre les femmes. Les gauchistes font feu de tous bois pour insulter Trump et miner sa présidence. Ce qui ne leur réussit pas vraiment, il faut le constater.

Alors, par qui est payé ce gros sac à merde pour faire la girouette ? Craint-il tout simplement que Hollywood lui coupe les finances ? Georges Soros l'a-t-il corrompu avec un gros sac a fric du poids de ce que représente ce sac à merde ?

Ça doit être quelque chose dans ce genre car, je ne peux imaginer qu'un type aussi intelligent puisse s'exposer ainsi à la contradiction publique sans être corrompu préalablement. On dit vulgairement: "Ce ne sont pas les enculés qui manquent, mais le pognon." Dans son cas, le pognon a dû faire la différence, surtout s'il vient des poches profondes Soros.

Hildegard von Hessen am Rhein

Commenter cet article

Anne 03/03/2017 18:08

Très drôle, très bien écrit et surtout très juste, obèse, sale, virulent, un vrai repoussoir que Moore ... il devrait se regarder dans une glace avant de juger les autres, il y verrait un déchet humain corrompu et malfaisant ...