La chasse globale au Trump ..., avec contribution de nos pressetituées !

Publié le par Copyright: toute reproduction des articles doit mentionner le nom de Hildegard von Hessen am Rhein.

Réactualisation, 28 mai 2017:

Les nouvelles déclarations du Prof. Stephen Cohen au John Bachelor Show en lien tout à fait en bas: "Il n'y a aucune preuve d'interférence de la Russie dans les élections américaines, ni dans le serveur des DNC (Democratic National Convention), exactement ce que confirme Julian Assange de Wikileaks. N'oublions pas non plus que la source des emails à Wikileaks est un ancien du DNC, Seth Rich, dégouté par les magouilles de Cllinton contre Bernie Sanders. Que Seth Rich fut assassiné en juillet 2016 ...

Tout cela signifie que le deep state (état profond), dont le Dr. Paul Craig Roberts dit, qu'il dirige le pays depuis Georges Bush père, qui fut le dernier président encore libre de ses décisions, est devenu si puissant, que Trump s'y casse les dents.

Que Trump est perdu.

Que Trump n'a jamais imaginé une seconde, en tant que tycoon de l'immobilier qu'il est, qu'il ne pourrait pas tenir ses promesses électorales.

Un nombre d'intellectuels de renommée mondiale comme Cohen, Roberts, Chomsky et la presse alternative, ont voulu, non croire en lui, mais lui donner une chance de réussir, connaissant, eux, ce qu'est le deep state et les néocons.

Tous, aujourd'hui démissionnent.

Comme moi d'ailleurs.

Comme eux, je voulais que Trump s'entende avec la Russie.

Comme eux, je voulais que AMERICA FIRST soit un slogan patriotique, qui implique seulement les américains. Hélas, AMERICA FIRST est détourné définitivement par le deep state des néocons.

Pour eux, les néocons, AMERICA FIRST, signifie, business as usual pour l'hégémonie américaine dans le monde. Leur obstacle le plus important est la Russie et aussi la Chine. C'est la raison pour laquelle, les néocons veulent nous entrainer à leur profit unique, dans une guerre contre la Russie, par Syrie interposée, sans oublier l'Iran, le nouvel ennemi absolu, qui n'a jamais menacé personne, sauf en paroles Israël et celui qui le clamait n'est plus en poste.  Et c'est bien là, que je conteste violemment Israël, qui se sent soudain, avec Trump, plus prêt des wahabites que des perses. Les perses sont une ancienne civilisation, alors que l'Arabie n'est rien qu'un royaume de pacotille, composé de tribus de chameliers, qui ont eut la chance de s'asseoir sur un puit de pétrole, que l'occident a sut exploiter par sa science.

Bref, tout ce remue ménage est destiné à intimider la Russie, laquelle, pragmatique, a réussi à drainer dans ses filets un Erdogan, qui lui, fait plus confiance à Poutine qu'à Trump, malgré ses penchants pour l'occident.

Tout ce que je peux souhaiter est, que nous, européens et vassaux des États Unis, cessions cette allégeance mortelle qui ne sert pas nos intérêts, mais les leurs. Ils veulent nous entrainer dans une guerre contre la Russie, ce qui fera de nous des vassaux morts. Restons vivants et espérons que nos dirigeants sauront pour une fois être compétents et protéger leur populations, si ce n'est eux-mêmes.

Hildegard von Hessen am Rhein

 

 

Le, par moi, très estimé professeur, Steven Cohen, de Princeton, considéré comme le plus grand spécialiste US de la Russie, homme de gauche éminent, époux de la fondatrice de « The Nation » (Hillary-compatible), avec lequel je partage un grand nombre d’analyses sur les relations US-Russie, est consterné.

Certes, il est certainement un espion russe, lui-aussi ! Il n’en revient pas de la chasse aux sorcières dirigées contre Trump ! Il vient de déclarer, ironique, sur Fox News, hier et en lien : « Le plus grand danger contre notre sécurité nationale, est, cette nouvelle attaque contre le Président Trump. Soyons clairs, ce dont il est accusé est de la trahison. Cela n’a jamais existé en Amérique, que nous ayons un agent russe à la Maison Blanche. »

En outre, Cohen estime, que le Général Flynn « n’a jamais rien fait de mal en échangeant avec l’ambassadeur de la Fédération de Russie » et il continue, « c’était son job de faire ce qu’il a fait. »

Ensuite, il éclaire ce fait incontestable, qu’il y a une quatrième branche dans le gouvernement, la communauté du renseignement, qui fut mélangée aux Affaires Etrangères, laquelle obstrue les trois autres branches du gouvernement. Cohen martèle : « En 2016, le Président Obama élaborait un deal avec le Président russe, Poutine, pour une collaboration en Syrie. Il affirmait qu’il partagerait les informations avec la Russie, exactement comme Trump et les russes étaient sensés le faire l’autre jour. Notre Ministère de la Défense a dit qu’il ne partagerait pas les renseignements. Et, quelques jours plus tard, ils ont tué des soldats syriens, en violation avec les accords et c’était la fin. Alors, nous pouvons nous poser la question, qui mène la politique des affaires étrangères, en ce moment, à Washington ? » Et le professeur Cohen d’ajouter : « Vous et moi devons nous poser cette question subversive. Y-a-t’il 3 branches dans ce gouvernement ? Ce que nous savons, comme une évidence, est qu’Obama a essayé, pas de manière appuyée, de former une alliance militaire avec Poutine en Syrie, contre le terrorisme, qui a été sabotée par le Ministère de la Défense et ses alliés des services de renseignements. »

Tout cela, pour vous dire que l’état profond continue, jour après jour, de créer des scandales qui n’existent pas, afin de faire paraître Trump comme un irresponsable, incompétent et pire encore. Ce sont bien entendu les « Démocrates » qui poussent au crime, dans leur folie de vouloir influencer le peuple américain, à accepter une confrontation avec la Russie. Ce dont, nous, européens, ferions immanquablement les frais.

Merkel est l’outil européen nr. 1 des néocons de Washington, Macron vient de se joindre à elle. Ce qui signifie que, les principaux états membres de l’UERSS, sont soumis au Washington des néocons et à l’état profond (deep state) US.

Aujourd’hui, pour la galerie, un ancien directeur du FBI, Robert Müller, ‘estimé de tous à Washington et totalement indépendant’,  a été nommé pour « enquêter » sur les relations Trump-Poutine, dont Wikileaks a toujours souligné, qu’il n’y en avait aucune.

Et, je me dois de rapporter hilare, que le WaPo du jour, continue dans sa son hystérie anti Trump en titrant un article, en lien, titre qui suppose et ne prouve rien : « Je crois que Trump est payé par Poutine ». Une supposition que le Républicain du club « never Trump » de Californie, Kevin McCarthy, aurait lancé dans une conversation privée. Les merdes volent en escadrilles, comme dirait Chirac !

https://www.washingtonpost.com/world/national-security/house-majority-leader-to-colleagues-in-2016-i-think-putin-pays-trump/2017/05/17/515f6f8a-3aff-11e7-8854-21f359183e8c_story.html?wpisrc=nl_draw&wpmm=1

En tant qu’observatrice, je suis secouée de rire. Ce n’est plus du journalisme, mais du militantisme, lorsqu’on titre « je crois que … ». Qu’on apporte les preuves, comme je le disais dans ma chronique précédente en lien sur, les questions que doivent se poser les pressetituées et surtout d’y répondre !

Depuis qu'il a décidé d'être candidat à la présidence, il a dû vaincre des obstacles que nul n'aurait pensé qu'il puisse les vaincre. Il savait que, élu, ce serait encore plus difficile. On ne passe pas la "chasse d'eau" comme ça sur une ville corrompue jusqu'à la moelle.

S'ils n'arrivent pas, les pressetituées et les "Démocrates", à le faire destituer, il sera assassiné ! 

Hildegard von Hessen am Rhein

 

 

 

Commenter cet article