L'islam fait main basse sur Trump et le Lieutenant Général MacMaster est son messager ...

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Ce sont les derniers événements en Syrie, qui m'ont remis en mémoire un reportage que j'avais entendu sur CNN, concernant des propos que le général MacMaster, successeur du général Flynn, aurait tenus et j'eus soudain froid dans le dos.

Stupide que j'étais, j'écrivais dans une chronique ici, après que Michael Flynn fut remercié,  que nous le reverrions, le général Flynn.  Oui, c'était stupide de ma part, dans la position que j'étais, à trouver des excuses au président Trump, ne pouvant imaginer une seconde avoir été trompée aussi radicalement par cet homme, qui promettait de tirer la chasse d'eau sur la fange de Washington.

Le voilà qui intervient en Syrie, suite à ce que nous savons être une attaque sous fausse bannière à Idlib, ce que les neocons ont utilisé pour influer sur Trump et lui faire donner l'ordre d'envoyer ses Tomahawks sur la base aérienne des forces d'Assad. Cette attaque d'Idlib porte la marque de la CIA. C'est un groupe affilié à Al Qaida qui en est l'auteur. En effet, je le souligne à nouveau, Assad n'avait aucun intérêt à perpétrer ce crime, il était en train de gagner militairement contre les groupes terroristes qui veulent sa peau et celle de son régime, pour y instaurer la charia. 

Eureka ! En février, peu après l'éviction du général Flynn, voilà que CNN révèle que son successeur, le général MacMaster (qui a imposé à Trump cet homme qu'il déclare si compétent ?) aurait déclaré la chose extraordinaire et en totale contradiction avec les positions du général Flynn sur l'islam.

Cela m'avait interpelé, mais cette position était si éloignée de tout ce que Trump déclarait durant sa campagne électorale, que je me disais que je n'avais pas bien entendu. Et bien si. J'avais bien entendu car, intriguée, je viens de retrouver sur CNN ce qui m'avait interpelé, sans plus, et que je vous livre ici. Vous allez être tout aussi stupéfaits que moi, ainsi que sur les positions McMaster sur la Russie, elles aussi en totale contradiction avec celles du général Flynn, qui était pour la détente avec Moscou, comme Steven Bannon.

Ce qui me fait arriver à la conclusion que le général Flynn a été utilisé pour faire gagner Trump. Trump aux manettes, il fallait éliminer l'homme éloigné des thèses neoconiennes du complexe militaro-industriel de Washington. Et nous connaissons l'histoire de l'éviction du général Flynn, auquel Trump a si rapidement retiré sa confiance ... J'en avais d'ailleurs été choquée, tout en gardant ma confiance en Trump.

Revenons à ce que CNN rapporte:

Le nouveau conseiller à la sécurité nationale, McMaster offre un ton très différent de celui de son prédécesseur remercié, Michael Flynn et celui du président Donald Trump en déclarant que le terme de terrorisme radical islamiste n'est pas productif pour les buts des Etats Unis. Durant une réunion du Conseil National de Sécurité, le lieutenant général H.R. MacMaster a déclaré 'que les terroristes-djihadistes n'interprètent pas correctement leur religion et que l'utilisation du terme terrorisme islamique radical n'aide pas les États Unis dans la collaboration avec ses alliés, concernant la lutte contre les groupes terroristes'. C'est ce qu'a rapporté un officiel à CNN, présent à cette réunion. 'Ces termes sont contreproductifs, car des organisations terroristes comme l'EI, représentent une perversion de l'islam et en conséquence n'ont rien à voir avec l'islam.' Un haut fonctionnaire reconnait qu'il y a une vraie différence d'opinion entre Trump et McMaster et croit savoir que McMaster ne dit pas que le président fait fausse route, tout en ajoutant que ce n'est pas une 'différence majeure'.

Une autre source a confié à CNN que McMaster avance que la Russie est un adversaire, non une amie. Cela en contradiction avec le stratège de la Maison Blanche, Steven Bannon.

Après l'éviction du général Flynn, Steven Bannon est également écarté du Conseil National de Sécurité. Seulement, sur ce personnage là, l'idéologue, l'on constatera, qu'il est toujours dans l'entourage de Donald Trump. Nous observons aussi des relations tendues entre Steven Bannon et le beau-fils de Trump, Jared Kushner, lequel semble avoir une influence que j'appellerai très négative sur son beau-père. Kushner est un ver dans le fruit. Si Kushner semble inoxydable, c'est que pour l'instant, Trump se sent rassuré d'être entouré par sa famille, sachant que Washington est un nid de vipères. Seulement, il semblerait que Kushner pourrait être au service des vipères. Comme cela se présente désormais comme une évidence, la réinfosphère américaine est en train de s'en occuper sans aucune concession.

Conclusion: comme le net montre un immense contrepouvoir, jusqu'à ce qu'il soit lui aussi baillonné, la réinfosphère pourrait avoir raison de Jared Kushner et espérons le, des neocons mondialistes, criminels de guerre de Washington.

Hildegard von Hessen am Rhein

    Commenter cet article