ÉNORME : DONALD TRUMP A BIEN FAIT L’OBJET D’ÉCOUTES !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Réactualisation de l'instant:

PS: l'indécrottable Propaganda Staffel de la gauche libérale, le WAPO du jour, que je viens de recevoir dans ma boite mail, jubile en titrant que "Trump fait face à sa dure réalité; il est dans l'erreur."  Ils vont encore se retrouver comme des cons qu'ils sont. En lien.

 

A quoi oeuvrent les noecons Républicains et Démocrates, en auditionnant le chef du FBI, James Comey et celui de la NSA, l’amiral Mike Rogers sur les écoutes dont Donald Trump a fait l’objet par Obama, dans la Trump Tower durant la période électorale, affirmant sans preuves, que les Russes seraient derrière les intrusions dans le serveur des Démocrates ...  ?

Ils oeuvrent tout simplement à rendre, ou à faire paraître la présidence de Donald Trump comme illégitime, ce qui conduirait à son « impeachement ». Sa destitution.  Les neocons des deux côtés ne lâchent rien, tant ils ont peur de perdre leur mainmise sur Washington et le monde. C'est une manière très fasciste, pour le coup, de se comporter !

Donald Trump est une telle menace pour eux que, dès qu’il a annoncé sa candidature à la présidence, ils l’ont âprement combattu, avec le résultat que nous connaissons, le peuple a élu son chef. Je souligne que dès l'annonce de la candidature de Trump, j'étais la seule dans ce pays à prévoir son élection. Je l'ai écris ici, sur Boulevard Voltaire et sur Dreuz Info.

Désormais qu’il est président, ils essayent d’autres magouilles, qui doivent paraître aux yeux du public américain et du monde, comme « légales ». Alors, à la Maison des Représentants, hier, ils ont inauguré les audiences des deux chefs des principales agences de renseignement américain, James Comey, pour le FBI et l’amiral Mike Rogers pour la NSA. Absent, la CIA. Je souligne que les Etats Unis d’Amérique compte jusqu’à 12 agences de renseignements. Une inflation d’agences, vraisemblablement destinée à diviser pour mieux régner. Ce en quoi, l’on dira que c’est une réussite. Cependant le FBI et la NSA sont les plus célèbres administrations du renseignement avec la CIA, et, il faut ce qu’il faut, ce sont ces deux « vedettes » là, qui sont conviées à "témoigner."

A "témoigner" sur les allégations de Donald Trump, qui reste droit dans ses bottes et persiste à dénoncer les écoutes dont il a fait l’objet et sur l’interférence russe supposée dans le serveur des Démocrates, qui aurait consisté à faire perdre Hillary pour faire investir Trump, ce qui de toute évidence conduirait à l’impeachement de Donald Trump. 

Alors, on élabore un scénario et on le met en œuvre à la Chambre des Représentants, afin que le grand public et le monde gobent ce roman de fiction anti-Trump. Un vrai film pour Hollywood.

Seulement, voilà, un lanceur d’alerte vient perturber ce joli scénario. C’est un ancien sous-traitant de la CIA et de la NSA, Dennis Montgomery, grâce auquel nous allons découvrir la vérité, toute la vérité rien que la vérité.

Ce lanceur d’alerte, qui a quitté ces deux administrations, en emportant avec lui 47 disques durs, qui comportent, tenez vous bien, 600 millions de pages d’informations, la plus part classées secret d’état ! Une affaire plus énorme que celle du célèbre lanceur d’alerte, Edward Snowden, qui s’est mis à l’abri en Russie, alors que, courageusement, Dennis Montgomery, au péril de sa vie, reste dans son pays.

Cela fait un certain temps déjà que Montgomery essaye d’alerter les entités gouvernementales appropriées, inclus les comités sur le renseignement du Congrès, pour y exposer les agences d’espionnage, lesquelles sont impliquées depuis des années dans la surveillance illégale, systématique, d’américains en vue, dont un président de la Cour Suprême, 156 juges et des hommes d’affaires célèbres comme Donald Trump.

C’est en travaillant aux côtés de l’ancien directeur de la DIA (Direction de l’Intelligence Nationale), James Clapper et de John Brennan, directeur de la CIA sous Obama, qu’il fut témoin de cette intrusion orwellienne dans les vies privées, dans le but de coercition, de chantage et autres infâmes missions.

Lorsque Montgomery s’est présenté comme lanceur d’alerte devant les comités sur l’intelligence du Congrès, inclus le sénateur Charles Grassley, président du comité sénatorial à la justice, qui avait, il était une fois, comme Comey, une réputation d’intégrité, il fut éconduit et personne ne voulait entendre ce qu’il avait à dire.

La raison pour laquelle les allégations de Montgomery furent intentionnellement ignorées est, que les informations étaient trop « brûlantes » à manier par les comités pour l’intelligence et la justice, car ils savaient que ces surveillances illégales étaient en cours.

J’en arrive donc à la conclusion que le minable scénario d’hier à la Chambre des Représentants, qui auditionnait, si bien le chef du FBI que celui de la NSA, était pour dire publiquement que ces écoutes n’ont jamais eu lieu et cela, sous serment pour aggraver leur cas. Le but étant de décrédibiliser la présidence Trump.

Comme pour continuer à prétendre que les russes étaient derrière les intrusions des serveurs des Démocrates pour faire perdre Hillary et tenter d'engager la guerre contre la Russie.

En conséquence, il faut désormais s’attendre à ce que cette affaire de lanceur d’alerte explose en plein jour, car la réinfosphère américaine s’est emparée du sujet et les pressetituées du système ne pourront pas rester éternellement en mode couverture des turpitudes des neocons de Washington. D'ailleurs sur FOX NEWS, comme vous le verrez dans les liens, l'inforamtion commence à circuler.

Donald Trump fait bien de rester droit dans ses bottes. Le scandale éclatera un jour ou l’autre et le plus tôt sera le mieux. Le président doit être en possession des leaks de Dennis Montgomery, sinon, il ne persisterait pas. Pire est, qu'au sein de son administration, ses collaborateurs, Reince Priebus et le porte parole, Sean Spicer avaient demandé à Trump de s'excuser d'accuser Obama de l'avoir écouté. Alors, à quoi jouent ces deux collaborateurs les plus proches du président Trump ? S'ils ignorent Dennis Montgomery et ses informations, c'est très grave. S'ils sont complices des néocons, ça l'est encore plus. Ce qui signifierait qu'au sein même de la Maison Blanche les ennemis de Trump sont en place. Dans un cas comme dans l'autre, le président Trump devrait virer ces deux collaborateurs car, son autre collaborateur, l'idéologue de la Maison Blanche, Steve Bannon avait averti: "ils ne lâcheront jamais rien, les anti-Trump" !

En attendant, nos pressetituées persistent à copier/coller la désinformation US. 

Hildegard von Hessen am Rhein

 

Commenter cet article